CdL (M)

Toulouse qualifié au bout du suspense

Yassine Idrissi (Toulouse)

Au terme d’une rencontre serrée jusqu’au bout, Toulouse décroche sa qualification au bout du suspense face à Istres. Yasine Idrissi a libéré les siens dans les dernières secondes.

On sortait d’une première demi-finale déséquilibrée, tant Paris avait dominé Dunkerque. Qu’en aurait-il été de la deuxième, opposant une équipe de deuxième division à une autre de l’élite ? Réponse : ça a été beaucoup plus indécis. Istres, leader de Proligue, a donné du fil à retordre au représentant de la Starligue, Toulouse. Et l’opposition a été même plutôt emballante pour le public des Arènes de Metz.

Istres toujours derrière, mais toujours au contact

Les deux équipes se regardent dans les yeux et engagent fort dès le début de la rencontre. Aux situations trouvées par Romain Ternel côté toulousain, Istres riposte par son pivot Branko Kankaras, qui marque et fait exclure Fredric Pettersson dès la cinquième minute. Après un quart d’heure de jeu, les deux équipes sont à égalité (8-8, 15′). Mais jamais Istres n’est passé devant au score. Sur un temps faible istréen, le Fenix réussit à prendre l’avantage : Yassine Idrissi fait quelques arrêts, Ferran Sole marque sur son aile droite et Toulouse réussit à prendre quatre buts d’avance (9-13, 22′). On en revient alors à penser que le club de D2 commence à lâcher face au plus gros poisson. Il n’en est rien. Progressivement, Istres refait son retard et égalise même par Benjamin Massot-Pellet (15-15, 29′). Mais Istres ne parvient pas à garder le score de parité à la mi-temps. Alors qu’ils ont la balle et après que Rafal Przybylski ait écopé d’un deux minutes, les Provençaux jouent mal le coup et perdent la balle. Jordan Bonilauri marque à une seconde du buzzer pour redonner aux Toulousains deux buts d’avance (15-17, 30′).

Après quelques arrêts de gardiens des deux côtés pour reprendre le match, Bonilauri trouve à nouveau la faille pour donner trois buts d’avance au Fenix (15-18, 34′). Mais c’est après une perte de balle de ce même Bonilauri qu’en contre, Hichem Daoud ramène Istres à un but (18-19, 38′). Même si Gaël Tribillon , aussi sur un contre, redonne trois buts d’avance au pensionnaire de Starligue (19-22, 40′), la rencontre reste ouverte. Istres, toujours mené, reste toujours au contact grâce à un jeu d’attaque toujours aussi intéressant, comme sur cette action conclue par un tir en-dessous de Nicolas Boschi (23-24, 45′). Après un temps-mort toulousain, Istres égalise par Daoud, mais Nemanja Ilic répond aussitôt (25-26, 50′).

Idrissi sauveur du Fenix

A dix minutes de la fin, et alors qu’Istres n’a toujours pas mené au score, l’indécision est totale. Mais Istres gâche des opportunités d’inquiéter bien plus Toulouse. Exemple type, cet arrêt de Cappelle qui perd aussitôt le ballon et permet à Ilic de redonner l’avantage à Toulouse, alors que les Provençaux auraient eu une chance de passer devant (26-27, 51′). Mais c’est sur une perte de balle toulousaine qu’Istres, décidément increvable, égalise à nouveau, par Daoud (28-28, 55′). Les Arènes de Metz retiennent leur souffle. Alors que Yassine Idrissi avait repoussé pour la première fois un 7 mètres de Matthieu Limousinn jusqu’ici parfait dans l’exercice, Toulouse manque l’occasion de tuer le match et Boschi égalise à une minute du terme (30-30, 59′). Philippe Gardent pose son dernier temps-mort. A la limite du marché, Ferran Sole marque à quinze secondes du terme. Avant que Yassine Idrissi ne délivre le Fenix, en repoussant un tir de Duchemin (30-31). Un scénario de dingue au bout duquel Toulouse décroche sa place en finale.

La feuille de match

Istres – Toulouse : 30-31 (15-17).

Arbitres : MM. Dentz et Reibel.

Istres : Cappelle 13/44 arrêts dont 0/2 pen., Harbaoui – Tricaud (cap) 1/1, Kankaras 6/6, Perronneau, Brun, Boschi 4/9, Crépain 3/5, Gonçalves 2/4, Bello, Duchemin 0/1, Grosas, Massot-Pellet 4/7 dont 1/2 pen., Pinchot, Limousin 6/7 pen., Daoud 4/5. Entraîneur : Gilles Derot. Exclusions : Grosas (16′, 21′), Perronneau (24′), Massot-Pellet (40′).

Toulouse : Idrissi 9/39 arrêts dont 1/7 pen., Perisic 0/1 pen. – Chelle 1/1, Margnoux, Delanghe, Przybylski 3/8, Selva, Garcia 2/5, Gilbert, Sole 6/6, Ternel 5/9, Pettersson 0/2, Ilic (cap) 5/7 dont 2/2 pen., Kisum, Tribillon 1/2, Bonilauri 8/9. Entraîneur : Philippe Gardent. Exclusions : Pettersson (5′, 23′), Ternel (12′), Przybylski (30′).

Mickaël Georgeault

HandNews nouvelle application

17 CommentairesPoster un commentaire

  1. Handy - le 17 mars 2018 à 20h02

    Dommage pour Istres après un tel parcours mais victoire malgré tout mérité pour Toulouse…
    Très grosse saison quand même pour les Istréens en espérant qu’ils gardent à minima un tel niveau en lnh l’an prochain, cette année ça vaut bien un milieu de classement de lnh…
    ça va être bien ces derbys en famille contre Aix 😉

  2. Philippemhb - le 17 mars 2018 à 20h07

    Toulouse va prendre cher demain si l'équipe de la ville rose propose le même jeu qu'aujourd'hui.

  3. Pascal - le 17 mars 2018 à 20h59

    Gros match d’Istres qui justifie sa place de leader en Proligue , contre Toulouse ça aurait pu basculer de leur côté cela c’est joué un petit rien.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).