EdF (F)

Plus qu’à sortir la tête haute

Crédits : Stéphane Pillaud – FFHB

L’équipe de France dispute son dernier match du Mondial japonais ce lundi contre la Hongrie (10h). Un match pour la 13e place qui compte pour l’honneur, mais pas seulement.

On a pu croire, ce matin lors de la première mi-temps du match contre l’Angola, que l’équipe de France ne s’était pas correctement remise du coup de massue pris contre le Danemark vendredi, qui a résulté de son élimination précoce et de sa participation à la Coupe du Président. Cette Coupe du Président – concrètement, les matchs de classement – n’attire habituellement pas les regards en France. Mais quand l’équipe nationale y participe, c’est différent… Et au début de la rencontre, alors que la plupart des supporters restés dans l’Hexagone dormait, les Bleues ont manqué de peps face au champion d’Afrique. Des tirs manqués, des pertes de balle, ça ne pardonne pas face à une équipe angolaise qui met l’impact nécessaire pour malmener le tenant du titre. Mais la France est revenu dans la course à la pause (9-9, 30′), et a pu ensuite reprendre le jeu à son compte pour dominer dans tous les secteurs les Angolaises (10-13, 37′ ; 14-20, 52′). “Ce n’était pas facile de se remobiliser, les visages étaient un peu fermés ce matin, explique Olivier Krumbholz à l’issue de la rencontre. Mais il y avait tout de même une belle détermination à relever la tête.” Et cette belle détermination s’affiche sur le large écart final au score (17-28).

Le regard tourné vers l’avenir

Le coach des Bleues avait ainsi un discours très positif à l’issue du match : “Je suis très heureux de ce match où il y avait de tout. On craignait cette équipe d’Angola qui a de grosses qualités. Je pense que le fait de mettre énormément de profondeur en défense les a perturbés. On savait que l’on gagnerait largement le match dans le jeu sur tout le terrain. Et c’était très séduisant en attaque, nous avons développé un beau jeu, avec patience et minutie, et effectivement il faut dire que les jeunes ont été très bonnes.” Les entrées des réservistes du premier tour Pauletta Foppa et Tamara Horacek ont effectivement été remarquées dans le bon sens. “Nous avons relevé la tête même si c’est très dur depuis la fin du match contre le Danemark, déclare cette dernière. Il nous manquait de la joie de vivre ces derniers temps. J’ai l’impression aujourd’hui que l’on a retrouvé des sourires sur les visages.”

Catherine Gabriel (France). Crédits : Stéphane Pillaud – FFHB

Un jeu satisfaisant, des sourires revenus, le tout face à un adversaire, l’Angola, qui n’est pas champion d’Afrique pour rien, cela fait forcément du bien. En remportant le match ce matin, les Françaises sont restées concentrées sur le projet de jeu, en plus de faire preuve de caractère. “Même si c’est trop tard pour faire un excellent résultat au Mondial, ce genre de match est plus qu’encourageant pour l’avenir, affirme Krumbholz. Nous aurions pu perdre sans honte tout en s’enfonçant mentalement. Le fait d’avoir bien gagné et retrouvé du plaisir, c’est une excellente nouvelle.” Reste maintenant à confirmer ces sourires en remportant le dernier match de la compétition face à la Hongrie, là encore un adversaire très solide qui aurait pu avoir sa place dans le tour principal. “On ne voulait pas finir sans une réaction de notre part. Chaque match doit être pris au sérieux dans l’optique de l’été prochain. Il fallait montrer un autre visage”, rappelle la gardienne Catherine Gabriel, tandis que Manon Houette invite à “se dire que ces deux matchs étaient plus le début de quelque chose que la fin d’un Mondial compliqué.” France-Hongrie, match pour la 13e place du Mondial 2019, mais également match de préparation pour les Jeux olympiques de Tokyo 2020.

Mickaël Georgeault (tout propos tirés du site de la FFHB)

Pub Espace Pronos EDF

8 CommentairesPoster un commentaire

  1. Averell - le 8 décembre 2019 à 18h37

    On ne va evidement pas s'emballer pour une victoire de 11 buts sur l'Angola…
    En revanche, il faut absolument que ce match et le prochain servent a travailler dans l'optique des JO.
    A voir si certaines des cadres qui avaient tendance a avoir le boulard avant le retour d'OK sont capables de retrouver de la modestie et de se remettre au service de l'equipe.
    Et surtout a voir si les jeunes peuvent etre une vraie alternative car il n'est pas si facile de remplacer l'experience que certaines anciennes ont accumule au cours des campagnes precedentes et qui, quoiqu'on pensent de ces anciennes, peut s'averer precieux lors des matchs a pression.

    • BibiPizzy5 - le 8 décembre 2019 à 19h34

      Je pense plutôt que certaines joueuses avec le boulart avant le ( responsables du ? ) retour de ce sélectionneur, devraient être écartées, plutôt que d'attendre quelques changements de leur part

      • Averell - le 8 décembre 2019 à 20h54

        Tu as peut etre raison, mais celles dont on parle ont aussi contribue aux titres des dernieres annees, il ne faut pas non plus l'occulter. Ont elles toujours leur place aujourd'hui, c'est la question…

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).