LFH

L’UMB-B repart pour un tour

Mayonnade Mios

D’abord reléguée en deuxième division à cause de soucis financiers, l’Union Mios-Biganos Bègles évoluera finalement en LFH pour la douzième saison consécutive, la troisième sous son appellation actuelle. Avec un effectif réduit, mais non sans ambition.

Pour ses premiers matchs de la saison, l’UMB-B s’est inclinée deux fois, à Nîmes (30-32) et à Fleury (18-25). Mais l’essentiel est ailleurs. Il y a deux semaines et demi, alors que la préparation commençait, les filles n’étaient même pas sûres du niveau auquel elles allaient évoluer. Mais la pivot Noémie Lachaud jure que le groupe ne s’est pas posé trop de questions. “Peu importe qu’on ait été retenu pour la LFH ou pas, on n’allait rien changer au niveau de préparation. Pour les filles déjà au club, il n’y avait pas de questions” explique-t-elle. “Niveau hygiène de vie, on n’allait pas se mettre à faire n’importe quoi et niveau mental, on n’avait pas à se prendre la tête. Nous, joueuses, n’avions aucun rôle à jouer dans cette prise de décision”. Et le coach girondin Manu Mayonnade ne peut qu’abonder dans ce sens. “Ce maintien est notre première victoire, et j’espère bien que cela ne sera pas notre dernière” rigole-t-il, soulagé. “Nous avons douté pendant quinze jours, car nous sommes l’équipe de LFH qui a repris le plus tôt. Cela n’a pas été simple, mais je n’ai pas senti le groupe déséquilibré par tout ça.”

Sissi Karlsson, dernière recrue confirmée

Karlsson MiosEt si dans les têtes, rien n’a été déséquilibré, sur le terrain en revanche, l’intersaison a été agitée en terre girondine. Six titulaires de la saison dernière ont quitté le club, et cinq joueuses sont arrivées, obligeant les Girondins à revoir tout leur système de jeu et forçant leur coach à la patience. “On perd quasiment une équipe type, on est l’équipe de LFH avec le plus de changements, donc il faut donner du temps aux filles de trouver leurs marques collectivement”. La dernière venue en date, la gardienne suédoise Sissi Karlsson (photo de gauche), est arrivée pas plus tard que dimanche dernier en Gironde. “Elle va être notre numéro un cette saison” confirme coach Mayonnade avant de tempérer les attentes nées des deux belles prestations de cette semaine. “Elle n’avait pas un entrainement dans les jambes avant son premier match lundi, mais elle a montré de belles choses. Laissons lui le temps de s’installer avant de tirer des conclusions dans un sens ou dans l’autre”. A 27 ans, elle débarque de Glassverket et est la cinquième recrue de l’UMB-B cet été, après Audrey Bruneau (Fleury), Mélanie Bak (Krim Mercator), Aminata Sow (Le Havre) et Maëva Guillerme (Nice), et devrait être la dernière. “On a pris du retard dans le domaine, mais on le rattrape petit à petit” confirme Mayonnade, qui fera confiance à Nely Carla Alberto et à Audrey Deroin pour tenir la baraque au poste d’arrière droit.

Pas de coupe d’Europe cette saison

Bak MiosLe CNOSF, en plus d’encadrer la masse salariale du club, l’a obligé a déclarer forfait en coupe EHF, dont le tirage a déjà été effectué. Une mesure destinée à limiter les frais, mais finalement pas tant que ça, tant le retrait de compétition européenne est couteux pour les clubs. Mais surtout, les jeunes ouailles girondines ne pourront pas compter sur les voyages à l’étranger pour s’aguerrir un peu plus. “En tant que technicien, forcément que laisser tomber la coupe d’Europe ne me fait pas plaisir, d’autant plus que je suis persuadé qu’on aurait franchi un palier en terme d’apprentissage en arrivant en coupe EHF” regrette le coach qui a déjà deux Challenge Cup à son palmarès. “L’entraineur est déçu, mais c’était une condition non négociable, donc il faut faire avec”. Même son de cloche du côté de Noémie Lachaud, qui se souvient “des émotions folles de la victoire en Challenge Cup l’an dernier. On ne nous a pas demandé notre avis, il vaut mieux être en LFH sans coupe d’Europe que l’inverse. Maintenant, à nous d’aller chercher ces émotions autre part”.

Objectif play-off

Lachaud MiosEt cet “autre part”, ça peut très bien être les compétitions nationales, où l’UMB-B avait atteint la finale de la coupe de la Ligue. Mais l’objectif premier seront d’aller chercher les play-offs. “On va avoir un calendrier plus léger, alors que la saison dernière on a joué 38 matchs. On sait qu’aller chercher les six premières places va être compliqué, mais on a envie de le faire. La lutte va être serrée, avec beaucoup d’équipes très proches les unes des autres, alors pourquoi pas nous ?” espère le plus jeune coach de LFH avant de conclure avec une maxime bien sentie : “Je préfère vivre en optimiste et me tromper à la fin de l’année qu’en pessimiste pour le plaisir d’avoir raison”.

Kevin Domas

Pub Espace Pronos LFH

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).