JO (M)

Les réactions après France – Norvège

Entre déception et inquiétude suite aux différents joueurs blessés, le bilan du dernier match de groupe des Bleus à Tokyo n’est pas très glorieux. Découvrez les réactions du staff et des joueurs ci-dessous.

Guillaume Gille : Nous sommes dans l’attente des prochains examens pour Timothey et Hugo mais il est certain que deux joueurs qui sortent subitement à l’issue d’un choc ou d’une accélération, on peut imaginer que c‘est sérieux. Mais on a d’abord besoin du diagnostic pour tirer les conclusions qui s’imposeront.

J’avoue que c’est rageant après un match qui n’était pas neutre, un France – Norvège, qui est toujours une très belle affiche et que nous avions décidé de jouer au premier degré. Avoir des doutes sur la suite pour ces deux joueurs, je trouve que l’on paie un lourd tribut à l’issue de ce match. On va prendre le temps des soins et des examens avant d’envisager la suite. Il y a un point d’interrogation pour la suite de la compétition les concernant.

L’équipe du Bahreïn aurait pu se retrouver avec deux victoires à l’issue de ses deux premiers matches. Elle a posé des problèmes à quasiment tous ces adversaires. Elle a peut-être moins de références internationales mais elle aligne une défense dynamique et beaucoup de fraîcheur. Quel que soit l’adversaire, on arrive dans le premier moment décisif de la compétition. On va bien récupérer de nos 5 matches en 10 jours et nous préparer de la meilleure des manières.

Luka Karabatic : Malgré la défaite, on a bien répondu présents car ils sont rentrés fort dans la partie. On s’est battus et on a livré un beau combat. On n’a pas reculé et on n’a pas démérité ce soir mais le fait que Tim et Hugo soient touchés, cela fait mal.

Nous sommes sur un rythme effréné depuis le début de la compétition et la longue saison, ce n’est pas trop surprenant que des blessures arrivent. Il va falloir se resserrer et rester soudés quoiqu’il arrive. Nous avons effectué une très bonne phase de poule et il va falloir maintenant se projeter sur les quarts de finale. Il faudra aussi récupérer après plusieurs matches à haute intensité.

Valentin Porte : La victoire, la défaite, n’avait pas véritablement de valeur ce soir mais on avait à cœur de jouer à fond et de décrocher la victoire. On en avait besoin pour continuer à progresser. On est tombés sur une bonne équipe de Norvège mais le gros hic ce soir, ce sont les blessures. C’est une journée à oublier.

Le Bahreïn est un adversaire inattendu. Cette équipe a montré de très belles choses depuis le début de la compétition. Elle aurait pu mieux se classer après avoir fait de très bons matches depuis le début. On va bien étudier cette équipe pour éviter tout problème. Elle dispose aussi d’un très bon coach qui a de l’expérience. Cette équipe a montré de la combativité et elle est atypique. Elle pose des problèmes en défense.

Nikola Karabatic : C’était un match où on n’avait rien à gagner si ce n’est de bien jouer et de prendre de la confiance, ce que nous avons fait. Mais si on perd deux joueurs comme ça, même s’il faut attendre le retour du médecin, cela fout les boules car jusqu’à présent, on est très bien.

On suit la compétition et on ne va surtout pas les sous-estimer le Bahreïn et les résultats qu’ils ont obtenus. Ils ont perdu à la dernière seconde face à la Suède qui nous a mis une trempe, en demies, lors du dernier Mondial. Il faudra bien préparer le match car c’est un jeu différent.

On termine premiers du groupe entre guillemets, le plus difficile, avec quatre potentiels médaillables. La première partie est plus que remplie, c’est parfait. Faire une première phase de ce niveau-là ne garantit rien du tout. Une autre compétition commence maintenant.

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).