Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

N1 Élite - J4

Amiens chute face à Paris, Caen solide vainqueur

, par Zorman

Laurent Lagier-Pitre, Caen (crédits photo : Vanessa Broussier)

Si seuls 4 des 6 matchs ont pu être joués, cette quatrième journée n'en a pas été moins intéressante, avec la première défaite d'Amiens et le premier succès de Gonfreville.

Avec encore 2 matchs reportés cette journée, 4 rencontres se sont jouées ce week-end. Dans un nouveau choc du haut de tableau, ce sont les Parisiens qui ont pris les points à Amiens (28-29). Après 2 matchs annulés, Caen a retrouvé le sens de la marche en allant vaincre les joueurs de l'Élite Val d'Oise chez eux (31-36). A Mulhouse, les locaux se sont imposés face à Rennes, tandis que Gonfreville a décroché un premier succès autoritaire à Vernouillet (26-33).

Yannis Mancelle, Caen (crédits photo : Vanessa Broussier)

Les Vikings repartent de l'avant

Cela faisait 15 jours que les Caennais n'avaient pas disputé de match officiel. Du côté de Franconville, les hommes de Roch Bedos ont su reprendre leurs habitudes, et affirmer leur niveau de jeu. "On avait beaucoup de questionnements à l'entrée de ce match-là, relit l'entraîneur normand. Quel état notre état après 15 jours sans match ? Nous avions des interrogation sur notre rythme, et nous savions que nos adversaires seraient revanchards après leur défaite à Frontignan." Les deux équipes démarrent au coude à coude sur les 10 premières minutes, avant que les visiteurs ne créent un écart (10' : 5-4 ; 20' : 8-13). Jordy Jacoby-Koaly s'illustre avec ses arrêts (8 en première période), et les ailiers Normands s'illustrent. Avec 10 et 8 buts, les recrues Yannis Mancelle à droite et Alexian Trottet s'en sont "donnés à coeur joie, d'après les mots de leur entraîneur. On a des ailiers très rapides et efficaces à la finition, ça nous a permis d'être bons sur les contre-attaques et les fins de montées de balle." A la pause, les visiteurs ont fait le plus gros (MT : 11-17).

Ruslan Junisbekov, Élite Val d'Oise (crédits photo : Vanessa Broussier)

La deuxième période, pourtant marquée par le carton rouge de l'arrière droit normand Evaris Muyembo, laisse les Vikings mener les débats. Ils vont néanmoins se relâcher en fin de match, et encaisser 8 buts en 10 minutes, dont 2 du meilleur buteur francilien Omar Benali (9/11, dont 5 pen.) et 4 de l'arrière gauche Ruslan Junisbekov. Le joueur kazakh, qui était sur le départ à l'intersaison avant l'arrivée du nouveau coach et la non-venue de Célym Darsoulant, a réalisé un match plein face aux futurs joueurs de Proligue. "Il a pu mettre des buts de loin, apporter du danger, et on est très satisfaits de sa prestation, loue son coach Safwann Khoudar après le match. Il a fait un match plein tant en attaque qu'en défense, et on espère qu'il pourra continuer sur cette dynamique." Cela n'a néanmoins pas empêché la défaite de son équipe, qui s'incline de 5 longueurs (SF : 31-36). "Même s'il y a forcément des petites choses à revoir, on est satisfaits de notre prestation. Même si on a été menés, on a été cohérents et on a pu se racheter au niveau de l'état d'esprit, analyse l'entraîneur du Val d'Oise. Aussi, on sortait de deux déplacements là où notre adversaire n'avait joué qu'un match et était plus frais. Mais Caen est une très belle équipe, et ils ont mieux géré les supériorités numériques que nous. On espère pouvoir corriger ça prochainement, mais on est très contents d'avoir pu les accrocher."

Élite Val d'Oise (crédits photo : Vanessa Broussier)

Du côté des Vikings, Roch Bedos est également satisfait de la victoire de ses hommes. "Le match a été plutôt bien maîtrisé. On avait vu lors de la première journée qu'on était capables de marquer beaucoup de buts et on confirme nos certitudes offensifs sur ce deuxième match. Maintenant, l'objectif c'est d'en prendre beaucoup moins." Invaincus mais avec seulement 2 matchs au compteur, le Caen Handball devrait recevoir Frontignan la semaine prochaine. "On met tout au conditionnel parce que tout peut arriver au dernier moment, rappelle l'entraîneur, qui met le doigt sur les incertitudes que tous les acteurs du handball rencontrent en ce moment. Ce sera un premier choc face à une équipe qui réussit bien son début de championnat, mis à part un accroc à Pau, mais qui ne sont jamais simples à jouer. Ils viendront sans pression en essayant de battre un VAP de plus (Frontignan avait battu Villeurbanne en première journée). Il faudra prendre beaucoup moins de buts, insister sur le repli défensif, car on sait que c'est une qualité de Frontignan de bien monter les ballons." Du côté de l'Élite Val d'Oise, la prochaine rencontre se fera à Pau. "On sait que c'est un adversaire très compliqué à jouer chez lui, anticipe Khoudar. Il y a une très belle ambiance, une grande ferveur populaire autour de cette équipe. Mais c'est un adversaire à battre, et on espère bien y parvenir là bas."

