LBE

Brest repart à l’abordage


En ce mercredi, les filles du Brest Bretagne Handball sont revenues à l’entrainement. Avec de nombreux nouveaux visages, mais aussi des ambitions en pagaille.

C’est en ce mercredi matin que les joueuses de Pablo Morel ont le repris le chemin de l’entrainement. Le staff avait concoté aux vingt joueuses, dont néo-pros, une séance ludique, histoire de reprendre dans la bonne humeur. Seule manquait à l’appel Aissatou Kouyaté, blessée de début de l’année 2022 au genou et toujours en cours de rééducation. La gauchère devrait retrouver le championnat avant la fin de l’année 2022.

Cette année, seules deux jeunes issues du centre de formation du BBH ont intégré le groupe pro : Pétra Marinovic et Mathilde Cayez. C’est un souhait du club à l’avenir de travailler davantage sur l’intégration des jeunes au groupe pro, afin d’en intégrer un maximum.

Pour l’instant, aucune capitaine n’a été encore choisie. Parmi les joueuses cadres destinées à ce genre de poste, nous pourrons voir émerger lors de la prépa en plus de Coralie Lassource déjà capitaine cette saison, des joueuses comme Pauline Coatanéa, Cléopatre Darleux, Djina Jaukovic. Cependant lors de cette prépa, le staff laisse la porte ouverte à de bonnes surprises.

De nombreux profils différents

Dans cette nouvelle équipe, nous retrouvons beaucoup de diversité, autant vis-à-vis de l’âge des joueuses, de leur expérience, mais aussi de la diversité des pays de formations. Sera mis à l’honneur un beau trio de pivots avec Pauletta Foppa, Merel Freriks (photo, Pays-Bas) et Tatjana Brnovic (Monténégro).

Egalement parmi les nouveautés, le championnat s’effectuera sous forme de championnat sec, donc sans play-offs, ni finale. Une incidence importante pour les filles de Pablo qui n’auront pas le droit à l’erreur dans ce championnat difficile où 6 équipes du championnat français joueront en championnat européen. “La formule du championnat fait qu’elle nécessite une régularité. Il faudra être prêts du début à la fin, ce n’est pas un changement anodin. C’est bien aussi parce que ce sera le club le plus constant qui sera champion de France”note Pablo Morel, dont les filles ont été dominées par Metz la saison passée.

Une assise défensive à retrouver

Si Brest avait jusqu’à présent une assise défensive solide, les départs et les arrivées estivales vont nécessiter un peu de travail pour retrouver les automatismes. “On veut avoir une vraie assise dans le secteur, les intentions seront les mêmes avec des armes différentes” appuie encore Morel, qui a perdu cet été Tonje Loseth et Kalidiatou Niakaté, deux pièces maitresses défensives. A contrario, l’effectif comptera bien plus de tireuses de loin, un atout qui avait pu manquer la saison passée. Les armes sont compétentes mais différentes.

En cette fin de saison 2021/2022, avec les problèmes géopolitiques, une multitude de grands noms du handball évoluant en Russie, se sont retrouvées sur le marché. Cependant, aucun accord n’a été trouvé entre l’une d’entre elles et le club brestois. Sur ces prochaines années, en plus de rendre le club plus attrayant de par son palmarès, la direction du club réfléchis aux alternatives afin que le club ne soit pas résumé à un écueil géographique.

Après un stop aux portes du Final4 à Budapest l’an dernier, le club a vraiment comme souhait de passer cette étape comme en 2020/2021. “L’objectif est de gagner la Champions League, peut-être pas cette saison, mais à terme. On va aussi rejouer la coupe de France qu’on avait laissé tomber la saison passée, ainsi que le championnat, car c’est qui nous fait vivre. Si on ne finit pas dans les deux premiers, il n’y aura pas de Champions League” explique un président Le Saint ambitieux, qui vise le guichets fermés à l’Arena pour la majeure partie de la saison.

Pour cette préparation d’avant saison, le BBH a utilisé ses relations afin de créer un stage avec Gyor, où les filles s’envoleront le 9 aout, avant de rentrer en France le 14. Suivront une confrontation avec Mérignac à la Roche sur Yon. Avant de finir en terres finistériennes avec le challenge Caraty où seront présentes les équipes de Nantes et de Paris 92. Le début du championnat est annoncé au 3 septembre prochain.

Cécile Vigouroux

Pub Espace Pronos LFH

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. Philippemhb - le 21 juillet 2022 à 10h52

    La fin des play offs!!!!!!!
    Une très bonne nouvelle…..
    Ne reste plus qu'a supprimer les tours préliminaires et principaux dans les compétitions d'équipes nationales et je serai comblé…

  2. Sasori9 - le 23 juillet 2022 à 09h17

    “L’objectif est de gagner la Champions League, peut-être pas cette saison, mais à terme.

    C'est quoi ce genre d'argument tout timide ???? l'Equipe est prete mais pour avoir la LdC, il faut la vouloir. regarde les Vipers !!! Les serpents ont cassé le monopole de Gyor-Rostov-Budunost-Skopje pour imposer sa loi en LdC !

    Le coach de Brest, il ne faut pas hésiter de le faire rencontrer avec les meilleurs coachs du monde. Sa culture de la tactique n'est pas assez performant je trouve. Je me souviens de lui quand il était coach de Issy Paris…. pas génial!

  3. jpbreizh - le 24 juillet 2022 à 00h20

    Concernant les jeunes intégrées dans l'équipe pro il y a erreur. Petra Marinovic est issue du centre de formation du BBH et a signé un contrat pro de 2 ans. Les deux jeunes filles du centre de formation qui sont intégrées au groupe pro sont Mathilde cayez (ALD) et Romane Kromoska (DC). La volonté d'intégrer des jeunes de la part de Pablo Morel se traduit aussi par la signature de Elisa Techer (ARG), 19 ans, pour un contrat pro.

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).