Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

EdF (M)

Mission accomplie pour les Bleus

, par Dalibor

Photo : S. Pillaud - Sportissimo / FFHB
Photo : S. Pillaud - Sportissimo / FFHB

Ce voyage en Macédoine était certainement la grosse difficulté des qualifications pour l'Euro 2016 pour l'équipe de France. Malgré de nombreux blessés, les Bleus l'ont emporté, 27 à 25.

La France entamait la rencontre bille en tête, dans le sillage de son duo barcelonnais Nikola Karabatic - Cédric Sorhaindo. Les deux compères exploitaient au mieux les occasions que leur laissait la défense macédonienne pour creuser un premier trou après sept minutes de jeu (2-5). Mais c'est bien le seul moment de la partie où les choses ont pu sembler faciles pour les bleus. Son meneur de jeu sur le banc pour deux minutes, l'équipe de France voyait rapidement les Macédoniens recoller, puis passer devant, dans une ambiance plus que bruyante. Mirkulovski alternait parfaitement jeu au près et vers un Stoilov difficilement maitrisable au poste de pivot, tandis que Lazarov ne se faisait pas prier pour envoyer deux ou trois pralines bien senties (9-8, 17'). Mais si cet emballement était prévu, les hommes de Claude Onesta ont parfaitement su laisser passer l'orage. Karabatic le plus souvent pris en strict, il fallait trouver d'autres solutions. Barachet et Guigou s'y collaient en attaque tandis qu'en défense, Thierry Omeyer alignait quelques parades bien senties. Suffisant pour recréer un écart de deux buts avant la pause, mais insuffisant pour se remettre à l'abri (13-15, MT).

N'Guessan, stoïque dans la tempête

Les Français ont alors eu la bonne idée de ne pas laisser la tornade macédonienne prendre forme au retour des vestiaires. Au contraire, dans le sillage d'un Timothey N'Guessan remonté comme un coucou, les Bleus vont même creuser l'écart. Trois, puis quatre, puis cinq buts d'écart, de quoi climatiser la Boris Trajkowski Halle, un peu surprise par la tournure des événements. Mais quand Omeyer fait le boulot derrière, c'est forcément compliqué pour les adversaires (17-22, 40'). Vexés, les hommes d'Ivica Obrvan reprenaient les mêmes recettes qui avaient fait miracle en première mi-temps. Insistant sur un Stoilov et un Manaskov en verve dans ce deuxième acte, profitant sur les arrêts d'un Petar Angelov pas toujours académique dans ses buts, ils commencaient leur lente remontée. A douze minutes de la fin, ils n'étaient déjà plus menés que de deux buts (22-24, 48'). Mais Claude Onesta l'avait dit, il voulait que Timothey N'Guessan et William Accambray prennent plus de responsabilités. Le second touché au genou et sorti sur blessure, le premier montrait rapidement qu'il avait compris le message, enquillant but sur but dans le second acte, quand l'atmosphère devenait irrespirable. Mais c'est finalement Kentin Mahé qui scellait la victoire des Bleus, sur un tir un peu chanceux, avec un rebond un peu curieux. Peu importe, la France l'emporte 27 à 25 et se trouve dans la meilleure des positions pour valider son ticket pour la Pologne, dès ce dimanche à Toulouse face au même adversaire.

Les buteurs :

Macédoine : Manaskov 5, Stoilov 4, Lazarov 8, Jonovski 1, Mirkulovski 3, Georgievski 4

France : Barachet 2, Joli 1, Karabatic N. 3, Mahé 1, N'Guessan 5, Accambray 1, Abalo 1, Sorhaindo 2, Guigou 6, Karabatic L. 3, Porte 2

Prochain match TV

Saran Loiret Handball

19:45

Mer. 17 Avr.

HBC Nantes

Voir le programme TV
0 0 votes
Évaluation de l'article
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sasori
Sasori
8 années il y a

Eh oui, dans les pays balkans, la salle est irrespirable, ils ont sacré public. C'est pour ca que j'aime bien les ferveurs des publics surtout à Monténégro et Macédoine. J'ai beaucoup aimé le ferveur des public de Buducnost au Monténégro. Sauf les supporters racistes, les hooligans et la violence bien sur !
Apparement Timothey N’Guessan vient découvrir le monde quand l’atmosphère est devenu irrespirable. Il a beaucoup raté. ( trop à mon gout). Bon ca s'apprend, il doit apprendre à gérer la pression en prenant plus de responsabilité. Dans son jeu, il y a beaucoup de précipitation.
Il faut félicier le Gardien macédonien, Petar Angelov. Ses arrêts en deuxième mi temps permettent à son équipe de tenir le match en haleine.
Les Bleus sont en mode pragmatique, ils gèrent et ils attendent au bon moment pour tuer le match : un but de Mahé à la 59ème minute qui mettent fin aux espoirs Macédoniens.
Mais ca ne m'empêche pas de dire que je pense sur les Bleus : Ils sont très frébile, mal préparé et arrogant. Ils auraient dû tuer le match à la 10è min de 2ème mi temps quand ils mènent 5 points d'écart. Allez une bonne engueulade pour les secouer un peu avant le match de dimanche !

Benoît
Benoît
8 années il y a

4 buts côté droit, 12 côté gauche. Il y a quand même un bon déséquilibre en attaque. Les effectifs ont l'air réduits. Quelqu'un sait comment vont Accambray, Nyokas, Barachet…? Déjà que l'EDF est privée de Fernandez et Grébille.

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x