Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

Golden League

Un mal pour un bien ?

, par Kucerka

Estelle Nze Minko (France)
Après une première victoire jeudi face à la Roumanie (28-18), l'équipe de France s'est inclinée face au Danemark (22-24). Rien d'alarmant avant d'affronter la Norvège ce dimanche, pour clôturer cette étape de Golden League à Boulazac.
Alexandra Lacrabere (France)
Cette défaite ne vient bien entendu, pas tout remettre en cause. Cette équipe de France, qui a testé des associations inédites, n'a pas pu résister à la puissance danoise, imposée par Anne Mette Hansen, précieuse ce soir. Tout n'est donc pas à jeter et le travail fait, ne sera plus à faire dans l'optique des Jeux de 2020 à Tokyo. Et c'est ce qu'il faut retenir avant tout. "On a une équipe remaniée. Ce n'est pas celle qui est championne d'Europe et championne du monde qui est alignée, notait très justement Olivier Krumbholz. "Il faut avoir un peu d'indulgence mais de toute manière ce sera souvent comme ça. Avec le nombre de matchs, pas beaucoup d'équipes seront au complet et il vaut mieux que ça tombe maintenant qu'en décembre. Il n'y a pas de 7 majeur qui se détachait. Dans le jeu il n'y a pas de très gros leader, pas de très grande performance et c'est pour cela qu'on perd". Le tacticien faisait très certainement référence à l'absence à l'absence de Grâce Zaadi qui pèse lourd, même si Méline Nocandy fait ce qu'il faut pour la remplacer au mieux et celle de Camille Ayglon-Saurina, obligée de quitter ses coéquipières suite au coup reçu après la rencontre contre la Roumanie.

Un manque d'automatismes

Aissatou Kouyate (France)
Face à cette défense danoise, réputée pour être rugueuse, les Bleues ont manqué d'automatismes. Presque normal au regard du peu de temps de vie de cette équipe. Aïssatou Kouyaté, jetée dans le grand bain aujourd'hui a eu du mal à se mettre au diapason de ses coéquipières, malheureuse en défense où elle écopait de sa deuxième exclusion de deux minutes quand les Bleues revenaient (14-14, 39e). Difficile de lui jeter la pierre, tant le contexte était délicat pour une première. "Ce soir on a manqué de tout, en attaque ou en défense c'était brouillon. Malgré tout cela on se retrouve à deux buts d'une équipe danoise qui n'a pas fait tourner, on a des forces qui ne sont pas là, on a une marge de progression qui est importante" analysait Alexandra Lacrabère. Ce n'est donc certainement pas le match de cette équipe de France que l'on retiendra qui, bien qu'elle ait été menée toute la rencontre, a mis les ingrédients pour revenir dans le money time, grâce à un pénalty arraché par Méline Nocandy, converti par Alexandra Lacrabère (20-20, 53e) alors que Roxanne Frank avait fait les frais d'une défense un peu moins attentive qu'à l'accoutumée après la reprise. Cela n'a pas suffi pour l'emporter, même si Olivier Krumbholz avait fait appel à ses taulières et le Danemark l'a logiquement emporté. Il reste donc une cartouche à cette équipe de France relookée pour se roder, pas face à n'importe qui. Ce sera la Norvège pour achever cette étape de Golden League. Cette défaite (22-24, FM), pourra certainement permettre aux Françaises de mieux rebondir pour cette dernière sortie. "On n'aime pas perdre mais je pense que c'est une défaite qui va faire du bien. Mais ce n'est jamais agréable, on ne les a jamais dominées" reconnaissait le sélectionneur français.

Maxime Cohen avec Kevin Domas.

les stats:

FRANCE - DANEMARK 22:25 (12:12) Arbitres : P. Horvath et B. Marton (HON) Danemark : S. Toft (11 arrêts / 29 tirs dont 1/3 pén), A. Kristensen (0 arrêt / 2 tirs dont 0/2 pén); Hylleberg (1/1), Iversen (1/1), Mette Hansen (7/8), Woller, Heindahl, Haugsted (0/2), Grigel (3/4), Offendal (1/1), Nielsen (0/1), Jorgensen, Jensen, Kristiansen, Burgaard (2/2), Jorgensen (6/8 dont 5/5 pén), Hojlund (0/2), Kyndbol (4/5) France : Glauser (4 arrêts / 16 tirs dont 0/3 pén), Frank (3 arrêts / 16 arrêts dont 0/2); Nocandy (2/3), Dancette (1/1), Coatanea, Pineau (1/4), Ngouan (2/2), Kouyate (1/2), Houette (2/4 dont 1/3 pén), Dembele (2/2), Flippes (2/3), Kanor (0/2), Edwige (1/1), Foppa (2/3), Nze Minko (2/7), Lacrabere (4/5 dont 3/3 pén).

Prochain match TV

HBC Nantes

20:45

Ven. 31 Mai.

USAM Nîmes Gard

Voir le programme TV
0 0 votes
Évaluation de l'article
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Morcheeba
Morcheeba
5 années il y a

Ça fait du bien des fois de se faire remettre les idées en place.

PEPE 55
PEPE 55
5 années il y a

Un peu à l’image des garçons, on manque cruellement d’arrières capables de tirer de loin et, d’ainsi, faire monter une défense en 6/0. Hier soir, à cause de ce manque criant, ce ne sont pas seulement les jeunes qui ont balbutié leur Hand. Pour autant, l’envie est toujours là et la bagarre risque d’être belle cet après-midi !

Bonitos
Bonitos
5 années il y a

Toft a été excellente dans sa cage. Les 2 équipes étaient au coude à coude ; c’est elle qui fait la bascule sur le résultat final je pense…..

Sasori9
Sasori9
5 années il y a

Les Bleues ont fait d'erreur de jeunesse mais elles sont muettes devant Toft : 11 arrêts, ce n'est pas rien !

le match facile contre la Roumanie n'a pas bcp aidé aux jeunes !

Philippemhb
Philippemhb
5 années il y a

Un mal pour un bien? je ne vois pas en quoi le fait qu'une équipe dernièrement championne du monde et d'Europe perde chez elle contre le Danemark soit un bien. La défaite de Montpellier contre Ivry à domicile est un mal pour un mal. Pour l'équipe de France féminine c'est pareil à l'exception des conséquences moins dramatiques d'une Golden League par rapport à un championnat.

Averell
Averell
5 années il y a
Répondre à  Philippemhb

Oui, on peut dire un mal pour un bien.
Les matchs de preparation sont la pour ca, pour travailler, essayer des choses et analyser ce qui n'a pas marche.
Rien a faire de perdre un match de golden league ou il manque 3 taulieres. Mieux vaut gagner la prochaine compet officielle.
Comparaison non pertinente avec Montpellier et Ivry puisqu'il s'agissait d'un match officiel.

Julia
Julia
5 années il y a

Un mal pour un bien c’est bien cela. Une équipe championne du monde où une défaite permet de garder les pieds sur terre et de rester concentrer sur le travail. Pour avoir vu le match a Clermont. L’envie, le combat …sont toujours bien présent. Nos taulieres sont bien présentes et la nouvelle génération promet du beau jeu pour les années a venir, c’est un beau mélange de génération qui a juste besoin de trouver ses marques ensemble 🙂

7
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x