Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

EDF (F)

Les choix cornéliens de Krumbholz

, par Peter

Laura Glauser et Cléopâtre Darleux - Crédit : FFHB

Alors que les Bleues rejoignent Pau avec un groupe qui se ressert autour de 18 joueuses, après l'éviction de Pauline Coatanea, Floriane André et Océane Sercien-Ugolin, et à 23 jours de la cérémonie d'ouverture, à qui Olivier Krumbholz fera confiance pour les Jeux Olympiques de Paris ?

C'est avec un groupe de 18 joueuses que les Bleues vont affronter la Norvège ce soir et samedi, dans une double confrontation qui permettra de monter en puissance avant le grand rendez-vous olympique. Le staff des Bleues devra cocher quatorze  joueuses sur la liste principale, ainsi que trois réservistes. Après s'être séparé de l'ailière de Brest, Pauline Coatanea, de la quatrième gardienne, Floriane André, ainsi qu'Océane Sercien-Ugolin, sur la base arrière, l'étau se ressert pour l'ensemble des prétendantes aux Jeux. À ce jour, quelques interrogations subsistent sur les choix du sélectionneur : faut-il doubler les postes aux ailes ou garnir la base arrière d'éléments polyvalents ? Quelle paire de gardienne sélectionner avec le retour de l'emblématique Cléopâtre Darleux ? Une chose est certaine, Olivier Krumbholz et consort ont le choix du roi, mais tout de même des choix à faire.

Darleux, le retour à point nommé

La hiérarchie semblait établie du côté des gardiennes, mais le retour de Cléopâtre Darleux bouscule le cours du temps. Après une fin de saison en trombe avec Brest, non prolongée en Bretagne, Darleux a été préférée à sa successeuse, Floriane André, pour poursuivre la préparation olympique. S'il est difficile de penser qu'elle puisse déloger la paire championne du Monde Sako-Glauser, il semble désormais inéluctable de la voir intégrer le groupe des trois réservistes. Sauf blessure, elle devrait obtenir du temps de jeu pour permettre à Laura Glauser et Hatadou Sako de prendre du repos avant la phase finale.

Quid des doublons sur les ailes ?

Faut-il doubler les postes aux ailes ? Olivier Krumbholz, lors de la finale de la Coupe de France, au micro de Bein Sports, avait laissé croire qu'il était possible de ne pas doubler un des postes d'ailières lors des grandes compétitions. Son homologue Norvégien a pris se pari en ne convoquant que trois ailières dans la liste des 14, sans même ajouter de joker en tant que réserviste. Après avoir laissé Pauline Coatanea, verrons-nous une ailière en tribune, ou même hors groupe, pour permettre de libérer un septième poste sur la base arrière ? Qui de Coralie Lassource, Chloé Valentini, Lucie Granier ou Alicia Toublanc pourrait être écartée ? Les Messines ainsi que l'ex-capitaine Coralie Lassource semblent avoir une longueur d'avance sur Alicia Toublanc, qui reste néanmoins une redoutable tireuse de jet de sept mètres.

Une paire de pivots d'exception

Si Oriane Ondono reste sur dans le groupe des 18 aux côtés de Pauletta Foppa et Sarah Bouktit, Olivier Krumbholz devrait à nouveau laisser la future brestoise en tribune. Un cran en dessous de la jeune paire incontestable, Oriane Ondono peut néanmoins être une redoutable défenseure, permettant de ramener de la densité en poste 3 pour faire souffler l'inamovible Tamara Horacek. En défense Pauletta Foppa forme la paire avec la nouvelle joueuse de Krim et Sarah Bouktit officie en tant que remplaçante de luxe, capable d'exploits dans tous les secteurs de jeu.

Bouchon sur la base arrière

Au poste de demi-centre, Tamara Horacek, pilier de la défense, semble prendre une longueur d'avance en compagnie de Grace Zaadi Deuna. Méline Nocandy est la troisième joueuse identifiée comme meneuse de jeu, puisque Léna Grandveau est utilisée sur le poste d'arrière droite par le staff des Bleues. La future Brestoise pourrait payer la polyvalence et les belles performances au Mondial de la meilleure jeune joueuse IHF 2023. Cependant, ses récentes performances, ses appuis extraordinaires et son jeu en percussion pourraient la maintenir dans le groupe.

