N1 élite – J1

Annecy remporte le choc, Poitiers impressionne

Martin Gaillard, Annecy CSAV (crédits : Sébastien TORCHIO, Annecy CSAV Handball)

Pour cette première journée de Nationale 1 élite, après 10 mois d’interruption, les duels ont fait rage. Après le choc entre Annecy et l’Élite Val d’Oise, les coachs Raphaël Planchet et Safwann Khoudar reviennent pour Handnews sur leur belle reprise de la compétition.

10 mois et 23 jours. C’est le temps durant lequel la Nationale 1 est restée endormie, soumise aux aléas de la situation sanitaire de par son statut semi-professionnel. Mais le top départ a bien retenti ce weekend, et les 12 formations de l’élite n’attendaient que ça pour remettre le couvert. Avec 4 promus ambitieux auteurs pour la plupart de belles prestations, des habitués de la compétition et le nouveau projet bordelais à Bruges-Lormont, la saison promet de beaux duels, et cette première journée l’a fièrement démontré.

Duel de haute volée entre Annecy et l’Élite Val d’Oise

Comme beaucoup de rencontres cette saison, le duel entre l’Annecy CSAV et l’Élite Val d’Oise s’annonçait comme un match serré entre deux belles équipes. Et pour le retour des spectateurs au gymnase des Glaisins, les deux formations n’ont pas triché et se sont livré une rude bataille.

Tom Vinatier, Annecy CSAV (crédits : Sébastien TORCHIO, Annecy CSAV Handball)

J’ai le sentiment d’avoir joué un très beau match de N1 dans cette poule élite.” Dès cette première journée, le tacticien d’Île-de-France Safwann Khoudar revient déjà sur une performance aboutie entre deux équipes qui étaient prêtes à démarrer leur championnat. Pourtant, les deux formations comptaient des absents, avec le cadre Simon Mayoyo, sur le poste d’arrière gauche du CSAV, et l’arrière droit Lahcen Bellimam et le pivot Yasser Boukheda côté visiteurs. “On a appris en arrivant qu’il y avait un problème de licence avec notre arrière gaucher, déplore l’entraîneur de l’EVO. Il a du suivre le match depuis les tribunes.” Mais malgré cela, la copie rendue sur le terrain n’a pas manqué en qualité.

Une victoire dans les dernières secondes

Tout au long de la rencontre, les équipes sont au coude à coude, et l’écart n’excède que rarement les 3 buts. “En première mi-temps, on a pas su prendre Simon Lavialle qui nous transperce au travers, analyse Raphaël Planchet, coach des locaux. On a bien réagi sur lui dans le second acte, mais ça nous a amené à se découvrir un peu sur la droite et laisser des espaces à Omar Benali.” Car en effet, les deux Franciliens ont été de véritables poisons pour la défense haut-savoyarde : l’ex-Angevin termine à 7/9 tandis que l’ailier droit Benali a scoré à 6 reprises : “C’est notamment lui qui permet à l’Élite de revenir à la fin, revient Planchet. Lui et Fabien Segarel qui nous a fait mal en piquant des ballons en sortant du dispositif défensif. Avec Lavialle, ces trois joueurs-là nous ont vraiment mis en difficulté.” Côté adverse, Safwann Khoudar partage aussi un vrai respect pour son premier adversaire. “Je trouve qu’ils ont un très beau 7 de départ. Ce soir leur arrière gauche a fait une très bonne performance, la relation entre Gaillard et Portet (pivot) a très bien marché aussi, et Vinatier a aussi été très percutant pendant que leur gardien faisait les arrêts importants. On voit qu’ils se connaissent, qu’ils étaient vraiment prêts à jouer ce match là et, au-delà des individualités, il y a une vraie dynamique collective à Annecy, ils avaient beaucoup d’envie et se jetaient sur chaque ballon. Les deux équipes avaient envie, cette fois ça a tourné en leur faveur mais on espère qu’au retour ça ira dans notre sens.

Thomas Georgen, Annecy CSAV (crédits : Sébastien TORCHIO, Annecy CSAV Handball)

Car en effet, tout aurait pu basculer dans les derniers instants. Alors que les locaux semblaient pour la première fois du match faire le break (27-24, 54′), l’Élite Val d’Oise inflige un 3-0 pour recoller. Et dans les derniers instants, c’est la recrue Thomas Georgen (6/9) qui va prendre le rôle de patron et scorer deux fois dans la dernière minute, dont le but de la victoire dans les dernières secondes (30-29, 60′). “C’est hyper positif car il découvre ce niveau de jeu-là, et avec la blessure de Mayoyo il est plongé dans le grand bain mais il a montré tout de suite qu’il pouvait répondre présent et qu’il était capable d’être décisif, se satisfait son entraîneur. Collectivement, je pense qu’on a su faire de pas mal de sang-froid en fin de match, et on a livré une très belle prestation défensive. On était à 25 buts encaissés à la 55e, et on tenait défensivement à avoir fière allure.

De belles retrouvailles avec le public

Et cette fière allure n’a pas échappé au public, venu nombreux pour le retour aux Glaisins. “C’était vraiment plaisant de retrouver le public comme ça, avec ce scénario qui a rajouté de l’euphorie sur la fin, raconte Planchet. Je ne sais pas si ça a pesé sur la tête des joueurs mais ça fait un grand bien. Il y avait même des supporters de l’Élite Val d’Oise qui faisaient beaucoup de bruit, c’était vraiment une belle ambiance.” Son homologue ne peut que se satisfaire lui aussi de cette belle soirée sous le signe du retour du handball. “On avait 3 supporters qui ont fait le déplacement et ont mis énormément d’ambiance, remercie le tacticien francilien. Les joueurs ont pu être supportés chaleureusement durant tout le match, sous les tambours, et sans eux on n’aurait peut-être pas autant accroché cette équipe d’Annecy.

