EL (F)

Dur week-end pour les Françaises

Manon LOQUAY (Nantes)

Pour la première journée de la phase de groupe d’European League, les clubs français engagés ont souffert. Nantes, tenant du titre, s’est incliné à domicile face aux Allemandes de Bietigheim (25-27). Besançon a de son côté coulé en Hongrie face à Mosonmagyaróvár (38-30). Chambray n’a pas reçu Viborg a cause du covid.

Cette première journée a été compliquée pour les clubs français. Les Neptunes de Nantes recevaient un gros morceau à la H Arena avec le SG Bietigheim. Les Nantaises n’ont pas su prendre la mesure des redoutables allemandes, emmenées notamment par l’ancienne Messine Xenia Smits (4 buts). Menées d’un but après une première mi-temps offensive (16-17), les coéquipières de Nathalie Hagman (5 buts) ont souffert en deuxième mi-temps. Tandis que les défenses se resserrent, les Allemandes parviennent à creuser un petit écart (21-25, 50e). Malgré un baroud d’honneur final, Nantes ne parvient pas à rattraper son retard et s’incline (25-27).

Pour Besançon, le destin a été le même, avec un scénario douloureux. Après 20 bonnes premières minutes où elles sont dans le match (11-10), les coéquipières de Pauline Robert (5 buts) ont coulé. La lumière s’éteint pour l’ESBF en Hongrie qui rejoint les vestiaires avec 7 buts de retard (20-13). Le deuxième acte ne permet pas à Besançon de revenir et les Doubistes s’inclinent nettement (38-30).

 

Tristan Paloc

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).