Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

EDF (F)

O. Krumbholz "On a franchi un cap en attaque placée"

, par Isakovic

Olivier Krumbholz (Entraineur equipe de France feminine)

Après avoir remporté leur duel face à la Slovénie et ainsi valider définitivement leur ticket pour le tour principal, le sélectionneur des Bleues ainsi que ses joueuses sont revenus sur un match qui a tenu toutes ses promesses !

Olivier Krumbholz : "Je n’aime pas dire que le contrat est rempli, car cela voudrait dire que la victoire était attendue. Par contre, je suis très heureux qu’on ait pris les points face à une équipe de Slovénie qui, par moments, nous a posé de gros problèmes. Par moments, il nous a manqué un petit quelque chose mais on gagne de quatre buts, ce qui est un écart conséquent. Le goal-average pourrait être important. J’ai l’impression qu’on a franchi un cap en attaque placée, on a su trouver des solutions sur tous les postes. Certes, il y a eu du déchet en montées de balle mais il ne faut pas oublier combien on a fait de passes décisives. Il va falloir éliminer ces scories au tour principal, mais si on est capable de progresser encore un peu, on va arriver à un niveau intéressant."

Hatadou Sako : "On a atteint l’objectif qu’on s’était fixé, c’est à dire de prendre quatre points avec nous au tour principal. Je dirais qu’avec chaque match, on fait un pas en avant, pas un pas de côté ou en arrière et c’est très positif. Les filles qui viennent d’arriver comme moi ajoutent leur pierre à l’édifice et ça donne, au final, un beau petit gâteau. On arrive à être intelligentes, à corriger nos erreurs rapidement, ce qui explique qu’on limite nos temps faibles. Il faut qu’on continue à garder la tête froide afin de conserver un minimum syndical pendant les matchs. Petit à petit, ce niveau moyen s’élève et c’est une très bonne chose pour la suite". Océane Sercien-Ugolin : "Je suis de nature optimiste mais mon objectif en quittant le groupe il y a dix jours n’était pas forcément de revenir tout de suite. C’était surtout de me remettre sur pied, de reprendre la course et de ne plus avoir de douleur. Je suis un peu surprise de revenir aussi vite, c’est un peu inespéré, mais ce soir les sensations sont bonnes, je n’ai pas eu de douleur. J’avais la crainte de ne pas pouvoir me remettre dans le rythme, de ne pas trop avoir de temps de jeu, mais au final on a bien fait tourner. Mentalement, partir avec quatre points était super important, donc c’est vraiment une soirée tout bénéf’". Propos recueillis par la FFHB.

Prochain match TV

Orlen Wisla Plock

20:45

Mer. 21 Fév.

Montpellier HB

Voir le programme TV
0 0 votes
Évaluation de l'article
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
drauglin09
drauglin09
2 mois il y a

Je ne trouve pas que l'attaque placée progresse, on a quand même pas de gauchère sur le poste d'arrière, et d'une manière générale, très peu de tirs de loin, très peu de puissance de feu alors que les Slovènes peuvent tirer à 10 mètres (et pas seulement Anna Gros). Contre un gros bloc défensif en 6-0, on va quand même souffrir.
Je suis le coach adverse, je demande à me joueuses de calmer pour perdre le moins de ballons possibles, et d'imposer un rythme lent pour ne pas tomber dans du hourra handball et donner des munitions de contre attaque à la France.

T44
T44
2 mois il y a
Répondre à  drauglin09

Tout à fait.
Effectivement les françaises sont injouables en jeu de transition rapide peut être même les meilleures aujourd’hui sur la scène mondiale mais à la différence des Norvégiennes le jeu placée est beaucoup plus laborieux couplé en plus à un manque d’efficacité qui pourra vite coûter chers.
De toute façon tant qu’aucune joueuse très grande et puissante au poste d’arrière n’émergera en France on sera limité sur ce type d’attaque seul la vivacité des joueuses peut créer des ouvertures.

Et c’est pour cela qu’on a galéré contre l’Angola car c’est une équipe qui a pue répondre à notre vivacité et à notre Impact athlétique.
Je vois cependant pas trop de difficulté à atteindre les quarts voir les demies pour les bleues au vu des profils des adversaires, seule la Norvège risque d’être très compliqué pour ne pas changer mais on a la chance de les jouer en dernier là où normalement le travail de qualification devrait déjà être fait.

De toute façon si la France veut gagner il faudra que la base arrière apporte plus d’impact et de précision, défendre dur et jouer à mille à l’heure ça marchera toujours jusqu’au moment où il faudra rencontrer encore la Norvège

Sasori9
Sasori9
2 mois il y a
Répondre à  T44

Les Bleues sont spécialistes à la défense, ce n'est pas un souci ca.
Le pb est que les Bleues sont peu efficace à l'attaque. Les Norges sont habitué a marquer les buts avec bcp de contrainte et des murs infranchissables. Elles ont appris à jouer comme ca. Donc pour gagner contre les Nordiques ( Norge, Danmark et Suède,) les Bleues doivent faire le moins déchet possible et rate le moins possible pas plus de 8-10 buts loupé. sinon c'est compliqué.

Averell
Averell
2 mois il y a
Répondre à  T44

Autant tu as raison sur l'absence de tireuse de loin (imaginons un peu si on avait une Gros dans notre effectif!), autant je suis moins sur pour ton analyse sur l'Angola. Car en realite si on n'avait marque ne serait ce que 50% de nos immanquables, le match aurait ete plie des la mi-temps!

Sasori9
Sasori9
2 mois il y a
Répondre à  drauglin09

Dragan Adzic est un coach Monténégrin qui base sur le jeu rapide, difficile de le faire changer d'avis. En tout cas, c'est un excellent coach, comme Bougeant, capable de batir une équipe à partir de rien pour en faire une équipe impitoyable : Monténégro et Buducnost.

pulpompa
pulpompa
2 mois il y a

On peut voir le verre à moitié plein en se disant que Laura Glauser, Grace Zaadi et quelques autres n'ont pas encore commencé leur mondial et qu'on a donc une marge de progression, mais si Orlane Kanor ne prend pas de shoots de loin, on sera toujours limités

HandForLife
HandForLife
2 mois il y a
Répondre à  pulpompa

Je me demandais si cette volonté de jeu rapide pendant 60 minutes n’était pas une stratégie pour minimiser notre temps passé en attaque placée, qui est clairement notre point faible.

Nos derniers articles

7
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x