Euro (M)

L’EHF tire un bilan positif de la compétition

Michael Wiederer (Président EHF). Crédits : Bertrand Delhomme / Handnews

Juste avant les matchs pour la cinquième place et pour la médaille de bronze de l’EURO 2020, l’EHF a tenu sa traditionnelle conférence de presse de fin de compétition. “C’est un vrai triomphe”, se félicite le président de l’EHF Michael Wiederer, qui a pu rappeler à cette occasion les hésitations initiales sur la formule choisie, avec trois pays organisateurs et 24 équipes participantes, une double première. “On a pu voir des personnes enthousiastes même aux matchs qui habituellement n’attirent pas beaucoup les spectateurs”, a également souligné Wiederer. Quant à la nouvelle formule avec un tour préliminaire plus couperet et un long tour principal, “elle a été globalement bien acceptée”, estime encore le président de l’EHF. Du côté de l’organisation de la compétition, on se félicitait des bonnes audiences télévisuelles (surtout en Autriche) et des affluences dans les trois pays organisateurs : le taux de remplissage moyen a été estimé à 86% pour les matchs en Autriche (Vienne et Graz), à 75% pour Trondheim et Malmö, et plus de 95% pour Göteborg, qui a accueillie le groupe de la Suède au premier tour. Quant à Stockholm, la première demi-finale de vendredi entre la Norvège et la Croatie dans la Tele2 Arena a battu le record d’affluence pour un match de handball en Suède avec 16.573 spectateurs. Un record qui devrait être battu ce dimanche avec la finale de la compétition.

A Stockholm, Mickaël Georgeault

1 CommentairePoster un commentaire

  1. rkj4 - le 27 janvier 2020 à 19h08

    J'avais pas pensé à ça, mais 3 pays organisateurs, ça fait 3 x plus de matchs à guichet fermé ou presque. Bien vu l'EhF.

    À part ça, il m'a semblé que le nombre de buts marqué fut assez faible, beaucoup d'équipes tournant autour de 25 buts, voire nettement moins. C'est peut-être une fausse impression, il faudrait comparer les compètes. À ce titre, les 2 Croatie-Espagne sont impressionnants : 22-22 et 22-20, ça fait pas lourd. En 2014, les Français avaient battu le Danemark par 41-32. Jusqu'à cette année, j'avais rarement vu une finale avec des adversaires aussi épuisés.

    Avec leur fréquence élevée et leur temps de préparation réduit, ces compétitions de handball reflètent-elles la valeur réelle du handball international ? Certainement, mais ça reste à pondérer.

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).