EHF Cup (F) – 2e tour aller

Nantes prend une petite avance

Nantes a livré l’une de ses prestations les plus abouties pour battre le Paris 92, en match aller du deuxième tour de Coupe EHF (31-26). Auteures d’un dernier quart d’heure plein, les Roses ont pris un avantage intéressant en vue de la deuxième manche, prévue dimanche prochain à Issy. Bien qu’avec le club francilien, rien n’est jamais joué d’avance.

Roulez jeunesse ! En l’absence de trois de ses joueuses cadres (Ayglon-Saurina, Barbosa et Dancette), le NAH a pu compter sur ses jeunes pour faire la différence en fin de rencontre. En tête de proue, Orlane Ahanda, pensionnaire du centre de formation, et auteure de trois buts dans les dix dernières minutes (25-24, 50′) a fait énormément de bien à l’attaque des Roses dans le money-time. “Je suis heureux de voir nos jeunes à ce niveau-là, souligne Fred Bougeant l’entraîneur nantais. J’étais content de m’assoir avec elles à table avant le match et de leur dire : c’est mon 111ème match en Coupe d’Europe, c’est votre premier et je l’aborde encore comme-ci c’était mon premier. Alors, profitez de tout ce que vous allez vivre en Coupe d’Europe car c’est magique.”

Après un début de saison compliqué avec quatre défaites en six matchs, le mois d’octobre sourit davantage à Nantes qui enchaîne sa troisième victoire consécutive, toutes compétitions confondues. “Avec notre victoire à Dijon de la semaine passée (25-20), ce match est notre rencontre référence, note Kalidiatou Niakaté, précieuse aujourd’hui et notamment en première période. On est plus agressives en défense, ce qui nous manquait en début de saison, et en attaque les affinités commencent à venir. Cette victoire fait du bien même si ce n’est évidemment pas fini.”

Avec cinq buts de retard, Paris 92 peut ruminer cette fin de match où l’écart s’est fait. Car, en dépit d’un retour des vestiaires compliqués (14-13, MT puis 19-15, 36′), la ruse de Veronika Mala et les coups de canon de Tamara Horacek – touchée à l’épaule en fin de match – ont ensuite permis aux Parisiennes de revenir. “Je suis plutôt content du jeu d’attaque, on a bien exploité nos montées de balle, on s’est trouvé de bonnes situations de tirs, malgré nos échecs, regrette Arnaud Gandais, l’entraîneur parisien. C’est plutôt défensivement qu’on a eu du mal. On respecte le plan de jeu sur le premier quart d’heure et ensuite, ça se complique. C’est difficile de défendre dès que tu prends un but en un-contre-un.” Et, forcément, lorsqu’une deuxième défenseur vient aider sur une arrière nantaise qui a fait la différence, c’est Elaine Gomes au pivot qui a pu se régaler pendant trois quarts d’heure. “Notre retard concédé est un peu plus large qu’espéré mais on aurait pu exploser en milieu de deuxième période. Rien est joué”, conclut le technicien francilien.

A Nantes, Clément et Kevin Domas

Nantes – Paris 92 : 31-26 (14-13)
Nantes.
Gardiennes : Attingré, Gabriel, André. Joueuses de champ : Loquay 1 but/2, Lignières, Boutrouille, Mandret, Niakaté 6/9, Chesneau 1/1, Baudouin 4/6, Gomes 6/8, Ahanda 3/3, Escribano 6/7, Sobrepera, Bellec 1/2, Ekoh 3/5.
Paris 92. Gardiennes : Alric, Satrapova. Joueuses de champ : Sercien-Ugolin 5 buts/8, Pintea 3/5, Horacek 9/17, Mazens 1/2, Fofana, Lassource, Bulleux, Moore, Frey 4/8, Mala 4/4, Deba 0/3.

HandNews & CasalHand

4 CommentairesPoster un commentaire

  1. Pseudo0 - le 14 octobre 2018 à 17h46

    Le directeur de Nantes va peut être pouvoir parler mieux de ses joueuses ?

    • stephane_44 - le 14 octobre 2018 à 21h03

      Tu lui en demandes beaucoup là …

  2. ANues - le 14 octobre 2018 à 19h53

    Non de dieu comment tu veux gagner en jouant aussi mal?

    En attaque issy semble complètement paumé, ne sachant pas quoi foutre du ballon. Sérieusement y a pas d'enclenchements ? C'est lent, ça joue trop au près , pas de décalages créés, et on file la patate chaude à la pivot qui a déjà 3 defenseuses sur le dos!!!! Les ailières ont quasi jamais la balle (pas de décalages donc. Veronika Mala a pû marquer parce qu'elle a gratter les ballons. A l'aile droite Melvine Deba a complètement raté les qq tirs qu'elle a pu faire, Bulleux a un peu joué en arrière droite puisque Oftedal est pas là.

    L'attaque d'IPH n'a jamais pu écraser la défense comme le fait l'ex-isséenne Niakaté.

    Comme Gandais le dit: après le premier quart d'heure la défense est partie en sucette. Des joueuses qui décident de monter à 9m comme ça, qui se font dépasser et c'est but. Horacek a été très mauvais en défense en retard, trop avancée voire même esquive de l'adversaire! Fofana aussi qui monte pour rien.
    Et au final les gardiennes ont pas du tout brillé. Satrapova à du faire 2 arrêts en 40 minutes. Alric 3 ou 4.
    Satrapova semble avoir un rythme : 2 ou 3 bons matchs puis un match merdique. Va-t-on avoir une bonne prestation la semaine prochaine?

    Horacek qui vendange pas mal (50% de réussite aux tirs depuis le début de saison) marque quand même beaucoup. Si le club la perd pour le match retour autant dire que c'est mort de chez mort; Déborah Lassource demie centre de formation n'a pas du tout le bras pour remplacer Horacek.

    Handballistiquement le jeu d'issy paris était assez pauvre. Ce qui est pas rassurant c'est que nantes avait beaucoup de joueuses absentes, comme Camille Ayglon, Blandine Dancette, Alexandrina Barbosa, Vanessa Boutrouille

    Mais au final c'est pas vraiment une surprise, l'équipe francilienne a vu son niveau baisser d'année en année.
    Le niveau parisien c'est plutot celui de 2011. En se faisant sortir dès le 2e tour, Issy pourra faire des économies et régler son plan d'appurement 😉

    Ca manque beaucoup trop de discipline.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).