LdC (M)

Hugo Descat, ou l’apprentissage en Roumanie

Parti à Bucarest l’été dernier, l’ailier gauche Hugo Descat connait une saison faite de hauts et de bas. Mais essaye de prendre les choses avec philosophie.

Quand Hugo Descat, le pur produit du centre de formation cristollien, a décidé de prendre la direction de la Roumain l’été passé, ce choix a forcément soulevé quelques interrogations. La volonté de jouer la Champions League avec le Dinamo Bucarest pouvait certes s’entendre, mais voir un international de 24 ans quitter les frontières pour aller chercher son bonheur dans les Carpates, disons que ce n’est pas très commun. “Je voulais connaitre une autre culture, un autre mode de fonctionnement, et jouer la Champions League pour continuer ma progression” explique-t-il succinctement. Et en termes d’acclimatation, il n’a pas perdu de temps. Avec 40 buts en dix matchs dans la plus grande des compétitions européennes et un statut de meilleur buteur de son équipe, individuellement, le bilan est plus que rempli. En revanche, sur le plan collectif, c’est plus compliqué. Une seule victoire, une place de lanterne rouge de sa poule  et une modeste cinquième place en championnat…“C’est clair que la saison n’est pas à la hauteur de mes attentes. On a fait une très mauvaise première partie de compétition, mais désormais, ça va un peu mieux, les résultats sont meilleurs depuis la trêve. Les play-offs vont arriver et on est sur une bonne dynamique” explique celui qui a vu Eliodor Voica, l’entraineur, démis de ses fonctions en début de saison.

“Trouver un projet compétitif”

Engagé pour un an, Descat ne sait toujours pas de quoi son avenir sera fait. La tendance, en tout cas, n’est pas forcément à une prolongation dans la capitale roumaine. Un retour en France ? Pourquoi pas… “J’aimerais bien trouver un projet compétitif. Pas que Bucarest ne le soit pas, mais il y a eu pas mal de galères. J’ai beaucoup appris, que ce soit techniquement ou en termes d’expérience” résume-t-il. Expérience sur le terrain, où il a fallu composer avec une équipe composée de joueurs de tous horizons. Les frères iraniens Esteki, mais aussi le Russe passé par Nantes Komogorov ou le Biélorusse (et futur Raphaëlois) Gaïdoutchenko. Mais aussi dans la vie, lui qui vient d’être papa d’une petite fille. On ne parlera pas encore d’Hugo Descat nouveau mais, clairement, il y a de l’énergie à revendre chez celui qui fut, brièvement, joueur en équipe de France. Mais pour l’instant, il y a encore quelques matchs à disputer avec le Dinamo Bucarest. Et, pourquoi pas, une belle fin de saison à s’offrir avant de pouvoir penser à la suite.

Kevin Domas

HandNews & CasalHand

30 CommentairesPoster un commentaire

  1. Dumoncel - le 6 mars 2018 à 15h38

    Il a largement l’étoffe d’un ailier numéro 1 dans n’importe quel top club de D1

    • Syahn - le 6 mars 2018 à 15h41

      Sportivement on est tous d'accord, à voir cependant s'il a grandit à l'étranger pour ce qui lui faisait défaut.

      • jpf_hb - le 6 mars 2018 à 16h13

        Exactement, ce n'est pas le sportif le problème…

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).