Supporters Élite Val d’Oise (crédits : Sébastien TORCHIO, Annecy CSAV Handball)

Maintenant, les tacticiens se projettent sur la deuxième journée, et un déplacement à Saintes pour le CSAV. “Ils ont des joueurs très expérimentés sur la base arrière qui savent bien gérer les attaques placées, et de gros gabarits en défense, anticipe le Haut-Savoyard. De notre côté, on aura 9-10 heures de bus avec un départ tôt le samedi matin et il faudra gérer la fatigue. On va donc y aller toujours avec la même approche : humilité et travail.” Autre situation en face, avec l’Élite Val d’Oise qui fera sa première face à son public, avec la réception de l’ASPTT Mulhouse-Rixheim. “On a vraiment hâte de retrouver notre public, je pense que même si on leur disait que le match était demain, les joueurs y iraient à 110% pour récupérer les trois points, observe l’entraîneur. On a quelques détails à corriger sur lesquels on va travailler cette semaine, mais ça sera notre première à domicile et on est tous impatients de montrer le visage de l’équipe, et la dynamique qu’on est en train de construire cette saison.

Bruges/Lormont renversé dans le second acte

Dans les autres matchs, Bruges-Lormont a très bien débuté sa rencontre du côté de Mulhouse, mais n’est pas parvenu à l’emporter. Portés par les buts des recrues Antoine Gutfreund (5/8) et Xavier Moreau (9/13), les protégés de Philippe Gardent construisent vite une avance conséquante (10-15, 21′). Mais c’était sans compter le 5-0 subi avant la pause (15-15, 30′). L’attaque alsacienne va ainsi se débloquer tandis que Loic Gschwind se met en travers des tireurs aquitains. Les locaux vont mieux tenir le second acte et font la course en tête sans jamais se mettre totalement à l’abri. Le gong retentit sur une victoire d’une longueur, dans une rencontre où les hommes de Mehdi Ighirri ont pu compter sur leurs joueurs professionnels Jordan François-Marie et Benoît Deghaud, auteurs de 7 buts chacun (30-29, 60′).

Benoît Deghaud, Mulhouse-Rixheim (crédits : Gwenaëlle MARTER)

À l’inverse, du côté de Frontignan, il n’y a pas eu tant de suspens face au promu Saintes. Les Héraultais, en mode diesel, passent un sérieux coup d’accélérateur avant la pause. Avec un Kévin Mesnard toujours au rendez-vous dans sa cage, un Antony Laurens (6/7) impeccable à l’intérieur et un Guillaume Margnoux précieux à 7m, les locaux mettent les Saintais à distance dès la mi-temps (20-12, 30′). Les hommes de Yannick Verdier ne parviendront pas à réduire significativement l’écart en seconde période, malgré les belles performances des arrières Axel Rosier (6/8) et Nemanja Grujicic (9/11). Le score final est sans appel (36-29, 60′), Frontignan tient son rang et l’US Saintes peut se tourner vers la réception d’Annecy qui s’annonce importante pour ce début de saison.

Poitiers détonne, Paris solide face au courage palois

Ce n’était clairement pas annoncé. En Nationale 2 il y a deux saisons, les Griffons de Poitiers ont frappé fort pour leurs débuts en poule élite. Opposés à Dreux-Vernouillet, un vieux de la vieille de ces joutes de N1, les hommes de Christian Latulippe n’ont rien laissé au hasard avec 9 buts d’avance dès la pause (17-8, 30′) et n’ont pas lâché leur étreinte pour terminer à +15 (36-21, 60′). Malgré une bonne performance du portier Nicolas Gricourt (9 arrêts à 36%), les visiteurs démarrent leur saison de la pire des manières avant de recevoir Frontignan la semaine prochaine. Chez les locaux, le danger aura été réparti (un seul joueur de champ n’a pas marqué), et il faudra confirmer cette belle prestation à la forteresse imprenable de Pau Nousty la semaine prochaine.

Grand Poitiers Handball 86 (crédits : Sébastien Grégoire Photographe)

Pau Nousty, justement, n’est pas parvenu à prendre le dessus sur la réserve du Paris Saint-Germain. Les Parisiens, amputés de leurs deux meilleurs buteurs à l’intersaison (Louis Despreaux à Cesson, Andry Goujon-Bellevue à Cherbourg), ont su trouver les ressources et attaquer la rencontre de la meilleure des manières (12-6, 16′). Les Palois ne se laissent pas abbatre pour autant et, portés par un Alexandre Thiel (10/10) en feu pour son retour sur les parquets, reprennent les devants en seconde période (20-21, 41′). Mais en face, l’international jeune Baptiste Clay (8/8, dont 2 pen.) veille au grain et un 4-0 infligé par les joueurs de la capitale assure la victoire (31-29, 60′).

La semaine prochaine, les Parisiens se déplaceront du côté de Gonfreville, qui a très bien démarré à l’extérieur du côté de Cournon d’Auvergne. Malgré un bon début de match (8-4, 8′), les hommes de Lukas Buchta ne sont pas parvenus à tenir sur la longueur face à l’expérience des Normands. Portés par leurs cadres, avec un Baptiste Mir impeccable (11/11 dont 6 pen.) et un Florian Tike toujours solide dans sa cage (10 arrêts), les protégés d’Ibrahima Diallo pointent l’avance à 4 longueurs à la pause (11-15, 30′), avant de s’envoler dans le money time (23-30, 60′). La semaine prochaine, les Cournonnais auront fort à faire, avec un déplacement du côté de Bruges-Lormont.

Retrouvez tous les résultats et classement de la N1 élite sur la rubrique dédiée !

Antoine Piollat

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).