CdF (F) – 1/4

Metz élimine Issy-Paris sans trembler

Quinze jours après s’être croisés en championnat (30-30), Issy-Paris et Metz se retrouvaient hier en quart de finale de Coupe de France. Si le match précédent avait été riche en rebondissement, les Messines ont cette fois-ci maîtrisé leur sujet (24-20). Elles retrouveront Brest, Nice et Toulon Saint-Cyr en demi-finale.

Pour le handball champagne, on repassera. Avec beaucoup de déchets techniques de part et d’autre du terrain, ce quart de finale ne restera pas dans les annales. “Handballistiquement, pas sûr que ce match ait été de grande qualité, note Manu Mayonnade, l’entraîneur messin. Mais parfois, qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse !”

Tenant du titre, Metz a finalement réussi a dominer son adversaire grâce à une première période plus aboutie. Face à un Issy-Paris au ralenti en attaque – seulement deux buts marqués dans le dernier quart d’heure des trente premières périodes – les Messines n’en demandaient pas temps pour faire le trou. “On perd beaucoup beaucoup trop de ballons, pas forcément sous la pression ni la contrainte adverse, regrette le technicien lorrain. On rate pas mal de tirs aussi. Mais Issy-Paris aussi.” Avec un +6 à la pause (6-12, MT), la rencontre était déjà pliée.

A l’exception de Tamara Horacek, volontaire et entreprenante, et Sonja Frey, de retour de blessure, jamais les Parisiennes n’auront réussi à trouver beaucoup d’autres solutions offensives. “On voulait jouer vite mais on a utilisé beaucoup de cartouches sur des situations pas vraiment favorables, on leur a redonné trop de ballons rapidement… , note Arnaud Gandais, l’entraîneur parisien. On ne fait pas une grande partie en attaque en première même si on a réussi à camoufler en jouant à 7 contre 6 par exemple. On a des joueuses qui sont passées au travers et qu’on attend à un autre niveau. L’enjeu a beaucoup pesé sur la première période.”

Pourtant revenu à cinq buts par deux fois (10-15, 36′ puis 17-22, 53′), Issy-Paris aura raté quatre ballons pour accrocher le -4 à cause de tirs arrêtés par Marina Rajcic ou de pertes de balle. “On produit un meilleur handball en deuxième période mais on est parti de trop loin, regrette Gandais. En plus, on s’est fait beaucoup sanctionné… On est vraiment frustré d’être éliminé. Mais objectivement, Metz a été plus fort et on mérite de perdre.

Metz poursuit donc sa route pour tenter de décrocher une neuvième coupe de France de son histoire et se rajoute au moins un mach dans sa fin de saison qui s’annonce dantesque. “Je suis très content de la qualification, sourit Manu Mayonnade. Les filles ont eu du caractère. Après avoir été bien chahuté ici il y a quelques jours, on est allé la chercher. Maintenant, on espère vraiment recevoir la demie chez nous car notre match à Bucarest est prévu un vendredi soir. J’ai senti mon équipe un peu fatigué malgré tout donc il va falloir réussir à gérer ça.”

Issy-Paris – Metz 20-24 (6-12)
ISSY-PARIS – Gardiennes : Dangueuger (0 arrêt /1), Solberg (19 arrêts /42) – Joueuses de champ : Sercien-Ugolin (2/6), Pintea (0/2), Oftedal (1/2), Horacek (7/13), Abbingh (1/4), Mazens (0/1), Fofana, Lassource, Bulleux (1/2), Frey (6/7), Golba, Deba (2/3)

METZ HANDBALL : Gardiennes :Rajcic (6 arrêts /23), Csapo (0 arrêt/3) – Joueuses de champ : Edwige, Gros (7/14), Zaadi (4/7), Flippes (2/3), Nocandy (0/1), Houette (3/7), Landre (1/4), Kanor O (1/2),Smits (1/4) Sajka, Maubon (4/5), Luciano (1/1)

A Issy, Clément Domas

—-

Dans les autres quarts de finale, Brest a dominé Nantes (36-31). Une prestation dans la lignée de sa dernière sortie en Coupe EHF : très aboutie offensivement ! Vendredi dernier, Nice avait éliminé Chambray (21-20) et Toulon Saint-Cyr avait sorti Saint-Amand (27-26).

