LFH – J6

Paris, Besançon et Brest vainqueurs de la soirée

(photo : Bertrand Delhomme)

Une soirée à quatre rencontres en LFH qui a vu Brest, Paris et Besançon l’emporter. Dans la quatrième rencontre, Chambray et Dijon ont partagé les points.

Malgré sa belle prestation du soir, Fleury est peut-être le plus grand perdant de cette soirée. A Besançon, tout allait pourtant bien pour les Loirétaines qui jouaient leur handball d’une belle manière. Une grosse défense qui bouchait complètement le secteur central et de l’autre côté, la base arrière fonctionnait bien. Une Alexandra Lacrabère en grande forme, bien accompagnée par Bruna De Paula sur le côté gauche (6/7). Mais c’était avant qu’en cinq minutes, deux joueuses majeures quittent le parquet. La première, Diakenba Nianh qui sortait en toute fin de première période pour une troisième exclusion de deux minutes. La seconde, beaucoup plus malheureuse, Bruna De Paula, très en verve sortie sur une grosse blessure au coude. Deux pertes majeures dans le collectif de Christophe Cassan qui rentrait au vestiaire devant (13-15, MT). Pour autant bien motivées pour aller chercher un résultat, les Loirétaines ne baissaient pas les bras. Bien que pas impossible, la mission était quand même rude et Besançon revenait tranquillement, parvenant à trouver plus d’équilibre en défense. Pourtant Fleury était toujours là, n’en démordait pas et tentait jusque dans les cinq dernières minutes où les Bisontines sont parvenues à prendre clairement le dessus (28-26, FM). Au micro de BeIn Sports, Alexandra Lacrabère retenait l’image montrée ce soir par son équipe. “C’est une défaite cruelle, on a certainement fait notre meilleur match de la saison. Ce qu’il faut retenir c’est l’image de solidarité qu’on a montrée tout au long du match”. En une journée, Fleury a perdu deux de ses joueuses de la base arrière, la première étant Kristina Elez (grossesse) et la seconde Bruna De Paula dont on attend des nouvelles plus précises.

Chambray accroché à Dijon

Dijon continue d’accrocher des points sur son parquet. Cette fois, c’est Chambray qui s’est vu piégé. Pourtant, les Chambraysiennes étaient parties sur de bonnes bases, laissant leur hôte du soir à la traine, sans pour autant le distancer réellement. Dijon était toujours là, en embuscade, prêt à ressurgir. Pour cela, il a tout de même fallu attendre la deuxième mi-temps pour les voir recoller, et même mener. Au moment de regagner le vestiaire, les Dijonnaises avaient trois longueurs de retard (13-16, MT). Christophe Maréchal a pu compter sur tout le monde. A commencer par Déborah Kpodar (5/7) qui s’est régalée, tout comme Kimberley Bouchard (5/7) et Dyénéba Sylla (5/6). Cette dernière a d’ailleurs marqué à trois minutes du terme, offrant ainsi des cartouches aux deux équipes qui n’ont pas su les saisir pour faire la différence. Avec ce nul, Dijon termine bien cette première phase et montre qu’en Bourgogne, il faut se battre pour prendre les trois points (25-25, FM).

Paris continue de tracer sa route

Sonja Frey (Paris)

La bonne forme du Paris 92 d’Arnaud Gandais continue de rayonner sur le championnat de France. Malgré sa défaite logique la semaine dernière face à Metz (24-35), le club de la capitale est allé dans la Drôme récupérer trois nouveaux points à Bourg-De-Péage qui décidément, n’arrive toujours pas à se lancer. Pourtant Camille Comte ne perd pas espoir est reste satisfait de la prestation de son équipe. “C’était certainement notre meilleur match de la saison, le match le plus abouti” a-t-il constaté devant les partenaires du club. Il est vrai qu’avant de se voir distancé, Bourg-De-Péage a tenu tête aux Parisiennes pendant 45 minutes, durant lesquelles elles ont même pris les devants (22-21, 44′). Mais comme le signalait justement le tacticien péageois, il n’a pas suffi de grand chose pour que la rencontre bascule. Un poteau, une perte de balle et un arrêt. Trois actions sur lesquelles les coéquipières de Tamara Horacek ont marqué trois buts et repris le fil du match. Une courte période d’inattention qui n’a donc pas échappé à Tamara Horacek, Chloé Bulleux par deux fois et ensuite, la jeune Alice Mazens (25-31, FM). Une belle victoire pour Paris qui termine donc cette première phase avec un bilan très positif de quatre victoires pour deux défaites.

Nice y a cru !

L’an dernier, lors de sa venue en Bretagne, Nice avait tenu tête à Brest (23-23). Cette fois, les Niçoises y ont cru, mais n’ont pas réussi à accrocher le moindre résultat. Après sa victoire étriquée contre Nantes lors de sa dernière sortie à l’Arena (24-18) Brest avait forcément envie de rendre une copie parfaite face à une équipe qui lui avait posé beaucoup de problèmes la saison dernière. Se trouvant tout de même dans de meilleures dispositions et avec l’envie de rester collé à Metz avant la trêve, il ne fallait donc pas compter sur un cadeau de la part des filles de Laurent Bezeau. C’est ce qui s’est vérifié lors des premières minutes où les Bretonnes ont directement pris les choses en main (4-2, 8′). Même si Brest a mené durant toute la rencontre, les Niçoises sont restées au contact, pour espérer réaliser l’exploit attendu comme cela se produisait lors de leurs dernières rencontres. Mais cette fois il n’en a rien été, pour le plus grand bonheur de la Cléopatre Darleux qui retrouvait face à elle son ancien club, contre qui elle n’avait encore jamais gagné. ” Je suis très contente qu’on ait gagné contre Nice parce que ce n’était tout simplement jamais arrivé. On fait de belles prestations mais on a aussi une équipe pour jouer les premiers rôles. On se doit de sortir des gros matches comme avait pu le faire Metz la saison passée” expliquait-elle sur le site du club. Le BBH renoue donc avec la victoire face aux Azuréennes qui ont lâché le morceau dans les vingt dernières minutes, ne pouvant pas suivre le rythme imposé par son adversaire (29-23, FM). Avant la trêve, les Brestoises restent donc en tête, à égalité de points avec Metz, les deux seules équipes toujours invaincues dans ce championnat de LFH.

Maxime Cohen

HandNews & CasalHand
Pub Espace Pronos LFH

1 CommentairePoster un commentaire

  1. lamirabel29 - le 24 septembre 2018 à 10h05

    4 mille"13" entrées payantes à la Brest Arena, quasi pleine, belle ambiance.
    Ya pas à dire, Ana Gros est une bonne pioche, j’étais à 10m d'elle en première période en attaque, quel bras, quelle puissance……

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).