Euro U17 (F)

Retour principal

Dans une situation complexe mardi au matin, l’équipe de France jeune s’est imposée par deux fois pour emporter le tour principal. Parti avec 0 point, elles ont été dominatrices face à l’Espagne (29-24) puis la Norvège (26-19). De bon augure avant le match clé du tournoi : la demi-finale contre l’Allemagne.

Source : EHF

On a du mal à croire que cette équipe a frôlé la sortie de piste d’entrée de compétition. Comme le résume le sélectionneur Laurent Puigségur : “Les filles sont de mieux en mieux dans le jeu. Elles sont à l’écoute : elles ont compris qu’avec de la discipline et de la rigueur, elles peuvent prendre du plaisir.Certaines se libèrent enfin, après un premier tour en demi-teinte, rongées par la pression. Difficile désormais de passer à côté de Pauletta Foppa, la pivot-capitaine rugissante face à l’Espagne (14/18 – MVP). Son match aussi bien en attaque qu’en défense donna le tournis aux ibériques, obligées de reconnaître l’avantage physique des bleuettes et de sa capitaine après la rencontre. À ranger dans la même catégorie des joueuses qui se libèrent au fur et à mesure, il faut également parler de l’arrière droite Emma Jacques, parfaite dans son investissement face à la Norvège (MVP).

La Norvège en référence

Pauletta Foppa – Source : EHF

L’Espagne l’a toutefois emporté le lendemain face à la Roumanie, simplifiant beaucoup les calculs. La France devait non plus gagner pour se qualifier, mais gagner pour la première place. Une réussite ! Avec des joueuses jusque là plutôt cantonnées au banc comme Suzanne Wajoka ou Manon Lachaize, les bleuettes vont une nouvelle fois creuser la marque rapidement (10-14, MT) et l’accentuer (12-21, 44e) avant de gérer la fin de rencontre. Pourtant, on pourra toujours dire que les jeunes françaises sont coupables de trop d’erreur face à la gardienne Eli Skogstrand, élu meilleure joueuse de son équipe. Des zones de progressions comme pour les pertes de balles (18 face à l’Espagne), qui n’empêche pas de tenir en respect son adversaire du jour (26-19, FM). Car derrière, les assurances sont forte avec une défense imperméable, et une paire de gardiennes proche du niveau des aînées. Face à l’Allemagne, qui n’a perdu qu’un point face aux championne du FOJE hongroise, la partie n’en sera pas moins difficile.

Un changement imprévu
Suite à un choc à la tête reçu à la fin de la rencontre face à la Norvège, il a été décidée de préserver la jeune Elise Caramello. La compétition s’arrête pour la gauchère de Toulon, remplacée par Agathe Quiniou, la dix-septième joueuse présente en Slovaquie.

Les statistiques des bleues

France 29 – 24 Espagne

Floriane André (8/27 – GB) ; Laura Portes (0/5 – GB) – Melina Peillon (3/4) ; Julie Leblevec (5/6) ; Manon Lachaize ; Elise Caramello ; Marie Louis ; Ilona Di Rocco (3/4) ; Laura Lasm (1/3) ; Ninon Pora (0/1) ; Soralie Moore (2/2) ; Suzanne Wajoka ; Eva Jarrige (1/1) ; Pauletta Foppa (14/18 – MVP) ; Emma Jacques (0/1) ; Maelys Kouaya.

France 26 – 19 Norvège

Floriane André (2/12 – GB) ; Laura Portes (3/12 – GB) – Melina Peillon (2/2) ; Julie Leblevec ; Manon Lachaize (5/6) ; Elise Caramello (0/2) ; Marie Louis ; Ilona Di Rocco (2/3) ; Laura Lasm (0/1) ; Ninon Pora (1/2) ; Soralie Moore (1/4) ; Suzanne Wajoka (4/5) ; Eva Jarrige (1/4) ; Pauletta Foppa (3/3) ; Emma Jacques (5/6 – MVP) ; Maelys Kouaya (2/3).

Maxime Thomas

2 CommentairesPoster un commentaire

  1. Sasori9 - le 17 août 2017 à 12h12

    J’avoue que je suis plutot surpris de voir Les bluettes batte les Norges.

  2. Vivi - le 17 août 2017 à 15h11

    Bravo les filles! Restez solidaires jusqu’au bout. Vous avez toutes des qualités celles-ci rassemblées peuvent faire mal.

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves