Euro 2018 (M)

Les joueurs à suivre (2/2)

L’Euro 2018 commence aujourd’hui et à cette occasion, Handnews vous propose le deuxième volet de son tour d’horizon des joueurs qui n’ont pas le statut d’un Nikola Karabatic ou d’un Mikkel Hansen mais qui disputent leur première compétition internationale (ou presque) et qui risquent bien de faire parler d’eux pendant ces deux semaines de compétition.

Groupe A

 Islande: Ýmir Örn Gíslason (Valur – 20 ans), Ágúst Elí Björgvinsson (FH – 22 ans)

Dans le dur sportivement depuis la retraite d’Olafur Stefansson, l’Islande commence progressivement à réinjecter du sang frais dans sa sélection nationale. On avait découvert le pivot Arnarsson et les arrières Smarason et Magnusson en janvier dernier en France et cette année Geir Sveinsson a décidé de faire appel à deux petits nouveaux.

Le premier, pas si petit du haut de son mètre 96, est appelé à être l’une des futures pièces maîtresses de la défense islandaise aux côtés d’Arnar Freyr Arnarsson une fois que les vétérans Kari Kristjansson (33 ans) et Bjarki Mar Gunnarsson (29 ans) seront amenés à prendre leurs retraites. Intéressant lors de la préparation, il sera curieux de voir si Geir Sveinsson accordera également sa confiance à Ymir Orn Gislason dans les matchs importants contre la Suède et la Croatie.

Le second est quant à lui assuré de voir le terrain puisqu’il a été propulsé deuxième gardien de la sélection derrière Bjorgvin Pall Gustavsson qu’il va logiquement remplacé à terme. Et si son club de FH est actuellement premier du championnat islandais après une finale perdue contre Valur (le club de Gustavsson) la saison dernière, Ágúst Elí Björgvinsson peut s’attribuer une bonne part du mérite. Reste désormais à voir à quelle vitesse il dépassera son aîné et son tee shirt légendaire.

 Serbie: Vladimir Cupara (Leon – 23 ans), Tibor Ivanisevic (Skjern – 27 ans), Milan Jovanovic (Vojvodina – 19 ans), Petar Djordjic (Meshkov Brest – 27 ans)

En l’absence de Strahinja Milic, la Serbie se retrouve sans son gardien phare champion d’Europe avec le Vardar Skopje. Pour le remplacer, deux joueurs se partageront le poste. Vladimir Cupara devrait sans surprise être le premier sur le terrain face à la Croatie. Celui qui partage le poste de gardien à Leon avec Ignacio Biosca réalise des performances stables depuis trois saisons, une valeur sûre repérée par Kielce bien qu’il s’agira ici de sa première compétition internationale. Pour Tibor Ivanisevic, la sélection était inattendue et sa place se jouait entre lui et Milan Milosavljev finalement écarté. Mis de côté à Skjern où Emil Nielsen est arrivé cet été, il devra répondre présent si on l’appelle.

Milan Jovanovic

Bien moins surprenantes sont les sélections des arrières gauches Milan Jovanovic (photo ci-dessus) et Petar Djordjic (photo ci dessous). Le premier est le représentant du renouvellement dans une équipe aux titulaires (Sesum…) proches de la sortie. Actuel septième meilleur buteur de SEHA, celui qui n’hésite pas à prendre en main la situation complexe à Vojvodina pourrait devoir faire de même en Croatie avec la sélection. Pour Petar Djordjic, c’est à la fois un retour et une grande première. Retour pour celui qui avait refusé la sélection en 2010, espérant obtenir la nationalité allemande, grande première car entre ces péripéties et les blessures, il n’avait jamais montré son maillot serbe dans une compétition officielle. Parions qu’il rattrapera le temps perdu au vu de son début de saison tout en puissance au Meshkov Brest.

