Euro 2022 (M)

L’Allemagne qualifiée, Islande et Portugal dos à dos

Plusieurs sélections européennes ont disputé des matchs de qualification pour l’Euro 2022 la semaine dernière, certaines en guise de préparation pour le Mondial 2021. L’Allemagne est la première sélection qualifiée.

32 équipes sont engagées dans la dernière phase des qualifications pour l’Euro 2022, qui aura lieu en janvier prochain en Hongrie et en Slovaquie. Mais parmi ces 32 équipes, seules trois ont disputé leurs quatre premiers matchs de poule, sur six. Il est donc normal que le flou persiste sur l’identité des futurs participants à l’Euro. De nouveaux matchs ont été reportés, comme ceux de la Suède ou de la Tchéquie, des équipes touchées par le Covid-19. Ainsi, il n’y a pas eu de matchs dans les poules 3 (Tchéquie, Russie, Ukraine, Îles Féroé), 7 (Danemark, Macédoine du Nord, Suisse, Finlande) et 8 (Suède, Roumanie, Monténégro, Kosovo). Dans le groupe A, la Serbie et la France ont commencé leur campagne de qualification par leur double-confrontation, qui a tourné à l’avantage des Serbes. Ces derniers joueront encore mercredi contre la Grèce, qui, comme la Belgique, n’a pas encore disputé la moindre rencontre de qualification. La Tchéquie et les Îles Féroé sont les deux autres sélections à ne pas encore être entrées dans la compétition, leur double-confrontation prévue cette semaine ayant été annulée.

L’Allemagne fait le plein de confiance

Andreas Wolff (Allemagne)

A l’inverse, l’Allemagne a disputé ses quatre premiers matchs de qualification et est la première équipe qualifiée pour l’Euro 2022, en compagnie des pays organisateurs (Hongrie et Slovaquie) et des deux finalistes de la dernière édition (Espagne et Croatie). Les Allemands affrontaient deux fois leurs voisins l’Autriche cette semaine, et se sont imposés largement à deux reprises. Après un succès 27-36 à Graz où l’ailier Marcel Schiller a fait parler la poudre (11 buts), la Mannschaft a récidivé chez elle ce dimanche. Une très grosse première période d’Andreas Wolff dans les buts allemands a dégoûté les tireurs autrichiens, qui n’ont marqué que cinq buts en première période (19-5, 30′). L’écart de quatorze buts à la pause est aussi celui de la fin de rencontre (34-20). Avec ces deux larges succès contre une équipe qui affrontera la France au premier tour du Mondial, la troupe d’Alfred Gislason, profondément remaniée suite aux absences de nombreux cadres, peut aborder le championnat du monde avec confiance. Dans les autres matchs de la poule 2, l’Estonie et la Bosnie-Herzégovine ont chacun remporté leur match dans leur double-confrontation : les Estoniens ont gagné à domicile mercredi (24-21), et les Bosniens se sont vengés chez eux dimanche (21-19). Les deux équipes comptent deux points, autant que l’Autriche.

La Norvège garde la première place, deux succès pour la Pologne

Christian Berge (Norvège)

A première vue, c’est une surprise : la Norvège, une des meilleures nations au monde, battue en Biélorussie de huit buts (33-25) ! Mais il suffit de jeter un œil sur l’équipe qui a fait le déplacement à Minsk pour comprendre le résultat. L’équipe réserve de la sélection norvégienne a été envoyée en Biélorussie, et même le sélectionneur Christian Berge n’a pas fait le déplacement. Les Norvégiens n’ont voulu courir aucun risque avec une possible contamination au Covid-19 avant le Mondial. Vendredi à domicile, les réservistes norvégiens ont cette fois pris le dessus face à la Biélorussie, qui s’est à son tour délestée de certains cadres pour le voyage (27-19). Les Norvégiens restent premiers de leur poule, devant la Biélorussie, l’Italie et la Lettonie. Les Italiens ont pris le dessus jeudi contre les Lettons, avec notamment six buts du pivot istréen Andrea Parisini (28-17). Piqués au vif, les partenaires de Dainis Kristopans ont réagi dimanche (31-29). Le pivot de Limoges Ingars Dude a été très en vue (8 buts), tandis que l’ancien de Vernon et Nice Davide Bulzamini a terminé meilleur buteur de la rencontre (9 buts).

