Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

Euro 2016

Un vent nouveau souffle sur l'Europe

, par Dalibor

Marino Maric (Croatie)

La Norvège, la Croatie, l'Espagne et l'Allemagne. Quatre nations qui se retrouvent en demi-finales de l'Euro et qui ont, pour au moins trois d'entre elles, fait le pari d'incorporer des jeunes dans le projet. Analyse.

Une équipe qui n'a jamais connu de dernier carré de son histoire (la Norvège), une qui ne l'a plus connu depuis huit ans (l'Allemagne) et deux, un peu plus habituées mais dont l'une d'entre elles a déjà entamé sa mutation en vue d'accueillir l'Euro à domicile en 2018 (la Croatie), il flotte comme un vent nouveau sur l'Europe du handball en cette fin janvier. Comme l'a reconnu Claude Onesta ce matin, la France a subi la "fougue de cette équipe pleine d'envie et d'enthousiasme", mais ses bourreaux norvégiens d'un soir ont-ils les moyens de répéter ce genre de performances au plus haut niveau ? De même, l'Allemagne, qu'on avait laissé en quart de finale du mondial au Qatar il y a un an et qu'on retrouvera demain en demie à Cracovie, va-t-elle prendre un abonnement longue durée au haut du panier ? "La Norvège et l'Allemagne sont les deux meilleurs exemples de ces équipes qui commencent à renouveler leurs troupes. On peut aussi noter que la Suède ou la Hongrie, avec des résultats variables, ont aussi débarqué en Pologne avec de nouveaux visages" note François-Xavier Houlet, enthousiaste dès qu'on évoque le nom de Dagur Sigurdsson, tête pensante de cette Mannschaft new look. "En terme de jeu, il fait de très belles choses avec des joueurs qui, si ils ne sont pas pour la plupart de gros noms, vont au combat tous les weekends dans leur championnat".

Des coachs avec un rôle prépondérant

Crédit photo : EHF
Crédit photo : EHF

Des joueurs jeunes, donc plus malléables et chez qui la notion de plaisir prend encore tout son sens. Christian Berge, le sélectionneur norvégien a d'ailleurs beaucoup insisté sur ce point hier avant et après le match décisif face à la France. Erlend Mamelund, se souvient quant à lui que les dernières années n'ont pas toujours été roses. "On a tout reconstruit, et quand tu tombes tout le temps, ça peut être compliqué à gérer" explique un des ainés de la sélection norvégienne. "Mais Robert, et Christian ensuite, ont fait preuve de beaucoup de psychologie pour garder tout le monde dans le bon chemin. Avec cette demi-finale, tous les efforts des années passées prennent un tout autre sens". D'un point de vue tactique, Dagur Sigurdsson a lui aussi apporté de nouvelles choses à la sélection allemande. "Dans cette équipe, on joue avec beaucoup d'enthousiasme et d'euphorie, sur du jeu simple mais préparé" explique Houlet. "L'influence des coachs sur des joueurs plus jeunes, plus aptes à écouter, est indéniable".

Les habitués en danger ?

Crédit photo : EHF
Crédit photo : EHF

Les équipes habituées au haut du tableau depuis quelques années, comme le Danemark ou la Pologne, doivent-elles se sentir menacées par ce vent de jeunisme soudain ? Claude Onesta ne le pense pas : "La France et le Danemark sont en place, on ne peut pas dire le contraire au prétexte qu'on se soit fait éliminer." Et effectivement, le plus dur commence pour les Norvégiens et les Allemands, confirmer que les espoirs placés en eux ne s'évanouiront pas au premier obstacle. Les Croates, qui ont conservé un sept majeur connu malgré les évictions de Denis Buntic et Igor Vori remplacés par Luka Sebetic et Marino Maric, possèdent déjà des bases plus solides, tandis que les Espagnols risque de se faire peur dans les prochaines années. Sans un championnat de haut niveau et avec le seul Juan Del Arco (23 ans) comme nouveauté cette année, l'avenir parait un peu plus compliqué. Mais si ils l'emportent dimanche soir, ce sera certainement le dernier de leurs soucis.

A Cracovie, Kevin Domas

Prochain match TV

HBC Nantes

20:45

Ven. 31 Mai.

USAM Nîmes Gard

Voir le programme TV
0 0 votes
Évaluation de l'article
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Assezdetout
Assezdetout
8 années il y a

Onesta ne risque certainement pas d'être accusé de faire du jeunisme. Aux JO, il va sûrement reconduire son équipe de vétérans. Et il va se replanter. La victoire contre le Danemark n'est pas convaincante. Pas de Landin et Hansen n'a joué que quelques minutes. Pas de quoi pavoiser.

Sasori9
Sasori9
8 années il y a
Répondre à  Assezdetout

Comment tu sais ? Tu es capable de lire l'avenir ? Kool alors monsieur Soleil, qui va gagner le JO 2016 ???

Kieler
Kieler
8 années il y a
Répondre à  Assezdetout

Faut se détendre cette compétition était un test pour plein de choses comme l'a dit Onesta avant le premier match il me semble. Il faut se calmer et supporter l'Allemagne dimanche face à l'ultra favori Espagnol ! Pour une fois que c'est pas la France c'est intéressant, faut que le handball reste équitable quand même ;p

3
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x