Euro U20 (M) – J3

Le Danemark et ses géants

L’équipe de France junior attaque sa troisième rencontre en quatre jours contre le Danemark à 17H. Pour ce dernier match décisif dans l’accession ou non au tour principal, les bleuets devront garder l’intensité et la concentration maximale vue contre la Hongrie. C’est ce que pense l’adjoint vidéo de Yohann Delattre, Mirko Perisic.

S’il en est un qui a pu prendre toute la mesure du Danemark, c’est Mirko Perisic. Chargé avec Marc Teissonnière de filmer les rencontres de 19H tandis que les bleuets qui avaient fini leur match rentraient à leur base. Il a pu voir en direct le Danemark se démener face à la Hongrie (23-22) et au Portugal (29-31). Il a été impressionné par une équipe pourtant rencontrée récemment en amical (33-33 et 33-28 en avril) : “L’impression générale c’est que c’est une équipe puissante avec des grands gabarits difficiles à manœuvrer. J’ai l’impression qu’ils se sont plus resserrés en défense. […] Ils ont une impression de puissance qu’il faudra arriver à contenir.

Contenir Mathias Gidsel

Mathias Gidsel

Le domaine où les danois excellent, c’est la défense. Une défense en 0-6 dirigée par Jonathan Würtz, Lukas Jorgensen et Knud Ronau Larsen culminants tous à 1m90 minimum.  Ne vous laissez pas avoir par les 31 buts du Portugal, bien plus dus à la grinta portugaise. “On a un plan pour les tours danoises, c’est toujours dans notre fond de jeu mais il faudra être très très précis.” En mettant du mouvement du côté des pivots, les français pourraient trouver des solutions. Des éléments de réponses préparés lors de cet entraînement, avec les attentes sur les relations offensives et la vitesse de balle.

L’attaque a aussi été analysée en amont de la rencontre : “Ils ont quelques joueurs clés, une bonne relation entre les arrières et un arrière droit qui est un diable. C’est un vrai bon joueur et notre efficacité va dépendre de notre capacité à le mettre hors circuit.” Son nom est Mathias Gidsel. La Hongrie (7/9, 3 passes décisives) et le Danemark (7/9, 8 passes décisives) n’ont pu que constater la technique du joueur. Un leader qui sait s’appuyer sur Würtz (6/13) et Mathias Moller (9/16), moins précis mais qui cumulent la moitié des autres buts inscrits.

Des absences et des changements

Et dire que Emil Laerke (ArG) n’a pas été pris dans les valises – peut-être arrivera-t-il en cas de qualification ? – et qu’Emil Jakobsen est blessé (AlG). Des absences, les bleuets en ont également et pas des moindres, comme Nori Benhalima, Jonathan Mapu et Benjamin Richert. Quelle équipe est réellement la plus handicapée ? “Peu importe les absents… Ce serait trop facile, même si l’arrière gauche [Emil Laerke] sera surement un des tops mondiaux prochainement. Mais une équipe ce n’est pas un joueur… Match nul !” Les absents n’auront aucune valeur sur le terrain demain.

Les clés sont aux joueurs sur le terrain. À eux de prendre la mesure des évolutions : “On les voit mieux chez les autres équipes : c’est les gabarits. Plus c’est dense, plus tu dois être précis. Quand on l’est, on a le niveau pour pouvoir gagner. […] Le plus dur va être de le tenir sur une heure. Il faut réduire les temps faibles, les imprécisions, les tirs manqués. La défense va être très importante car si on veut utiliser le potentiel de cette équipe il faut qu’on puisse récupérer des ballons et avoir des arrêts pour que cette équipe puisse courir. Cette équipe quand elle court, c’est 8 à 10 buts de plus. Ça te change le match !” Si le technicien nous avoue ses étonnements sur un groupe qu’il voit comme jamais en deux ans, il ne veut pas croire une sortie prématurée : “Si on joue la 9-16 ce sera une contre-performance, mais on sera les seuls responsables. On va se préparer, mettre de l’intensité, mettre de la précision. C’est le mot d’ordre.” Allez, jeu !

Voir le match

La rencontre est à suivre à partir de 17H00 sur ce lien

La sélection danoise

Victor Skellerup Bang (GB) ; Niklas Graugaard Nielsen (GB) – Mathias Bach Moller ; Rasmus Meyer Ejlersen ; Mathias Petersen ; Jonathan Würtz ; Anton Laursen ; Nikolai Vinther ; Niels Dahl ; Frederik Tilsted ; Mathias Gidsel ; Niklas Graugaard Nielsen ; Rasmus Kristian Madsen ; Mathias Rousku Petersen ; Knud Ronau Larsen ; Frederik Iversen ; Frederik Bo Andersen ; Lukas Jörgensen.

La sélection française

Gardiens :  Valentin Kieffer (Sélestat) ; Bastien Soullier (Chambéry)
Ailiers gauche : Dylan Nahi (PSG) ; Gaël Tribillon (Fenix Toulouse)
Arrières gauche : Axel Cochery (Ivry) ; Elohim Prandi (Nîmes) ; Yoann Gibelin (Créteil).
Demi-Centre : Noah Gaudin (Aix-en-Provence) ; Kyllian Villeminot (Montpellier)
Arrière droit : Julien Bos (Montpellier) ; Clément Damiani (Chambéry)
Ailiers droit : Robin Dupont-Marion (Cesson) ; Edouard Kempf (PSG)
Pivots : Robin Dourte (PSG) ; Hugo Brouzet (Chambéry) ; Tom Poyet (Nîmes)

À Celje, Maxime Thomas

HandNews & CasalHand

5 CommentairesPoster un commentaire

  1. Dede83 - le 22 juillet 2018 à 08h18

    Allez les petits c l’heure de tout donner pour croire à de plus belles choses

  2. oeil52 - le 22 juillet 2018 à 14h04

    Le match on ce le fait sien les gats !!!
    La vérité est dans votre tète tous ensemble !!!
    Faut faire ce qu'il faut sans compter !!!!

  3. I S S A G A - le 22 juillet 2018 à 14h57

    C’est impossible de voir ces matchs, même sur une chaîne étrangère ?

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).