Mondial 2017 (F) – J2

L’Angola pense à Tokyo 2020

L’Équipe de France affrontera aujourd’hui l’Angola pour le compte de la deuxième journée du championnat du monde. Entraînée par Morten Soubak, médaillé d’or au mondial 2013 avec le Brésil, cette nation africaine souhaite avant tout préparer les prochains Jeux Olympiques de Tokyo, en 2020. Le sélectionneur danois nous dévoile les contours de ce projet.

Depuis son très beau parcours aux dernières olympiades de Rio (8ème), la sélection angolaise a beaucoup évolué. Sur le terrain, d’abord, plusieurs joueuses emblématiques ne figurent pas ou plus dans le groupe en Allemagne : Luisa Kiala a pris sa retraite, Natalia Bernardo est en congé maternité, la paire de gardiennes Neyde Barbosa – Teresa Almeida est également absente… Et sur le banc aussi, où Morten Soubak a pris la place de Filipe Cruz.

“Avant le tournoi amical de Paris, nous ne nous étions entraînés que trois fois ensemble dans l’année, explique le technicien danois. Entre les joueuses qui ont pris leur retraite et celles qui attendent un heureux événement, j’ai décidé de donner la chance à plusieurs jeunes en Allemagne. Ici, nous voulons progresser ensemble et construire une équipe solide pour les jeux de Tokyo 2020.”

Arrivé en Angola en mai dernier, Morten Soubak reproduit un schéma similaire à celui mis en place avec le Brésil il y a quelques années. A l’époque, la fédération brésilienne avait noué un partenariat avec Hypo Niederösterreich, en Autriche, pour que plusieurs internationales – jusqu’à huit en 2013 – y évoluent sous les ordres de Soubak. Pendant trois ans, Hypo NÖ avait reçu l’appui financier des Brésiliens tout en s’assurant un rayonnement européen exceptionnel. 2013 marque l’aboutissement de ce projet : Hypo NÖ remporte la coupe des vainqueurs de coupe et le Brésil est sacré champion du monde. En Angola et dès son arrivée sur le territoire, le technicien danois est devenu à la fois sélectionneur de l’équipe national et entraîneur de Primero de Agosto, le meilleur club du pays. Sept des seize joueuses sélectionnées pour le mondial évoluent avec lui toute l’année.

“C’est normal de comparer le fonctionnement que j’avais avec Hypo NÖ et Agosto mais, dans la réalité, tout est différent, nuance Morten Soubak. On ne dispute pas la Ligue des Champions, nous n’avons pas la possibilité de faire des cycles d’entraînement soutenus en cours de saison et je n’ai qu’une seule étrangère dans mon club. Le championnat est petit donc nous rencontrons régulièrement les mêmes adversaires. Cependant, j’espère évidemment que ce fonctionnement permettra à la sélection de progresser plus vite.”

Autre difficulté pour l’Angola, celle de sa situation géographique. Situé entre République Démocratique du Congo au nord, la Zambie à l’est et la Namibie au sud, le pays est très loin de toutes les grandes nations européennes. “En Europe, vous prenez un coup d’avion, voir même le bus, et vous pouvez disputer des matchs amicaux contre n’importe quelle équipe, regrette Morten Soubak. En Angola, c’est bien différent ! Nous sommes loin de tout le monde. C’est pour cette raison que nous sommes très reconnaissants envers la fédération française de nous avoir invité à son tournoi amical à Paris puis à Metz. Nous essayons de profiter au maximum de ces opportunités pour progresser.”

Douze fois championne d’Afrique lors des quinze derniers championnats continentaux, l’Angola n’a pas raté un mondial depuis 1990. Son meilleur résultat remonte à 2007 où elle avait terminé à la septième place. “Dans notre groupe, nous avons quatre nations européennes, note Morten Soubak. Et l’Angola ne dispose pas de statistiques favorables face à ce genre d’équipes : lors des quatre derniers mondiaux, elle n’a gagné que quatre matchs contre vingt-et-une équipes du continent. Cependant, nous ferons notre maximum pour tenter de se qualifier pour les huitièmes de finale”.

Hier, l’Angola s’est inclinée face à l’Espagne (24-28). Elle retrouvera la France aujourd’hui contre qui elle n’avait rien pu faire à Metz mercredi dernier (18-30). Mais dans ces championnats du monde démarrés sur une base de folie assez élevée, rien est joué d’avance.

A Trèves, Clément Domas

Mondial 2017 – Deuxième journée
France – Angola, dimanche 3 décembre à 18h à Trèves, sur @handnews_live et beIN Sports

HandNews & CasalHand
Pub Espace Pronos EDF

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).