Petar Djordjic

 Suède: Albin Lagergren (Kristianstad – 25 ans), Linus Arnesson (Bergischer – 27 ans)

En Suède, le changement de génération s’est enfin effectué. Comptant sur la jeune garde formée par Lukas Nilsson, Simon Jeppsson ou Jerry Tollbring, le sélectionneur Kristjan Andresson a brisé le plafond de verre. Il compte tout de même sur des valeurs sûres telles que Jakobsson. L’arrière droit a fait son retour et partagera le poste avec Albin Lagergren. Celui qui a tenu la place seul au Mondial 2017 (24/36 en 5h de jeu) a continué sur sa lancée pour passer un palier. Meilleur buteur de Kristianstad en Ligue des Champions cette saison, Lagergren devra cette fois-ci se sortir d’une situation concurrentielle. À ce jeu, pas certains que Jakobsson sorte longtemps de sa retraite.

Albin Lagergren

La carrière de Linus Arnesson est elle beaucoup moins extraordinaire. Arrivé à Redbergslids très jeune mais dans la période où le club s’effondrait, il a tout de même réussi a devenir meilleur buteur de l’histoire du championnat suédois en six années d’exercices. Logiquement, des clubs étrangers se sont intéressés à ce demi-centre et il a choisi d’aller en Allemagne à Bergischer… Qui est descendu en seconde division cet été. Faire contre mauvaise fortune bon cœur, il est actuellement deuxième meilleur buteur du club leader incontesté de 2. Bundesliga, avec un nombre de passes important. Kristjan Andresson n’est pas resté insensible à ces performances, et Arnesson devrait être le second de Gottfridsson.

Groupe B

 Autriche: Wilhelm Jelinek (West Wien – 23 ans), Tobias Wagner (Balingen – 22 ans)

Dans une équipe qui manque de référence, l’Autriche pourra compter sur deux espoirs pour se construire un futur à défaut d’avoir un passé. Parti de son club formateur pour la Bundesliga en même temps que Nikola Bylik en 2016, le pivot de Balingen Tobias Wagner n’a pas connu la même trajectoire que son camarade, avec peu de temps de jeu après une rupture des ligaments croisés du genou. Mais cette saison, désormais en D2 allemande, le pivot joue plus et gagne en confiance. Il pourrait s’imposer comme le patron de la défense autrichienne.

À ses côtés, il aura Wilhelm Jelinek comme relais et concurrent. Relais car ce dernier est plus reconnu pour ses qualités offensives, après une première saison 2016/2017 pleine en Autriche, dans le club de West Wien où il a eu tout le temps de s’épanouir. Concurrent aussi, et ce depuis les sélections espoirs où l’un et l’autre étaient déjà points d’appuis d’un certain Nikola Bilyk.

 Biélorussie: Aliaksandr Padshyvalau (SKA Minsk – 21 ans),Vadim Gayduchenko (22 ans – Dinamo Bucarest), Hleb Harbuz (SKA Minsk – 23 ans), Viachaslau Bokhan (SKA Minsk – 20 ans),  Mikalai Aliokhin (SKA Minsk – 18 ans), Artur Karvatski (Balatonfüredi – 21 ans)

Dans la logique de son renouvellement de fond en comble opéré depuis 2014, la Biélorussie arrive avec une flopée de joueurs qui auront un nouveau statut dans l’équipe de Iouri Chetsov (photo). Hleb Harbuz n’est pas un inconnu, repéré dans les sélections espoir où il s’illustra parmi les meilleurs buteurs, l’arrière gauche a ensuite perdu le fil de sa carrière du côté de l’Autriche. Récemment passé par le Motor Zaporozhye, son expérience a tourné court, heureusement son retour au pays lui offre une nouvelle chance avec la sélection pour ce joueur talentueux et imprévisible.

Iouri Chetsov

Au SKA Minsk justement, le demi-centre Aliaksandr Padshyvalau prend une nouvelle dimension. Exemple en coupe EHF, où il aura fait tourner la tête de Léon (16 buts en deux matches) pour offrir la qualification à Minsk. Il pourrait être un relais important de Pukhouski à la mène, tout comme Vadim Gayduchenko qui réalise une belle saison en Roumanie et qui a été repéré par Saint-Raphaël.