Kay Smits (Pays-Bas)

Dans le groupe 5, la Pologne retrouve des couleurs. Après plusieurs rendez-vous internationaux manqués, la sélection polonaise a bien réussi son entrée dans les éliminatoires cette semaine, certes contre un adversaire accessible, la Turquie. Vainqueurs à Eskisehir (24-29), les partenaires des frères Gebala ont remis le couvert chez eux à Plock (35-24), avec notamment sept buts d’Arkadiusz Moryto. Pour se qualifier, il faudra néanmoins parvenir à prendre le dessus sur deux adversaires costauds, la Slovénie et les Pays-Bas. Les Slovènes ont parfaitement réussi le premier round de leur double-confrontation face aux Néerlandais en milieu de semaine : après une première période compliquée (15-14, 30′), les hommes de Ljubomir Vranjes ont étouffé les Oranjes qui n’ont marqué que quatre fois en 24 minutes (19-31, 54′) et qui s’inclinent largement (23-34). Le retour a été totalement différent. En tête une grande partie du match, les partenaires de Dragan Gajic (7 buts) comptent cinq buts d’avance à dix minutes de la fin (25-20, 50′). Mais un 5-0 hollandais remet les coéquipiers de Luc Steins dans le match. La Slovénie repasse devant, mais un but de Kay Smits à la dernière seconde offre le point du nul aux Hollandais (27-27). Les deux équipes comptent trois points, et se tiennent en embuscade derrière la Pologne.

L’Islande a répondu au Portugal

Pedro Portela (Portugal)

Le Portugal est la deuxième équipe qui aurait pu se qualifier dès cette semaine. Dans le groupe 4, seuls les Portugais et l’Islande ont joué, à deux reprises l’un contre l’autre. Et la sélection lusitanienne s’est retrouvé en bonne position pour décrocher son ticket dès cette semaine après avoir pris l’ascendant lors de la première opposition (26-24). Longtemps devant au score, les partenaires de Pedro Portela, meilleur buteur du match (7 buts), n’ont cependant pas réussi à creuser l’écart. Les Islandais sont revenus au score (23-23, 56′), avant que le Portugal fasse pencher la balance dans le money-time. Pour la deuxième opposition, le scénario de départ est le même : les Portugais font la course en tête en début de rencontre (6-11, 24′) et gardent l’avantage à la pause (12-13, 30′). Mais en milieu de deuxième période, la rencontre bascule définitivement en faveur des Islandais (18-17, 42′ ; 29-19, 55′) qui finissent par s’imposer largement (32-23). L’occasion de se qualifier directement pour les championnats d’Europe est donc manquée pour les Portugais, tandis que l’Islande, avec quatre points mais un match en moins, avance à la deuxième place et se retrouve en bonne position pour aller chercher la pole position avec un goal average favorable sur son rival.

Mickaël Georgeault

5 CommentairesPoster un commentaire

  1. leFnake - le 11 janvier 2021 à 16h49

    La Norvège a fait jouer son équipe (et staff) B pour les 2 matchs. Côté Biélorusse, c'est l'équipe A qui a remporté le match aller, mais la B (avec Pukhouski mais il n'est pas retenu pour le mondial) qui a perdu en Norvège. https://www.eurohandball.com/en/match/20221101010https://www.eurohandball.com/en/match/20221101010

  2. moun - le 11 janvier 2021 à 16h56

    Je crois que la Norvège pourrait même se permettre d’aligner leur équipe bis face aux Bleus…

  3. Jack3544 - le 11 janvier 2021 à 17h40

    ET l'Allemagne joue également sans pas mal de joueurs qui ont fait le choix (ou imposé par leurs clubs?) de décliner le championnat du monde.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).