Sur le poste d'arrière droite, Laura Flippes est la titulaire en puissance alors que la droitière, Déborah Lassource, moins utilisée au Mondial par Olivier Krumbholz, pourrait être la dix-huitième joueuse qui resterait à quai. Le choix serait cruel pour la future joueuse de Dortmund, qui ne jouerait ainsi pas la compétition auprès de sa grande sœur, Coralie. Léna Grandveau semble avoir de l'avance sur l'ex-parisienne et sa prestation en finale du Mondial 2023 devrait lui permettre d'être dans les 14.

De l'autre côté, la capitaine des Bleues est intouchable et sa doublure, Orlane Kanor, est très précieuse pour déclencher des tirs longues distances.

Le groupe probable

Gardiennes : Laura GLAUSER (CSM Bucarest) – Hatadou SAKO (Metz Handball) Ailières gauches : Coralie LASSOURCE (Brest Bretagne Handball) – Chloé VALENTINI (Metz Handball) Arrières gauches : Orlane KANOR (Rapid Bucarest) – Estelle NZE MINKO (c) (Gyor Audi ETO KC) Demi-centres : Tamara HORACEK (Neptunes de Nantes) – Grace ZAADI DEUNA (CSM Bucarest) – Méline NOCANDY (Paris 92) Pivots : Sarah BOUKTIT (Metz Handball) – Pauletta FOPPA (Brest Bretagne Handball) Arrières droites : Laura FLIPPES (CSM Bucarest) – Léna GRANDVEAU (Neptunes de Nantes) Ailières droites : Lucie GRANIER (Metz Handball)

Réservistes : Cléopatre DARLEUX (Brest Bretagne Handball) – Alicia TOUBLANC (Brest Bretagne Handball) – Oriane ONDONO (Neptunes de Nantes)

Hors groupe : Déborah LASSOURCE (Paris 92) – Pauline COATANEA (Brest Bretagne Handball) – Floriane ANDRE (Neptunes de Nantes) – Océane SERCIEN UGOLIN (Vipers Kristiansand)

Rendez-vous le 8 juillet pour l'annonce officielle du groupe France pour les JO.

Prochain match TV

Pologne

14:30

Mar. 16 Juil.

France

Voir le programme TV

Plus d’actualités

0 0 votes
Évaluation de l'article
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
CoachFab44
CoachFab44
12 jours il y a

J’aime bien cette liste, pas sur que Toublanc ne soit pas privilégiée au détriment de Granier. Ou alors dans le même état d’esprit, c’est Lassource qui sort et Kanor qui doublera éventuellement l’aile gauche mais j’y crois moins. Wait and see, peut être que le match de ce soir donnera des indications

Dernière modification le 12 jours il y a par CoachFab44
parnasse
parnasse
12 jours il y a

que 3 ailières sur 14 pour avoir nocandy en plus sur la base arrière ok, par contre que 2 gauchères sur 14 ça me semble léger. c’est pour cela que je prendrais toublanc et je mettrais C lassouce dans les réservistes

jld64
jld64
11 jours il y a

Pas d’arrière droite tireuse de loin une seule gauchère, Léna Grandveau risque d’être attendu en tant qu’arrière droite droitière. Au global il y a qu’une joueuse qui tire à 9 mètres, espérons qu’elle ne se blesse pas.

fan des dragonnes
fan des dragonnes
11 jours il y a

analyse un peu lunaire. ne pas doubler l’aile droite?? tu te prives d’une aile pendant la moitié des matchs. Bouktit remplacante de luxe. la meilleure pivot de la LDC?

Sasori9
Sasori9
11 jours il y a

Ne cherchez pas à gagner ou vouloir un match spectaculaire contre les Norges, concentrez vous plutot de travailler à la défense et à l’attaque. victoire ou défaite on s’en fout, ce n’est qu’un match amical. L’objectif est l’OR. Pas question de voir la Norvège gagne le JO en France ! Ce n’est pas possible !

Poulette
Poulette
11 jours il y a

Je ne vois pas OK se priver d’une joueuse a l’aile . Les 4 sortent d’une saison longue entre championnat et ldc… au dernier mondial on a été champions sans ou en ayant très peu fait jouer nocandy. Est ce vraiment indispensable une arrière de plus quand on a une polyvalence entre les postes de dc et d’arrière ?

Dernière modification le 11 jours il y a par Poulette

Nos derniers articles

6
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x