EL (M) – J5

Premier faux-pas pour Aix, Montpellier invaincu !

Kim Andersson, Ystads (crédits : EHF)

Voilà déjà la fin de la phase aller ! Après 5 matchs, Montpellier se présente en patron, seul leader de son groupe après son succès précieux à Lisbonne (24-26). Aix, par contre, réalise la mauvaise opération en s’inclinant dans son Arena face à Ystads (34-36), mais reste dans le trio de tête du groupe B.

C’est le premier faux-pas du PAUC sur cette saison européenne. À domicile, face à un adversaire qu’il était parvenu à vaincre en Suède, mais qui était galvanisé par son succès face à Flensburg, les joueurs du Thierry Anti ont été contraints de s’incliner. Pourtant, tout était bien parti en fin de première période…

Lagarde & Claire accélèrent en fin de mi-temps !

Dans une Arena bouillante, Ystads venait ambitieux pour un déplacement qui sera crucial en fin de phase de poules pour les premières places. Et pendant une bonne partie du premier acte, ce sont les Suédois qui mènent les débats, alors que l’attaque provençale est à la peine (7-10, 14′). Pour autant, ce retard ne sera pas supporté bien longtemps par Romain Lagarde et les siens. Au tournant de la 20ème minute, l’international français va planter deux shoots de loin en quelques secondes, et retourner la rencontre. La défense se resserre, les arrières trouvent toutes les solutions par eux mêmes ou leurs précieux ailiers, et c’est un 6-0 que les Aixois passent aux visiteurs (11-12, 19′ ; 17-12, 25′). La porte s’entrouvre vers une domination française, mais le jeu se délite dans les derniers instants, le gardien suédois Niklas Kraft (38% d’arrêts au final) se fait remarquer, et rien n’est joué  la pause (18-15, 30′).

William Accambray, Pays d’Aix Université Club (crédits : EHF)

Le jeu aixois se délite, les arrières Suédois déroulent

Précieux sur la fin du premier acte, l’arrière gauche Jonathan Svensson se montre en grande forme dès le retour sur le terrain. Épaulé de l’autre côté de la base arrière par la légende Kim Andersson, les deux joueurs vont faire tourner la tête des défenseurs du PAUC (ils planteront respectivement 8 et 7 buts). De fait, en un rien de temps, les joueurs d’Ystads sont repassés devant (19-22, 37′). “7 à 1 ! Vous voulez quoi ? Merde !” tonne Thierry Anti lors d’un temps mort rapidement posé. L’attaque reprend des couleurs, Alejandro Romero sort quelques beaux arrêts, mais ça ne suffira pas. L’attaque scandinave est en forme, le gardien sort de gros arrêts, et Aix accuse des contre-attaques adverses qu’il était parvenu à éviter en première (28-33, 55′). Malgré la défaite qui s’annonce, on notera le sursaut loin d’être anecdotique des joueurs du PAUC. Virevoltants dans les derniers instants, et portés par une Arena bouillante, l’attaque fulgurante des Provençaux permettra de réduire l’écart, et ainsi conserver un goal-average particulier favorable face à leur adversaire (34-36). Ce soir, à la fin de la phase aller, Ystads rejoint ainsi Flensburg et Aix en tête du groupe B.

Petar Djordjic, Benfica Lisbonne (crédits : EHF)

Montpellier poursuit son sans-faute

On sait le Benfica moins terrifiant qu’il ne l’était la saison passée, mais un déplacement à Lisbonne n’est jamais aisé. Et en effet, pour Montpellier, rien n’a été simple. Durant la quasi totalité du match, aucune équipe ne se détachera au score. Entre les poteaux, Charles Bolzinger et Sergey Hernandez se répondent et tiennent chacun leur rang. En attaques, les bases avant s’illustrent, avec les bonnes prestations de Yannis Lenne (5/7), Veron Nacinovic (4/5), et Ole Rahmel (6/9) côté Portugais (20-20, 48′). Dans un money time irrespirable, un duel s’instaure entre les hommes forts des deux équipes. Moins prolifique qu’à l’accoutumée, Petar Djordjic se retrouve en échec (4/10) pendant, qu’en face, Kyllian Villeminot tient son rôle de patron en plantant 3 buts de suite (22-23, 53′). Toujours au coude à coude, et profitant de précieux arrêts de Bolzinger, c’est encore le demi-centre français qui va mettre les siens en excellente position à 3 minutes du terme (23-25, 57′).

Des derniers instants parfaitement bien gérés

Le dernier temps mort portugais est l’occasion de sortir une botte secrète propre au Benfica : le jeu à 7… à 3 pivots. Souvent redoutable, cette tactique sera rapidement retournée contre elle-même, avec une interception de Diego Simonet, qu’il ne manquera pas de convertir au fond des filets. Le dernier ballon portugais finira, comme un symbole, solidement bloqué par Charles Bolzinger, auteur d’un match remarquable avec 18 arrêts et 45% d’arrêts (24-26). Au terme de cette phase aller, le MHB trône logiquement à la première place de son groupe. À ce stade, seules 2 autres équipes restent invaincues : les Croates du RK Nexe, et les vétérans des Füsche Berlin.

Retrouvez le classement et tous les résultats de Ligue Européenne sur l’espace Résultats !

Antoine Piollat

11 CommentairesPoster un commentaire

  1. Ben - le 7 décembre 2022 à 08h18

    Match poussif pour le mhb j ai trouvé.

    Heureusement un gros match de bolzinger.

    • lamirabel29 - le 7 décembre 2022 à 09h59

      J'ai trouvé Porte aux fraises…

      • Barto04 - le 7 décembre 2022 à 12h46

        il n'a pas gagné un seul duel en attaque. Et c'est son fond de "commerce". Difficile du coup de briller
        Ce n'était pas le seul ceci dit, surtout en première car après Simonet et surtout Villeminot se sont remis dedans.
        Par contre, je trouve dommage que Canayer n'ait pas tenté Holst sur ce match quand l'attaque était en panne avec des joueurs de duels. Il offre quand même la possibilité d'avoir un gros tireur à 9-10 m. Et c'est le seul de l'effectif. Mais bon, le coach a toujours raison quand la victoire est au bout 😉

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves