CdL – 8ème

Toulouse évite le piège à Pontault

ilic-toulouse-4

Au coude à coude avec Pontault lors de la première période, Toulouse a ensuite su accélérer pour creuser rapidement l’écart et s’imposer de huit buts (27-35). Le Fenix rejoint Montpellier, Dunkerque et Nantes en quarts de finale de la Coupe de la Ligue.

Après s’être offert le scalp de Cesson au tour précédent (24-21), et trois jours après une nouvelle démonstration de force en Proligue contre Billère (27-20), Pontault rêvait d’attirer un nouveau gros poisson de Starligue dans ses filets. Mais cette fois-ci, le vent a fini par tourner et c’est logiquement que le Fenix est reparti de Seine-et-Marne avec son billet pour les quarts de finale de la compétition.

Bonilauri – Ilic, duo d’attaque

bonilauri-toulousePourtant, les pontellois ont donné le change pendant toute une mi-temps. Si Idrissi se montre en réussite dès le début, ce qu’il poursuivra tout au long du match en écœurant un à un les tireurs adverses, Pontault n’est pas en reste non plus. Les deux défenses proposent des duels musclés, à tel point qu’il faut attendre la sixième minute pour voir le premier but du match ! Moreno est souvent trouvé sur l’aile droite avant que le Fenix ne resserre les rangs (3-3, 9’). Les joueurs de Philippe Gardent peuvent compter sur les 2,18 mètres de Jordan Bonilauri pour faire le ménage dans la défense francilienne. Le jeune pivot est un point d’appui parfait pour le Fenix (7 buts au final). Ilic se montre lui aussi intraitable tant sur son aile gauche que sur penalties. Les toulousains donnent l’impression d’avoir le match bien en main (5-8, 17’).

En face, le dauphin de Tremblay en Proligue n’a pas dit son dernier mot. Profitant de l’exclusion temporaire de Sevaljevic, Pontault met le bleu de chauffe avec l’intraitable Mocquais aux jets de sept mètres (7-8, 19’). Les pontellois sont toujours dans la course même s’ils continuent de courir après le score. Les toulousains essayent de mettre beaucoup de rythme pour prendre les pontellois à la gorge. La tactique semble payante puisque Sole et Bonilauri transpercent la défense des locaux (9-12, 24’). Le Fenix a même une balle de +4, finalement mal exploitée. Pontault ne se fait pas prier et débute alors un temps fort des seine et marnais. Mocquais, encore lui, inscrit un 3-0 à lui tout seul qui replace sa formation sur de bons rails (12-12, 27’). A la pause, les toulousains ne comptent plus qu’un but d’avance (14-15).

Pontault craque à la reprise

mocquais-etienne-pontault-combault-011016-7801Sûrs de leur force, les joueurs de Starligue profitent du retour des vestiaires pour prendre à la gorge leur adversaire, en infériorité numérique. Ilic, qui a inscrit 13 buts à lui tout seul, prend le meilleur sur Candeias sur penalty (16-19, 35’). Les pontellois sont moins appliqués dans les passes et perdent progressivement pied. Les joueurs de la Ville Rose continuent sur leur lancée et inscrivent un 4-0 par Idrissi qui profite du but vide pour soigner ses stats, Bonilauri par deux fois et Ilic (16-22,38’). Le temps mort pontellois n’y fera rien car Toulouse enchaîne alors avec un 3-0 rédhibitoire (16-25, 40’). Les sept minutes sans but s’avèrent fatales aux pontellois.

Toulouse n’a alors plus qu’à gérer son avantage, ce qu’il fait avec application tant en défense qu’en attaque. Ilic et Sole continuent de faire mal à l’arrière garde pontelloise, tandis que Mocquais et Aman essayent de limiter les dégâts au tableau d’affichage (23-32, 53’). Au final, Toulouse a fait preuve de maîtrise pour ne pas tomber dans le piège tendu par une équipe en pleine confiance depuis septembre (27-35, score final).

Les réactions :

Etienne Mocquais : « Il y a beaucoup de déception après un tel match. On a joué cette rencontre pour la gagner mais on est tombés sur plus fort que nous. Cela nous montre tout le chemin à parcourir pour pouvoir rivaliser avec une équipe comme Toulouse. On va se remettre au boulot. La différence s’est faite sur le rythme à imposer. On a mal géré nos temps faibles, et les toulousains les ont immédiatement exploités. L’écart de division entre les deux équipes a fait la différence. »

gardent-toulouse-4Philippe Gardent : « Je ne suis pas mécontent de la soirée. On redoutait ce match car Pontault était en pleine confiance et avait le vent en poupe. On avait bien bossé la rencontre en amont, on était vigilants. Pontault méritait sa place à ce stade de la compétition et nous a donné du fil à retordre en première période. On a ensuite su redresser la barre. Au niveau du rythme, on a vu la différence entre les deux divisions. On avait étudié que, puisque Pontault jouait avec un droitier à droite, notre 5-1 avec Gilbert devant allait les embêter. Mais félicitations à Pontault pour son parcours. Pour nous, le chemin continue. On aimerait faire partie du Final 4 de la Coupe de la Ligue pour la troisième année de suite et continuer à faire partie des meilleurs. La gagner me semble en revanche plus compliqué. »

Les statistiques :

Pontault : Candeias (9 arrêts / 39 tirs), Guérinot (0 arrêt / 4 tirs) ; Leventoux (0/2), Appolinaire (4/4), Diallo, Aman (4/5), Fortes (1/3), Lagier Pitre (2/3), Jukic (2/3), Moreno (2/6), Ioannou (1/2), Mocquais (9/13), Tchitombi (2/7), Dupoux.

Toulouse : Idrissi (13 arrêts / 40 tirs) ; Sevaljevic (4/6), Chelle, Perez (2/2), Gilbert (3/6), Ruiz (0/1), Sole (4/5), Pettersson, Ilic (13/15), Morency, Cederholm (0/2), Bonilauri (7/8), Linhart (1/2).

Olivier Poignard, à Pontault-Combault

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).