CDM (F)

P. Foppa : “Je ne suis plus la novice”

crédits : ffhb

Plus jeune joueuse de l’Equipe de France, Pauletta Foppa n’en est pour autant pas celle avec le moins d’expérience. Avec un nouveau match impressionnant en pivot, la Brestoise fait le bilan de son équipe, d’elle, mais aussi du futur adversaire danois.

Handnews : Contre la Suède c’était un gros match, quel est ton ressenti sur cette rencontre ?

Pauletta Foppa : “La Suède a toujours été compliquée. Ça s’est toujours joué vers la fin du match. On savait que ça allait être un match compliqué et la première période l’a bien montré. Mais quand on faisait les choses correctement, on arrivait à prendre le dessus sur le match. C’était vraiment ce qu’on s’était dit pour gagner en deuxième mi-temps, de vraiment monter les ballons pour les épuiser. Car elles avaient des joueuses qui avaient beaucoup de temps de jeu. On l’avait noté à la vidéo. C’était vraiment l’objectif du match.”

HN : Les suédoises ont une grosse défense, comment s’est passé le match pour toi ?

P.F. : “Elles étaient concentrées sur moi. On s’en doutait tous. Justement à la vidéo, on a travaillé par rapport à ça, d’identifier des joueuses un peu plus en difficultés. ça a plutôt bien fonctionné, on a fait rentrer des ailières dans le dos pour surprendre. C’est vrai qu’on a un peu changé notre façon d’attaquer par rapport à ça. Et ça a plutôt fonctionné parce qu’elles s’y attendaient pas tant que ça.”

HN : Prochain adversaire : le Danemark. Encore un pays scandinave. Comment tu appréhendes le match ?

P.F. : “Le Danemark, ça va être encore un match compliqué. Les Danoises c’est du lourd. ça va être un match costaud. En plus elles ont de très bonnes gardiennes donc pas trop le droit à l’erreur sur tir. Et Sandra (Toft), je la connais plutôt bien (rires). Donc ça va être un beau match”.

HN : Justement le fait de connaître très bien Sandra Toft, ça change quelque chose ?

P.F. : “Elle me connait, mais je la connais aussi. Donc ça sera drôle à voir.”

| “J’ai des choses où je dois encore performer”

HN : L’Equipe de France monte en puissance sur cette compétition. Mais toi aussi. As-tu l’impression que ton niveau augmente au fur et à mesure des matchs ?

P.F. : “Je trouve qu’on a plutôt bien commencé crescendo. On a pas eu de trop faibles équipes depuis de le début. On a commencé à hausser le niveau au fur et à mesure qu’on passait les caps. On n’a pas trop eu le choix si on voulait gagner. Mais c’est toujours dans la continuité. Le Danemark, c’est encore un cran au-dessus. Il n’y a pas le choix d’hausser notre exigence avec nous même. Puis pour être à la hauteur, parce qu’on est toutes à la recherche de titres. On n’a pas le choix d’augmenter sa performance.”

HN : T’es déjà championne d’Europe, championne Olympique. Malgré tout t’es encore jeune. Alors qu’elle est ta place au sein de cette équipe ?

P.F. : ” Je suis encore jeune. J’ai des choses où je dois, et j’espère encore performer. Après, oui, avec toutes les compétitions que j’ai vécues, je prends quand même de l’expérience. Je pense que c’est en jouant, à force de connaitre des compétitions – compétitions qui ne se ressemblent pas – que ça forge un peu l’expérience et un peu caractère qu’on peut se créer sur un terrain. Donc comment je me situe ?… Je ne suis plus trop la novice on va dire.”

| “Je sentais la différence aux Jeux Olympiques”

HN : Est-ce que tu sens une différence dans la manière dont les équipes adverses se comportent avec toi ?

P.F. : “Je sentais déjà la différence de traitement aux Jeux Olympiques. Au fur et à mesure que les matchs passaient, j’avais plus de joueuses sur moi. En ce début de compétition aussi j’avais pas mal de monde sur mon dos. C’est vrai que plus les compétitions approchent, que plus les matchs passent, plus les défenseurs sont concentrées. Mais bon… ça ne me dérange pas, ça laisse d’autres ouvertures à côté.”

Pauletta FOPPA (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport) – (Espagne)

HN : Ça a amené à faire évoluer ton jeu ?

P.F. : “Je reste quand même dans ce que je sais faire. Après, des fois, parce qu’elles s’attendent tellement à ce que ça se passe avec le pivot, qu’elles sont tellement focalisées, que les joueuses peuvent s’adapter pour trouver d’autres espaces. Donc d’un côté, c’est un peu le jeu du chat et de la souris : à un moment il faut faire un choix. C’est comme si les tireuses tirent à 9m, à un moment donné, il faut sortir et pas rester que sur le pivot, parce que ça ne va pas fonctionner tout le temps. Donc c’est le jeu (sourire).”

HN : Quelle est ta relation avec Béatrice Edwige ?

P.F. : “Ça se passe bien, je trouve qu’on est vachement complémentaire. Elle est très très bonne en défense. De mon côté, j’essaie d’être aussi exceptionnelle qu’elle en attaque. On se complémente bien. On s’encourage quand on peut ou si l’une a besoin. Notre paire fonctionne plutôt bien.”

| “Être de plus en plus titrée”

HN : Sur les réseaux sociaux, beaucoup de personne mettent en avant tes actions où tu t’extirpes de situation avec plusieurs défenseurs sur le dos. Est-ce que t’as un œil sur les réseaux ?

P.F. : “Pendant les compétitions, je ne regarde pas trop les réseaux, on n’a pas trop le temps. Entre les vidéos, et les journées qui s’enchainent, ça va vite. Mais je regarde de temps en temps, surtout quand je suis identifiée, donc je reçois les notifications. Mais je ne fais pas trop attention à 100%.”

HN : Pas de regards sur les compliments élogieux exprimés sur toi ?

P.F. : “Non, je fais pas gaffe à ce qu’on dit sur moi. C’est flatteur, mais je ne vais pas regarder ce qu’on dit sur les réseaux.”

HN : Si le France remporte le Mondial, tu auras tout gagner à l’international. Quelle sera ta motivation après ?

P.F. : “Bah de les doubler ! (rires). Non mais d’être de plus en plus titrée. Tout le monde cherche ça dans une carrière. Si on y arrive, j’aurais la chance d’avoir déjà tout gagné à mon jeune âge. Mais de doubler, je pense qu’il n’y a pas grand monde qui a réussi à le faire. Donc je pense que ce sera un nouveau challenge en plus.”

Propos recueillis à Granollers par Nolann Rock

 

5 CommentairesPoster un commentaire

  1. bdid - le 17 décembre 2021 à 13h35

    Allez Pauletta, fais-nous encore des trucs de ouf pour les 2 derniers matchs !

  2. jeanloup47 - le 17 décembre 2021 à 14h38

    A tout juste 21 ans ….Elle les fêtera dans quelques jour le 22 décembre; elle a autant de maturité qu'une illustre devancière et ses 338 capes pour 543 réalisations chez les bleues : Isabelle WENDLING

  3. St - le 17 décembre 2021 à 14h45

    Quelle championne
    Vraiment impressionnante, efficace avec classe 😁💪👍

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).