LBE – Finale retour

Brest décroche son premier titre de Champion de France

Pauletta Foppa // Crédit Photo : Bertrand Delhomme, LFH

A l’issue d’une seconde période parfaitement géré, Brest renverse le Metz Handball et ses 7 buts d’avance. Victorieuses 29-22, ce dimanche, les Brestoises arrachent leur premier titre de Champion de France.

La joie a été à la hauteur du suspens. Le Brest Bretagne Handball a complètement retourné la situation à domicile pour devenir Championne de France. Encore à égalité à la pause, la différence a été faite sur la longueur comme avait prévenu les joueuses de Brest après la finale aller. Avec une deuxième période dans un rythme effréné, les Brestoises ont assommé des Messines. Le déficit de 7 buts à l’entame de la rencontre aurait pu faire peur, l’écart a fondu comme neige au soleil au retour des vestiaires. Agglutinées par les nombreux assauts bretons, les Dragonnes ont longtemps été groggy et n’ont jamais réussi à se relever. Pauletta Foppa et ses partenaires ont asséné le dernier coup dans les derniers instants. Grâce à un plus grand nombre de buts marqués à l’extérieur, elles ont décorché à domicile le premier titre du club en Ligue Butagaz Energie.

Un coup d’accélérateur au retour des vestiaires

Ce titre, Brest aura été le chercher, notamment pour la reprise de la seconde période. Alors encore au coude à coude, les joueuses de Laurent Bezeau ont su augmenter leur volume de jeu à ce moment là. Alors dans la partie, Metz a complètement sombré. Sans solution, elles ont buté sur une Sandra Toft qui a pris sa revanche du match aller en fermant la boutique. Défensivement solides jusqu’ici, les Dragonnes ont aussi ouvert des espaces. Avec le soutien de son public, le BBH a profité de chaque opportunité pour faire mal. En 10 minutes, Jaukovic et ses partenaires ont effacé l’avantage de 7 buts des Messines (20-14, 48′). Sur la lignée du premier match, Eckerle a bien tenté d’éteindre les flammes. Mais gonflées à bloc d’être à la portée de l’exploit, les Brestoises n’ont pas douté quand l’adversaire aurait pu revenir. Pauletta Foppa, en dedans en début de partie a porté le second souffle de son équipe. Longtemps à 6 buts, elle a été l’une des premiers atouts pour finalement passer devant au score cumulé à 10 minutes du terme. Dans la fin de match sous tension, et après avoir parfaitement fait le travail, Brest a vu Metz s’échouer dans les derniers instants, comme ce tir sur le poteau de Luciano, pour offrir le titre aux Finistériennes.

Les regrets messins

Si Brest n’a pas démérité, Metz avait les cartes en main pour conserver le trophée. Au-delà du matelas de 7 buts, les protégées de Manu Mayonnade avaient démarré de la meilleure des manières ce dernier rendez-vous national. Comme au match aller, les Messines ont fait mal à Brest. Autour de leur défense compacte, Dinah Eckerle en avait encore sous la pédale pour contrer les tentatives des locales. En attaque, elles ont trouvé les solutions. Stanko amenait même Metz a 10 buts d’avance après un 7m (4-7, 14′). Dans le rythme, il semblait compliqué que la situation se retourne complètement. Mais déjà après les 2 minutes de Louise Burgaard, le jeu messin s’est un peu délité. Brest a pu recoller au score et même prendre pour la première fois l’avantage dans le match. A la pause, rien d’alarmant pour le Metz Handball à une unité de son hôte du week-end (13-12, MT). En seconde période, elles son mal reparties, Brest en a profité. Mais loin de vouloir abdiquer, les Lorraines ont pu compter sur une Méline Nocandy encore insaisissable. Déjà percutante en première période, la demi-centre a porté la responsabilité de son équipe pour les relancer dans le match. Mais un peu trop seule par moments, la tâche a été compliquée, voire impossible. Tous les efforts produits pendant 80 minutes ont été contrés par une formation brestoise qui y est allée avec le coeur et l’envie. A l’instar de la première confrontation entre les deux équipes, Metz s’est laissé submerger par le déroulement du match et s’inclinent de 7 buts (29-22, SF). Malgré les derniers efforts, c’est par un score cumulé à égalité que Brest l’emporte.

Au fur et à mesure de la partie, Brest a su prendre l’avantage sur les Dragonnes qui ont douté. Après avoir dominé Metz en Coupe de France, en Ligue des Champions et en phase régulière, le BBH récompense sa belle saison en allant chercher à l’arrachée un titre qui semblait leur échapper. A une semaine du Final 4 à Budapest, le club breton a déjà rempli ses objectifs nationaux, ne reste plus qu’à chercher celui européen.

Nolann Rock

Pub Espace Pronos LFH

12 CommentairesPoster un commentaire

  1. Laurent Schmitt - le 23 mai 2021 à 17h20

    Avec un arbitrage « à la maison »

    • OhHandy - le 23 mai 2021 à 17h25

      ce que n'avait pas eu Metz puisqu'il n'avait pas joué à la maison le match aller …..
      Bref, les sempiternelles récriminations des frustrés…..

  2. Sasori9 - le 23 mai 2021 à 17h29

    Quel match de ouf ! C'est un combat des Gladiateurs. Ou alors un combat pour le trône Impératrice entre Godzilla et Ghidora !

    Les Messines n'ont pas craquée mais elles ont tombé sur un mur : la gardienne Danoise, Toft.
    Un beau cadeau pour le coach et Ana Gros qui vont quitter le club à la fin de la saison.

    Si les Bretonnes sont en mode Godzilla, elles sont capable de battre les adversaires de Final Four de Budapest.

    Pour Metz, rien a dire, elles sont bcp battue pour réduire l'écart mais difficile de tenir le rythme élevé imposé par les Bretonnes. Il y a un changement de l'ère chez Brest depuis 2020 mais au pire moment, la crise sanitaire.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).