À Vernouillet, Gonfreville se déplaçait pour un match entre deux équipes à trois défaites. Pourtant, la pression ne semble pas affecter les Normands. Très bien entrés dans leur match, les visiteurs vont réaliser une première période très aboutie offensivement, à l'image des 7 buts de Pierre Fitte-Duval. L'attaque des locaux n'est pas ridicule, mais le bât blesse en défense, et l'écart à la pause est conséquent (MT : 13-21). Le second acte est bien géré par les hommes d'Ibrahima Diallo qui prennent jusqu'à 13 longueurs d'avance (38' : 15-28) sur un pénalty de Baptiste Mir (8/10, dont 3 pen.). La fin de match laisse les Vernolitains remonter mais la défaite est inévitable (SF : 26-33). Le COV, habitué de bonnes performances offensives, aura ce samedi livré une prestation insuffisante, à l'image des échecs au shoot de ses artilleurs préférentiels Enzo Jean-Louis (7/15) et Geoffrey Minel (4/11). La semaine prochaine, Vernouillet se déplacera à Rennes pour tenter de décrocher son premier succès. De son côté, Gonfreville essaiera de capitaliser sur sa victoire avec la réception d'Amiens. Une équipe en forme en ce moment, mais qui a chuté face à Paris.

Thomas Zirn, Amiens Picardie Handball (crédits photo : Gazette des Sports).

Paris réalise la perf de la journée

On annonçait cette rencontre entre Amiens et Paris comme un choc du haut de tableau. Entre deux premiers ex-aequo, il y a eu match. Ce sont les Parisiens qui commencent mieux la rencontre, portés par leur gardien Léo Villain, impérial sur l'ensemble de la rencontre (16 arrêts, 36%). Mais leur avance de 3 buts ne sera pas conservée, et les locaux mènent un rude combat dans leur Coliseum (MT : 13-13). Malgré tout, ils laissent les visiteurs reprendre un avantage en seconde mi-temps. La jeunesse du PSG fait la course en tête durant cet acte, avec un écart gonflant jusqu'à 5 unités à l'approche du money time (49' : 19-24). Mais on sait les hommes de Yuriy Petrenko pleins de ressources, et ils le démontrent dans cette fin de match plus que serrée. Un 8-2 infligé en 7 minutes, et Amiens reprenait même l'avantage (56' : 27-26). C'est alors que Thierry Perreux prend un temps mort décisif. De retour au jeu, c'est l'ex-Amiénois Baptiste Clay (4/4) qui recolle, et les dernières minutes seront mieux gérées par les joueurs de la capitale. Sur un dernier arrêt de Léo Villain, ses partenaires s'assurent une victoire importante, après s'être fait peur en fin de match (SF : 28-29). À noter qu'après avoir été aligné face au Fénix en Starligue, le capitaine Louis Despreaux n'a pas manqué à ses standards et termine une nouvelle fois meilleur buteur de la rencontre (7/11). Il figure également en tête du classement des buteurs du championnat, avec une moyenne de 8,5 buts par match. Du côté du Amiens Picardie Handball, les hommes forts ont été les demi-centres Roman Scattolari et Thomas Zirn (5 et 6 buts). Paris enchaînera la semaine prochaine sur un autre choc de haut de tableau, avec la réception de l'ASPTT Mulhouse-Rixheim, victorieuse ce dimanche.

Guirec Cherrier, Mulhouse-Rixheim (crédits photo : Guénaëlle MARTER).

À domicile face à Rennes, les Alsaciens se sont imposés face à Rennes après un match mouvementé. Les joueurs de Mulhouse-Rixheim démarrent bien le match mais encaissent un 4-0 qui les forcera à faire la course derrière pendant le premier acte. À 3 longueurs de retard à la 20ème, les locaux vont parvenir à remonter suite à l'exclusion définitive du défenseur rennais Samuel-Sébastien Alexandrine, qui avait déjà été exclu lors de la journée précédente. Avant la pause, ce sont le coach Mehdi Ighirri et l'arrière droit Guirec Cherrier qui permettent à leur équipe de recoller (MT : 13-13). La seconde période reprend mieux pour les locaux, et le gardien Cvetkovic enchaîne les arrêts. Cela ne durera néanmoins pas longtemps, le Russe recevant un carton rouge à la 38ème minute. Pour autant, les hommes de Mehdi Ighirri ne sont pas déstabilisés et font grimper l'écart jusqu'à 5 unités (46' : 23-18). Mais rien n'est joué, et les Bretons affligent à nouveau un 4-0, grâce notamment à 3 réalisations de l'ailier gauche Gautier Morvan (6/7). Malgré tout, les joueurs de l'ASPTT sont solides dans les dernières minutes, portés par Guirec Cherrier (7/8) et s'imposent (SF : 29-27).

Retrouvez le classement et les affiches de la prochaine journée sur l'onglet Résultats du site.

Antoine Piollat

Prochain match TV

France

17:30

Dim. 14 Avr.

Roumanie

Voir le programme TV
0 0 votes
Évaluation de l'article
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Desroyer
Desroyer
3 années il y a

Intriguant ce début de championnat!

Mulhouse est une équipe étonnante très homogéne, entre expérience et jeunesse.

Des remplacants qui apportent autant que les titulaires.
Notre bon Darko qui prend rouge sur un contact avec le contre attaquant à un moment important mais Julien petit rentre et assure la cage derriére, scène cocasse de François marie qui se fait déchirer le maillot après 3min de jeux et doit attendre une bonne partie du match sur le banc qui maillot neuf arrive en 2eme mi temps , Guirec cherrier son compère à droite est éternel.
Ighirri qui passe toujours ses petites feintes de « papy »
Malgres de nombreux imanquable (7 m!!?) On tiens bon .
Les années passent et se ressemblent malgrés les étages supérieurs

Bravo les loups

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x