Tirage au sort prévu ce soir sur l’Equipe 21.

HandNews & CasalHand

13 CommentairesPoster un commentaire

  1. lamirabel29 - le 15 mars 2018 à 09h44

    Allez Brest 😉

  2. ANues - le 15 mars 2018 à 10h40

    C'est dingue comment les joueuses d'issy peuvent produire globalement un bon jeu comme on a vu il y a quinze jours, et puis aujourd'hui contre exactement le même adversaire, nous sortir une première mi temps tellement catastrophique que t'as l'impression de voir des joueuses de pré-nationale

    Des passes mal ajustées, des pertes de balles et des tirs à côté ou directement sur la gardienne messine, c'était tellement mauvais en attaque

    La base arrière a une nouvelle fois montré tout ce qu'il ne faut pas faire
    – Sercien malgré un bon jump, un bon bras elle voit les cages plus grandes qu'elles ne sont et shoote tellement souvent à côté! Elle doit vraiment avoir des pb de vue
    – Oftedal tellement transparente qu'elle n'a eu qu'à peine 10 minutes de jeu
    – A l'aile droite c'est la grosse cata (pasqu'aujourd'hui) et pourtant le club conservera encore les deux joueuses (ci dessus). Pas compréhensible
    – Abbingh qui vient de signer à Rostov était juste invisible
    – Horacek a pas mal marqué pour une fois (en DC et en ARG), mais elle a aussi pas mal vendangé (dont 2 penalty ratés), et bcp trop de mauvaises passes et de pertes de balle… Le Live LFH est totalement à l'ouest au niveau des stats de plusieurs joueuses

    On pourra juste dire que la défense était pas trop mauvaise puisque Metz met que 24 buts et que Issy en mange très peu sur la fin de match, même si à l'aile gauche Maubon est passée trop facile

    Gandais faisait bien la gueule durant cette première mi-temps c'est compréhensible, mais encourageait quand même ses filles,

    Donc encore une fois le jeu des franciliennes c'est le grand huit. Une première mi-temps à catastrophique en attaque (6buts) et une bonne deuxième ( 14 buts) mais avec encore trop de la pertes de balle

    En cette mi mars on peut faire un point sur les transferts de cette saison:
    Erreur de casting:
    – Chloé Bulleux
    – Tamara Horacek
    – le départ de Niakaté
    – la resignature de Oftedal
    – pas de deuxième arg pour suppléer Abbingh (c'est Horacek qui fait la pige)
    – le centre de formation n'a aucune joueuses de bon niveau qui peuvent intégrer la D1

    Mouais:
    – Sonja Frey (loin du niveau d'Oftedal, mais aussi loin de ce qu'elle a montré à Dijon la saison dernière)

    Bon:
    – Crina Pintea
    – Veronica Mala

    Arnaud Gandais voulait qu'issy paris hand soit dans le top8 européen 3 ans après le passage de témoin avec Pablo Morel. Enorme désillusion. Pour arriver à cette fin il faut avant tout de l'argent (le nerf de la guerre) pour attirer des bonnes joueuses mais pas juste une ou deux. Puis il faut créer de la cohésion sur et en dehors du terrain avec un(e) coach pour cimenter le tout.
    Metz l'a compris, Brets l'a compris. Et c'est ce qu'il manque a Issy.

    Il faut se faire à l'idée que le club francilien ne sera jamais un club européen sauf grande mutation. Dommage Eliane

    • Averell - le 15 mars 2018 à 12h05

      Vu de tres, tres loin, on a aussi l'impression que le club n'a plus les moyens financiers de ses ambitions, non?

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).