Mondial 2015 – 1/4

L’Espagne au bout du suspense

valero-rivera-espagne
Dans le choc au sommet des quarts de finale, c’est l’Espagne qui a éliminé le Danemark (24-25) au terme d’une rencontre accrochée. Les espagnols affronteront les Bleus vendredi en demi-finale.

Après avoir assisté à la victoire historique du Qatar face à l’Allemagne (26-24), le public du Lusail Hall se voyait proposer la revanche de la finale du dernier mondial entre l’Espagne et le Danemark. Etrillés par les espagnols il y a deux ans (35-19), les coéquipiers de Mikkel Hansen avaient à cœur d’effacer cet affront infligé en mondovision par les Hispanos.

Eggert, machine à scorer

eggert-danemarkContrairement à la finale de 2013, les débats sont cette fois-ci bien plus équilibrés dès les premiers instants de la rencontre. Svan donne le ton, ainsi qu’Eggert. Omniprésent en première période, le danois inscrit six des onze buts de sa sélection. La défense danoise tient le choc, obligeant les espagnols à trouver des solutions par Cañellas et Rivera sur penalty (3-3, 6’). La défense ibérique laisse des espaces que les danois ne se privent pas d’exploiter. Heureusement pour les tenants du titre, Gonzalo Perez de Vargas est chaud bouillant dans ses cages. Le duel à distance avec Landin n’est pas pour déplaire au public de Lusail, bien moins nombreux que lors de la première rencontre du jour avec le Qatar.

Maqueda musèle Hansen

canellas-espagne1Maqueda puis Guardiola remettent l’Espagne sur de bons rails après un temps fort danois, profitant des erreurs offensives des hommes de Gudmundur Gudmundsson (6-6, 14’). Hansen est bien muselé par Maqueda et se montre très discret en première période, avec un seul but à son actif et une exclusion temporaire pour deux minutes. Schmidt et Eggert, encore lui, se chargent de faire tourner le compteur nordique (8-7, 17’). Mais Cañellas et Rivera exploitent les moindres erreurs adverses, et profitent de l’exclusion de Hansen pour prendre deux longueurs d’avance (8-10, 22’). Landin ne ménage pourtant pas ses efforts dans les cages (7 arrêts en première mi-temps). L’attaque espagnole s’enraye et gâche de précieuses munitions. Les danois n’en demandaient pas tant, et recollent au score juste avant la pause (11-11).

Hansen retrouvé

hansen-danemark2C’est un Mikkel Hansen beaucoup plus entreprenant qui fait son retour sur le parquet après la mi-temps. Le joueur du PSG inscrit deux buts en quatre minutes et permet au Danemark d’imprimer un rythme soutenu (14-13, 34’). La LNH est à l’honneur puisque c’est Valero Rivera qui assure aux jets de sept mètres pour l’Espagne. Cependant, le Danemark a le match bien en main, grâce notamment à une belle défense qui coupe les relations avec le pivot (18-16, 39’). Les Hispanos laissent passer la tempête et repartent au combat avec Garcia et Maqueda.

Le Danemark sur courant alternatif

Les danois se montrent moins précis aux tirs, offrant ainsi à Perez de Vargas l’opportunité de se mettre en avant. Le Danemark reste muet pendant sept minutes en attaque (18-19, 46’). Le rapport de force s’inverse complètement. La confiance gagne les rangs espagnols pour quelques minutes (19-21, 47′), le temps que les danois remettent la machine en route et offrent un final à suspense au public de Lusail (23-23, 55′). Les dernières minutes sont aussi une guerre psychologique entre les deux équipes. La pression se fait sentir devant un public danois et espagnol survolté. Les erreurs s’enchaînent des deux côtés. Hansen tire sur Perez de Vargas, Rivera s’arrache en pivot, imité par Mensah à 20 secondes. L’Espagne doit sa victoire à une ultime réalisation de Cañellas (24-25) sur le buzzer. La joie des espagnols est à la hauteur du suspense !

Pub Espace Pronos EDF

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).