Stage d’été

Nikola Portner lance ses stages d’été

Il y a deux ans et demi, tu étais arrivé à Montpellier avec la volonté de progresser pour faire partie, à terme, des meilleurs gardiens du monde. Sur cette longue route, où estimes-tu en être actuellement ?

Depuis mon arrivée, je pense que je suis un tout autre gardien. J’ai pris une plus grande dimension qu’avant. J’ai réussi à montrer de quoi j’étais capable même si ma marge de progression est encore grande. Je suis un grand perfectionniste et j’ai sans cesse envie de progresser. A moi maintenant de continuer dans cette voie.

Tu as décidé de prolonger à Montpellier, est-ce qu’on peut donc estimer que toutes les conditions y sont réunies pour continuer ta progression ?

Je me sens super bien à Montpellier et j’ai prolongé mon contrat. Toutes les conditions sont en effet réunies pour progresser. Le club est très structuré et est engagé dans toutes les compétitions.

Comment se passe, au jour le jour, la cohabitation avec Vincent ?

Ca se passe très bien. Depuis le premier jour, j’ai été très bien accueilli par tout le monde et notamment par Vincent. On prépare tous nos matchs ensemble quelque soit l’adversaire, on analyse les joueurs, on est pro. C’est une vraie concurrence saine. Nous formons une belle paire de gardiens, on avance l’un avec l’autre, on se conseille. Je ne le remercierai jamais assez pour l’aide qu’il m’a donnée depuis que je suis ici.

Vincent est un gardien qui prend énormément de place et de lumière, est-ce parfois frustrant de devoir s’asseoir sur le banc pendant soixante minutes ?

On est tous des sportifs professionnels. On est dans un sport collectif où le coach fait en sorte de faire les choix pour faire gagner l’équipe. Il arrive d’être sacrifié au profil du collectif et vu que je suis dans une équipe très compétitive, c’est normal.

Quel bilan peut-on faire du début de saison de Montpellier ?

C’est compliqué quand on joue plusieurs compétitions de haut niveau. Que ca soit en starligue, en coupe de la ligue ou en ligue des champions le niveau est très élevé. La dernière semaine de la saison passée est à l’image de ce que l’on vit actuellement. En une semaine tu perds un match d’un but et le titre en championnat et quatre jours après tu es champion d’Europe.

On a l’impression, en lisant les médias, que tout est noir, surtout concernant la Champions League. Comment ressentez-vous les choses à l’intérieur du groupe ?

Beaucoup de matchs ne se jouent pas à grand chose. Si l’année passée, on avait eu plus de chance par exemple contre le Barça où on passe à un but, cette année ce n’est pas le cas. La poule haute est très relevée, toutes les équipes sont ultras compétitives et taillées pour la Champions League. Les attentes sont très grandes vis à vis de Montpellier, beaucoup d’équipes veulent faire tomber le champion d’Europe. Le groupe vit bien et la saison est encore longue.

Tu vas lancer tes stages l’été prochain, est-ce que tu pourrais nous en parler un peu plus ?

Je suis essayer de résumer car c’est un stage qui me tient vraiment à cœur et il y a plein de choses à dire. J’ai monté ce stage avec David Miloradovic et Duric Zeljko avec qui je travaille énormément. Ce camp aura lieu en Suisse à Leysin du 28 juillet au 3 aout. Les jeunes de 13 à 18 seront accueillis et, contrairement à ce que l’on pourrait penser, cela sera tout postes et mixte.

Pourquoi on fait cela ?

Il y a deux raisons à mes yeux. La première, quand j’étais jeune, il n’y avait pas ce concept en Suisse et cela m’a énormément manqué. La seconde, mon père a toujours été un modèle pour moi et c’est lui qui m’a donné envie de jouer au hand. C’était mon héros. J’ai envie que les jeunes aujourd’hui aient la chance de côtoyer des joueurs professionnels et soient détectés par des clubs afin de continuer leur progression. Il y a du potentiel en Suisse.

Beaucoup de choses vont être mise en place. Tout est fait pour que les enfants se sentent bien sur le camp. Beaucoup de thèmes vont être abordés, notamment la nutrition, élément essentiel et trop souvent délaissé.

Des intervenants extérieurs, peut-être d’autres joueurs de Montpellier, ont-ils prévu de venir y participer ?

Le camp aura lieu en deux langues avec des coachs internationaux. Dragan Djukic, l’ancien coach de Szeged qui a déjà eu une expérience en Champions League, mon père, Zlatko, qui a été demi-centre et qui a gagné la Champions League.

Est-ce quelque chose que tu as déjà fait dans le passé ?

J’ai pu participer à un événement comme cela dans un autre pays. Cela m’a apporté beaucoup de confiance et m’a permis d’améliorer mon jeu. J’ai également rencontrer beaucoup de gens, cela m’a permis de me rassurer sur mon avenir. Je voudrais en profiter pour remercier nos sponsors qui nous accompagnent sur ce projet. Sans eux, nous ne pourrions pas organiser cet événement pour les enfants. Un merci spécial à SALMING Swiss, Fédération Suisse de Handball, Jeunesse et Sport, Fond du Sport Vaudoise,  Telco pack, Wavemind.

 

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).