Mondial 2015

Des Bleus cinq étoiles

Crédit photo : S.Pillaud / FFHB

Crédit photo : S.Pillaud / FFHB

Au terme d’un immense combat, la France a remporté un nouveau titre mondial face au pays organisateur, le Qatar (22-25). Les Bleus décrochent une cinquième étoile avec leur cœur et un sang-froid à toute épreuve.

Après 1995, 2001, 2009 et 2011, voilà donc la France à nouveau sur le toit du monde. Cette cinquième étoile mondiale installe les Bleus seuls au panthéon du handball international, et bien évidemment du sport français. Jamais une équipe n’avait réussi à ce point à être aussi performante dans la durée. Les Bleus ont su se renouveler par petites touches, pour garder intacte leur motivation et leur soif de victoire. Le palmarès de la génération Fernandez et Karabatic est vertigineux et donne le tournis. Les qualificatifs manquent tant cette équipe de France, véritable machine à gagner, a su gérer avec une maîtrise impressionnante ce début de 21ème siècle. Cette équipe-là est un modèle du genre, et l’a encore prouvé dimanche après-midi devant plus de 15.000 personnes à Lusail.

Saric chaud bouillant

Borja-Fernandez-Qatar (2)Affronter le Qatar n’avait pourtant rien de facile. Si la sélection de Valero Rivera a créé la surprise en se qualifiant en finale, c’était bien plus qu’une équipe que les Bleus défiaient. Tout un pays, jusqu’au plus haut sommet, ne faisait qu’un derrière son équipe nationale très cosmopolite. Mais les Bleus ont l’habitude des ambiances hostiles, eux qui avaient fait taire le public de Zagreb en 2009. Ils ont dû batailler contre un adversaire qatari courageux et déterminé à décrocher sa première étoile. Le temps de régler la mire, et voilà Nyokas et Nikola Karabatic lancés (1-3, 5’). Le Qatar joue avec ses armes, à commencer par l’incroyable Capote. L’ancien cubain arrive à trouver la faille dans la défense française, avec des tirs de loin surpuissants. La France est sérieuse, consciente qu’un écart rapide la mettra à l’abri d’une fin de match toujours indécise sur tous les plans. Mais il faut composer avec un Saric chaud bouillant, qui fait mal à la France (4-5, 11’).

Le Qatar ne lâche rien

Omeyer-FranceQui dit grands matches dit forcément Thierry Omeyer. Le portier des Bleus entame son entreprise de destruction des espoirs qataris, bien aidé par une défense mobile et organisée autour des frères Karabatic. Guigou prend Capote en strict tandis que les qataris encaissent un 3-0 en quelques minutes (5-9, 16’). Valero Rivera pousse son coup de gueule auprès de ses joueurs. “What is this ? What is this ?” leur demande-t-il. Les Narcisse et Nyokas font briller la base arrière tricolore (6-11, 20’). Tout semble sous contrôle. Mais après un temps mort français, le Qatar se sent pousser des ailes. Markovic ajuste la mire, tandis que les Bleus subissent un coup de moins bien sur les phases offensives. Après un 3-0 qatari et de nombreux poteaux trouvés par les français, le retour aux vestiaires s’avère bienvenu pour la France (11-14).

Un combat âpre

Roiné-Bertrand-QatarRegonflés à bloc dès la reprise, les qataris reviennent à seulement un but de laFrance (13-14, 31’). Très vite, les Bleus se redonnent un peu d’air au tableau d’affichage, avec Sorhaindo, Barachet et Omeyer en gardien du temple. Mais ils doivent s’employer tant le Qatar est bien en place (15-17, 36’). La sélection de Valeri Rivera confirme qu’elle n’est pas en finale par hasard. Elle offre une opposition de qualité, obligeant la France à sortir ses meilleurs systèmes défensifs. Le combat est rude, âpre. Les Bleus n’ont pas le match gagné d’avance, loin de là (18-19, 42’). La sortie de Guigou sur blessure n’est pas de nature à les rassurer.

Le dernier quart d’heure est invivable, avec une tension extrême. Le Qatar croit en son rêve, porté par son public et les arrêts de Saric (19-20, 46’). Dans ces moments-là, l’expérience du capitaine Fernandez compte double, tout comme le culot de Valentin Porte (20-23, 51′). Le public français, venu en nombre, se fait entendre comme si les Bleus jouaient à domicile. Il faut bien ce soutien massif pour pousser la France vers une nouvelle étoile (21-24, 55′). Les qataris ne laissent aucun moment de repos aux Bleus. Narcisse libère la France en donnant trois buts d’avance à 2 minutes de la fin (22-25), suivi d’un arrêt d’Omeyer. Les Bleus sont champions du monde (22-25). Pour la cinquième fois. Grandiose.


La joie de l’équipe de France après son 5e… par Handnews

HandNews nouvelle application
Pub Espace Pronos EDF

8 CommentairesPoster un commentaire

  1. djouniordasouza - le 1 février 2015 à 20h42

    Peut-être une phrase, voire un mot sur l'arbitrage?

    • Frenchi - le 1 février 2015 à 21h48

      On est champions du monde, c'est avant qu'il fallait parler de l'arbitrage maintenant on s'en fiche un peu –'

    • JP F - le 1 février 2015 à 23h19

      Bah il y a eu des erreurs des 2 côtés, l'arbitrage était cohérent.

      Mabrouk a été calmé dans les règles de l'art (2x 2min en 7 minutes, faut le faire)

      Quand je parle d'erreurs :

      Barachet a mis un but totalement invalide (il était encore dans les 9m à l'exécution du jet franc, récupère la balle et marque)

      Franchement, l'arbitrage ça allait…

      Donc maintenant tu savoures cette victoire et tu la f***** ! (pardon mais j'en ai marre qu'on s'en prenne toujours aux arbitres)

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).