LNH

Chartres, le promu aux dents longues

Molinié Chartres

Il y a seulement neuf ans, Chartres accédait à la nationale 2. En juin dernier, le club a remporté le droit de rejoindre pour la première fois de son histoire l’élite du handball français. Lucide sur le travail à effectuer, mais non sans ambition, le CMHB 28 avance.

Après deux échecs, le Chartres Métropole Handball a finalement gagné le droit de monter en LNH la saison dernière, en battant Mulhouse en finale des play-offs de Pro D2. “On savait que ça allait finir par marcher, c’était la troisième saison qu’on nous mettait dans le bon wagon” témoigne Robin Molinié, l’arrière gauche qui a tourné à plus de 7 buts/match dans ces play-offs. “On va dire que cette montée n’était pas une surprise, même si elle a été acquise de haute lutte”. Pascal Mahé, qui débute sa troisième saison sur le banc du club parle, lui, “d’objectif rempli. Ca aurait pu se faire plus tôt, ça aurait pu encore attendre. On a rempli un des objectifs du club”. Pourtant la saison dernière n’a pas été de tout repos, et bien malin aurait été celui qui voyait en Chartres le second promu en pleine tourmente, début avril. “C’est la vie d’entraineur, ce n’est pas tout le temps rose mais les difficultés ont été bien gérées en interne” se souvient Mahé. Mais l’équipe s’est relevée, enchainant les bons résultats face aux adversaires directs pour finalement gagner son ticket face à Mulhouse en finale, avec Robin Molinié dans le costume du bourreau : “On savait que si on allait en play-offs, on aurait toutes nos chances, qu’une nouvelle saison commencerait. Notre effectif de joueurs d’expérience a été un gros atout”.

Apporter encore de l’expérience

Mahé Chartres 2Actuellement en stage dans le Cotentin, les Chartrains mettent les bouchées doubles pour être au niveau le 9 septembre, pour la reprise de la saison à Montpellier. L’intégration des nouveaux, une charge de travail augmentée, tel est le menu qu’avale actuellement quotidiennement les coéquipiers d’Emeric Paillasson. “Quand on fait le bilan des saisons précédentes, on voit que c’est très compliqué pour le promu de se maintenir. Au risque de paraphraser tout le monde, on sait que la marche est haute, à nous de faire en sorte d’être capable de la monter” analyse lucidement coach Mahé. Et pour cela, le club n’a pas fait les choses à moitié au niveau du recrutement. “Un de nos souhaits au niveau du recrutement était d’apporter des éléments d’expérience au club” explique l’ancien Barjot. “Des gens comme Zacharia N’Diaye, Yohann Ploquin et Davor Cutura, le demi-centre de l’équipe de Serbie, rentrent dans ce cadre”. Le but ? Créer une harmonie, une juste balance entre une jeunesse dynamique symbolisée par Maxime Arvin-Berod et Louis Roche et des éléments pour les encadrer. Et qui pour être le leader dans tout ça, après les départs conjugués de Sylvain Astruc, Sébastien Mongin ou Thibaut Karsenty ? “On y travaille, on est dans cette période où on regarde qui peut être celui qui a un message qui porte, qui est l’exemple sur le terrain”. Le meilleur joueur de Pro D2 la saison passée Robin Molinié peut-il être celui là ? “Ca me faisait rire l’autre fois, je fais partie des quatre, cinq plus anciens maintenant” plaisante l’intéressé, du haut de ses 24 printemps. “C’est sûr qu’une saison comme celle qui vient de finir donne confiance en soi, après de là à être le leader, faut demander au coach !” Qui pense de son côté que son artilleur n’a pas besoin de pression supplémentaire.

“Finir douzièmes sur quatorze”

Arvin-Berod ChartresQuels que soient les leaders euréliens sur le terrain, l’objectif numéro un sera de se maintenir, et la date du 16 septembre est déjà dans toutes les têtes. Avec la réception de Cesson à la halle Jean Cochet, “on va tout de suite savoir si on est dans le coup” explique Pascal Mahé. “On sait que ce qui va nous permettre de nous maintenir, c’est la dynamique de groupe, cette capacité à garder les idées claires dans les temps faibles. C’est pour ça que sur cette phase de préparation, on ne laisse rien au hasard”. Et le technicien chartrain met un peu de côté volontairement le match à Tremblay en coupe de la Ligue prévu fin août : “Ce match est encore dans notre bloc de préparation, mais nous sommes des compétiteurs, si on peut gagner on va le faire. Nous avons l’objectif de nous maintenir, de finir douzièmes sur quatorze, mais l’ambition de faire un peu plus.” Robin Molinié, quand a lui, sait que le mois de septembre va être compliqué, avec des matchs à Montpellier et face au PSG. “C’est clair qu’on démarre en fanfare et que Cesson va être un peu le révélateur. Il nous faudra prendre les points face aux équipes du bas de tableau. Il y a beaucoup de densité, on n’aurait pas le temps de se rattraper”. Un peu peur à quelques semaines de la reprise ? “Peur, non, ça serait contre-productif. On aborde tout ça avec beaucoup d’envie, on est super content d’être en LNH. Mais on est aussi conscients qu’il ne faut pas s’attendre à ce qu’on nous fasse de cadeau”.

Kevin Domas

HandNews & CasalHand

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).