EdF (M)

V. Porte : “Envie de gagner plein de titres”

Valentin Porte-France-6290

A 25 ans, Valentin Porte partira comme numéro un sur le poste d’arrière au championnat d’Europe en Pologne, en l’absence de Xavier Barachet. Une nouveauté qui n’a pas semblé le troubler ce weekend durant la Golden League, avec notamment un 5/6 au shoot face au Danemark pour le Toulousain. Le gaucher en profite pour faire un bilan rapide de la préparation avant d’évoquer un peu plus son cas personnel.

Claude Onesta parle souvent d’être en alerte. La défaite face au Qatar de samedi vous a-t-elle permis, justement, d’être encore plus en alerte que ce que vous n’étiez avant ?

– Oui, un petit peu, même si on n’a pas vraiment joué le match contre le Qatar pour le gagner. C’est vrai que c’est un peu curieux de dire ça, mais celui-là était avant tout pour bosser et mettre les jeunes dans le bain. Ca a été bien pendant cinquante minutes et on s’est écroulé physiquement sur la fin. Ce qui compte désormais c’est ce qui s’est passé hier soir face au Danemark, notre capacité à rebondir devant notre public face à une grosse équipe.

Et finalement, travailler, c’est tout l’intérêt de la préparation…

– Tout à fait, ce sont des matchs amicaux, si on ne tente pas des choses, si on ne travaille pas sur ces matchs là, ce n’est pas en compétition qu’on va lancer les plus jeunes qui n’ont pas joué en préparation. Même hier, on gagne de huit buts mais on voit que les Danois n’ont pas non plus pris de risque sur la fin. Ils étaient dans la même optique que nous, personne ne voulait prendre de risques pour un match dont le résultat n’est pas important.

La Serbie, la Macédoine, la Pologne au premier tour, qu’est-ce que vous en pensez ?

– Il n’y aura pas de matchs faciles, mais je pense qu’on a quand même hérité d’un groupe plus simple que celui où il y a l’Allemagne, la Suède, l’Espagne et la Slovénie. Il va falloir être sérieux quand même, car ce sont loin d’être des mauvaises équipes. Il faut de suite engranger des victoires car la Pologne chez elle sera très très compliquée à battre, donc ce serait bien de se mettre dedans de suite avec deux bonnes victoires face à la Macédoine et la Serbie pour avoir cette petite finale contre la Pologne.

Y’a-t-il d’autres équipes sur lesquelles vous allez garder un œil en particulier ?

– Même si les matchs ne veulent pas dire grand chose, je pense que l’Espagne montre de très belles choses en ce moment, elle fait plier toutes les grosses équipes. L’Espagne, le Danemark, même si hier c’était un peu plus facile, sera quand même au rendez-vous. Mais on se concentre surtout sur nous, car on avait pas mal de travail à faire avec les nouveaux joueurs qui arrivaient, avant de se concentrer sur les autres. Chaque chose en son temps.

“Heureusement, la blessure peut être parfois bénéfique”

Valentin Porte-EDF-070116-3146On parle beaucoup des bobos des uns et des autres. Est-ce que le fait d’avoir été blessé cet automne n’est pas finalement un mal pour un bien ?

– Evidemment, déjà à Toulouse on joue beaucoup moins de matchs que ce que peuvent en jouer ceux qui sont au PSG. En plus, c’est vrai que j’ai été blessé pendant deux mois, et même si j’ai travaillé de mon côté, ça fait quand même des matchs, des déplacements en moins donc de la fatigue que je n’ai pas accumulée. Peut-être que ça joue et heureusement, quand même, que la blessure peut être parfois bénéfique. Cela va peut être me servir quand un joueur cadre qui joue trois fois plus que moi sera fatigué, je serai capable capable de donner plus pour pallier à ça.

Comment vous-voyez vous dans cette équipe de France ? Avez-vous conscience que vous avez pris de l’importance ?

– Oui, j’en ai conscience mais pas uniquement parce qu’on me le répète. Je le vois dans ma façon de faire, je me sens à l’aise comme je peux l’être en club et ça me fait du bien de me sentir comme ça. Quand on est en confiance, on est heureux et on joue libéré. Je suis content des sensations que j’ai pu avoir pendant cette préparation et j’espère que ça va se ressentir sur la compétition. Cela ne sert à rien de faire deux, trois bons matchs en prépa et de s’écrouler en compétition.

Il y a une vraie évolution dans votre jeu par rapport à la saison passée, à quoi est-elle dûe ?

– Je travaille beaucoup physiquement depuis cet été, je me suis affûté, j’ai gagné en vitesse et en explosivité. Après, évidemment, je progresse d’année en année, j’apprends aux côtés des meilleurs joueurs et des entraineurs. Le fait d’apprendre se transcrit sur le terrain, et heureusement. D’année en année, j’amène de nouvelles choses à mon jeu. La fraîcheur physique, l’affûtage physique et ma progression font que j’ai désormais plusieurs cordes à mon arc.

Ne pas avoir connu tous les titres comme les joueurs qui vous entourent, ça vous donne une motivation supplémentaire pour cet Euro ?

– Bien sûr, j’ai envie de gagner plein de titres. Quand je vois tous ces joueurs autour qui en ont presque tous cinq ou six, j’ai évidemment envie d’en gagner encore plus. Ca va me donner une motivation pour ne pas me trouer sur cette compétition et j’espère que le visage de l’équipe de France qu’on a vu hier sera le même que pendant la compétition.

Propos recueillis par Kevin Domas

5 CommentairesPoster un commentaire

  1. tikiu - le 12 janvier 2016 à 13h14

    La liste des sélectionnés est sortit ?

  2. Sasori9 - le 12 janvier 2016 à 18h55

    Porte méfie toi les adversaires comme la Pologne, la Hongrie, l'Allemagne la Suède…..

  3. Ladscar69 - le 12 janvier 2016 à 20h32

    Il prend de plus en plus la grosse tête et à tendance à oublier d’où il vient….

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).