LFH – J17

Bourg de Péage débute son quatrième chapitre

Hasard du calendrier, Bourg de Péage ne rencontrera plus aucune équipe de l’actuel Top 5 du championnat jusqu’à la fin de la saison. En effet, après avoir affronté Issy-Paris, Metz, Brest, Nantes et Nice, le collectif de Camille Comte s’apprête à croiser la route de toutes les formations encore en lutte pour éviter les play-downs. L’entraîneur drômois analyse la situation à l’heure d’un nouveau tournant dans sa saison.

Tout d’abord, retour en arrière : vendredi 2 février dernier à Nice a eu lieu un petit coup de tonnerre. Après une série de six victoires consécutives à domicile, les Azuréennes, troisièmes du championnat, ont du partager les points avec Bourg de Péage, actuel onzième de LFH (30-30). Un excellent résultat pour Cindy Champion et ses partenaires qui conclue alors en beauté leur série de cinq matchs de suite face aux équipes de tête du championnat. Le moyen idéal, aussi, de se lancer dans une fin d’exercice qui les verra affronter l’ensemble de leurs concurrents directs. “On termine cet enchaînement avec une victoire et un nul ce qui est mieux que ce que j’attendais, analyse Camille Comte. On a su saisir toutes les opportunités qui se sont présentées à nous. Nous avons pris Issy-Paris (27-26) juste après le retour du mondial et nous ramenons le nul de Nice au moment où Carmen Martin et Ehsan Abdelmalek sont blessées. Nous sommes capables de faire des coups et ce que nous avons fait, c’est vraiment très bien”.

Actuellement onzième avec cinq points d’avance sur Dijon et trois de retard sur Chambray, première équipe virtuellement en play-downs, Bourg de Péage est dans une position du chasseur qui lui convient plutôt bien. “Depuis deux semaines, nous avons changé notre façon de préparer nos rencontres, explique l’entraîneur drômois. Je pense que notre transition s’est bien déroulée. Aujourd’hui, l’équipe se connaît très bien, nous savons ce que nous sommes capables de faire. Notre objectif est de terminer dixième pour partir avec trois points en play-downs.”

Aujourd’hui, Bourg de Péage se déplace à Dijon (20h30) face à une formation qui affiche un visage très séduisant depuis fin décembre. “Leur place ne reflète pas du tout la valeur de cette équipe, prévient Camille Comte. Dijon a une équipe complète qui est plutôt performante depuis plusieurs semaines. Le retour de Déborah Kpodar leur a fait du bien. Mais, de notre côté, nous allons là-bas en étant bien meilleures qu’au match aller (27-30).” Par la suite, BDP recevra Fleury avant d’aller à Besançon, deux équipes actuellement qualifiées pour les play-offs. “Pour nous c’est le début de la quatrième phase du championnat. Plus on va avancer, plus les objectifs de nos adversaires pourront diverger : ne pas affronter Metz en play-offs, terminer le plus haut possible en play-downs… A nous de rester attentifs à tous ces éléments.”

Paradoxe de la formation des Rhône-Alpes, Bourg de Péage est actuellement la cinquième meilleure attaque du championnat, devant Nantes notamment, tout en étant la pire défense (Le Havre compte un match en plus et 26 buts encaissés de moins). Avec respectivement 76 et 68 buts inscrits en seize matchs, Marija Janjic et Cindy Champion sont les deux principales artilleuses du groupe. “En tant qu’entraîneur, j’ai toujours beaucoup aimé l’attaque, évoque Camille Comte. Je crois que nous sommes arrivés à avoir un jeu fluide où nous essayons de monter un maximum de ballons sans pour autant perdre en qualité de jeu. C’est l’un des enseignements de cette année : en D2, nous jouions à rythme effréné mais, en LFH, nous avons dû baisser notre rythme pour gagner en constance et en qualité tout le match. En tout cas, je suis très content que mon équipe soit aussi efficace offensivement (ratio de 421 buts/16 matchs derrière 432 pour Nice ou 439 pour Brest)”

Il poursuit : “D’autre part, nous nous sommes servis des matchs de début de saison contre les gros du championnat pour travailler encore, ce qui explique en partie notre gros nombre de buts encaissés aujourd’hui (174 lors des cinq premiers matchs). Et c’est contre ces mêmes équipes que notre envie d’entreprendre a été décuplé avec des défenses 3-3 par exemple. Tout au long de la saison, nous avons essayé de trouver des moments opportuns pour progresser encore plus efficacement, même en période de compétition. Mais nous ne prendrons pas autant de buts d’ici la fin de saison.”

D’ici la fin de phase régulière, trois des six matchs de Bourg de Péage se tiendront à domicile, devant plus de 1500 spectateurs massés dans le Complexe Sportif du Vercors. “Notre public est compréhensif et a bien compris que nous étions dans le rôle du petit poucet cette saison, souligne l’entraîneur péageois. Nous représentons une petite ville (11 000 habitants environ) et les gens sont fiers de voir leur équipe à ce niveau là. J’ai un effectif quasi-identique à celui que j’avais en D2 la saison dernière donc les joueuses restent proches de leur public. Rien n’arrive par hasard cependant, tout le monde a énormément travaillé pour ça. Cette atmosphère va encore nous aider pour la suite !”

Mais avant de retrouver son antre, Bourg de Péage ira dans une autre belle ambiance de LFH : le Palais des Sports de Dijon. Des Dijonnaises qui chercheront à tout prix à confirmer leur performance de la semaine passée au Havre (29-22) avant un déplacement compliqué à Issy-Paris.

Dans les autres matchs…

L’ensemble des autres rencontres se dérouleront demain samedi. Les cinq équipes de tête seront en déplacement : dans l’ordre, Metz ira à Toulon Saint-Cyr, Brest à Chambray, Nice à Fleury, Issy-Paris au Havre et Nantes à Besançon.

Clément Domas

Pub Espace Pronos LFH

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).