Mikalai Aliokhin avait déjà fait parlé de lui l’année dernière, à tout juste 18 ans il continuera son apprentissage du haut niveau tout comme Viachaslau Bokhan, pivot n°3 derrière Artsem Karalek et Maxim Babichev, ce dernier se rapprochant de la fin de carrière internationale. Enfin, Artur Karvatski sera la deuxième solution au poste d’arrière droit. Doublé par le Tchèque Kasparek à Balatonfüredi – voir par ailleurs – celui-ci aura l’occasion de montrer ses qualités sur ce premier tour.

 France: Nicolas Tournat (Nantes – 23 ans), Romain Lagarde (Nantes – 20 ans)

Dire que Nicolas Tournat était attendu en équipe de France est un euphémisme. Dans les meilleurs attaquants de la Starligue depuis plusieurs années, celui qui s’était révélé lors du Mondial 2015 avec l’équipe de France junior a continué de progresser sous la surveillance de Thierry Anti. Pour pouvoir prétendre à enfiler régulièrement le maillot bleu, il fallait améliorer ses qualités défensives ce qui est désormais chose faîte comme l’illustre ses sorties en Ligue des Champions aux côtés de Rock Feliho. La blessure de Ludovic Fabregas libérant la place, celui-ci s’est engouffré dans l’intervalle et aura un grand rôle à jouer sur un poste touché par les absences.

Nicolas Tournat

Son coéquipier Romain Lagarde ne fait pas parti des 16, mais sa présence dans l’avion est déjà un grand pas pour l’arrière demi-centre. Egalement couvé à Nantes, il a cette saison eu des responsabilités à prendre du fait de l’absence de Olivier Nyokas et de l’irrégularité de Rudolf Faluvegi. Le bilan que ce soit en championnat ou Ligue des Champions est plus que satisfaisant, et celui qui a atteint une nouvelle dimension en club peut désormais pousser en grand les portes de la sélection.

 Norvège: Magnus Rod (Flensburg – 20 ans),  Henrik Jakobsen (GOG – 25 ans)

Il faudra observer Henrik Jakobsen pour deux raisons lors de cet Euro. La première, c’est que le grand gaillard norvégien (1,96m ; 99kg) posera ses valises du côté de Toulouse à la rentrée. La deuxième, c’est qu’il est à une moyenne de 80% au tir cette saison, ce qui en fait le 7e plus efficace joueur de la ligue du Danemark. La dernière, c’est qu’avec une forte concurrence formée de Gullerud et Myrhol, on n’aura pas beaucoup l’occasion de l’apercevoir.

Ce qui est moins le cas de Magnus Rod. Le très grand arrière droit, déjà par la taille, et presque autant par le talent, a commencé son apprentissage du plus haut niveau du coté de Flensburg cette saison. En mal de temps de jeu en club, il gratte néanmoins du temps de jeu à Tonnesen en sélection depuis deux ans, et la méforme de Eivind Tangen – belle révélation du Mondial 2017 tout de même – pourrait lui donner l’occasion de s’illustrer et de s’installer définitivement au sein de cette belle équipe norvégienne.

Henrik Jakobsen

Maxime Thomas avec M. Georgeault et Q. Herfeld

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. jpf_hb - le 12 janvier 2018 à 15h45

    "Dire que Nicolas Tournat était attendu en équipe de France est un euphémisme."
    Ah ah la petite pique xD

    • -Prophet - le 12 janvier 2018 à 16h50

      C'était le running-gag dans l'espace commentaire depuis près d'un an haha

  2. Très Beurk - le 12 janvier 2018 à 20h06

    Lagergren m'a vraiment impressionné l'an dernier, j'attend beaucoup de ce gaucher

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves