All

La passe de six pour Berlin, nouveau leader

Crédits : Oliver Vosshage - Die Recken.de

Crédits : Oliver Vosshage – Die Recken.de

Le championnat d’Allemagne a une nouvelle tête après ce week-end prolongé par la fête nationale allemande : Berlin est désormais seul leader. Flensburg et Rhein-Neckar n’ont pas joué cette semaine, et le promu Erlangen a battu Gummersbach.

Le match de la semaine : Hanovre-Berlin

Le 3 octobre 1990, Berlin est devenue la capitale de l’Allemagne réunifiée après quarante ans de séparation pendant la guerre froide. Le 3 octobre 2016, jour de la fête nationale allemande, Berlin avait l’occasion de voir son club des Füchse prendre seul la tête de la Bundesliga de handball. En effet, les hommes d’Erlingur Richardson restent sur un sans-faute pour leur début de saison : une victoire dans le Superglobe et cinq victoires en cinq matchs de championnat, il est vrai avec un calendrier assez avantageux. En match en retard mercredi dernier, Berlin avait eu droit à une opposition solide contre Stuttgart, mais le club de la capitale l’avait finalement emporté 28-25 grâce à une belle performance de Fabian Wiede notamment (7/9). l’international allemand s’est ensuite blessé à l’épaule et sera absent plusieurs semaines.

Flensburg étant dispensé de match ce week-end (après de nombreux soubresauts, le match contre Leipzig a été reporté à fin novembre), Berlin avait une occasion unique de prendre la place la plus haute en cas de victoire à Hanovre, une équipe qui nourrit des ambitions européennes cette saison. Berlin part le mieux dans la rencontre. Après une entame serrée (9-9, 16′), les Renards prennent le large et Mattias Zachrisson donne six buts d’avance à son équipe (10-16, 25′) en profitant d’un passage à vide des locaux fait de balles perdues en attaque mais aussi d’arrêts de Petr Stochl, toujours présent pour les Füchse à 40 ans (4 arrêts entre 16′ et 25′, 7 au total). Berlin tient une avance de cinq buts à la pause (13-18).

Mais les joueurs du TSV reviennent au score en signant un 3-0 alors qu’ils sont en infériorité numérique (19-20, 39′), avant que Morten Olsen, plutôt en verve, marque un superbe but pour l’égalisation des Preux chevaliers (21-21, 43′). Suite au temps-mort berlinois, Torge Johanssen donne même l’avantage à Hanovre (22-21, 46′). Après les exclusions d’Erick Schmidt pour Hanovre (47′) puis de Drago Vuckovic pour Berlin (50′, tous deux pour troisième deux minutes), les deux équipes offrent au public une fin de match serrée (24-24, 50′). Alors que Morten Olsen et Petar Nenadic (10 buts chacun) rivalisent de tirs inattendus qui font mouche, Berlin obtient son salut dans l’extrême fin de match grâce à deux superbes tirs. Le premier en lucarne est signé du jeune Christoph Reißky, le remplaçant de Wiede (21 ans), pour son premier match complet de Bundesliga (28-29, 59′). Le second par l’inarrêtable Petar Nenadic met en sécurité Berlin, qui arrache la victoire sur le fil (29-30). Voilà donc Berlin leader avec six victoires en six matchs, avant une suite de semaine dantesque : de retour sur le terrain dès mercredi contre Kiel, Berlin ira ensuite à Chambéry pour la Coupe EHF.

Magdebourg prend la mesure de Wetzlar

Si on devait donner un nom pour caractériser chaque rencontre, on pourrait nommer le Magdebourg-Weztlar l’inconstantico, tant les deux équipes soufflent le chaud (grosse performance malgré la défaite du SCM contre Flensburg, Wetzlar a battu Kiel) et le froid (Magdebourg battu par Gummersbach en ne marquant pas pendant plus de dix minutes, Wetzlar écrasé par Stuttgart). Si bien qu’on ne savait pas trop à quoi s’attendre mercredi dernier en Saxe-Anhalt. La première mi-temps est plutôt serrée, mais la défense un peu lâche de Wetzlar est sauvée par les prouesses de Benjamin Buric dans les buts. Le frère du pivot Nantais Senjamin Buric remporte quelques duels en première période alors que le pivot Jannick Kohlbacher brille en attaque (6/6 au tir), mais Magdebourg parvient à mener au score à la pause (14-13).

A la reprise, la situation reste la même, sauf que Buric ne réalise plus les arrêts et est remplacé par Nikolai Weber, qui ne relève pas vraiment le pourcentage. En attaque, Wetzlar est dépendant de son meneur Philipp Weber, deuxième meilleur buteur du championnat avec 42 buts (7 buts dont 2/3 pen., pas mal de jolis services notamment pour Kohlbacher), alors que Michael Damgaard pilonne à neuf mètres pour Magdebourg. Le Danois tient enfin son match référence, avec dix buts marqués (dont 9/12 à neuf mètres). Magdebourg s’envole au score, et Robert Weber (aucun des Weber cités n’a de lien familial avec un autre) aussi pour mettre les siens à l’abri : l’ailier autrichien conclut un superbe kung-fu lancé par Damgaard (28-25, 58′) et conclut une belle soirée pour lui (8/8, dont 6/6 pen.) : relégué second choix sur son poste par la poussée de la recrue Daniel Pettersson, il a quand même battu le record de Stefan Kretzschmar pour être le meilleur buteur de l’histoire du SCM : il en st actuellement à 1486 buts depuis 2009. Magdebourg l’emporte sur Wetzlar 30-26 et signe seulement sa deuxième victoire de la saison.

Kiel, juste ce qu’il faut contre Balingen

Trois jours avant d’aller jouer à Barcelone, Kiel recevait Balingen en championnat. Vu le calendrier, on ne reprochera pas au THW de ne pas avoir écrasé l’actuelle lanterne rouge, en difficulté sur ce début de saison (un nul, quatre défaites avant ce match). Kiel a donc fait le travail sans avoir vraiment tremblé (26-23), avec Nikola Bylik comme meilleur buteur (6 buts). Avec cinq victoires, le THW est ainsi revenu à la hauteur de Flensburg et a dépassé Rhein-Neckar Löwen, deux équipes qui ont déplacé leur match au mois prochain. D’ailleurs, si Kiel a finalement été battu de justesse par le Barça (26-25), les deux autres clubs allemands engagés en Ligue des champions l’ont emporté : Flensburg à Bjerringbro-Silkeborg (19-25) et les Löwen de justesse face à Celje (31-30).

La surprise Erlangen

On sentait plutôt bien le dernier champion de deuxième division Erlangen avant le début de saison, avec un collectif intéressant et un projet cohérent. Pour l’instant, les Bavarois nous donnent raison. Le HCE recevait Gummersbach, auteur d’un début de saison remarqué (4 victoires, 1 défaite). Le VfL était devant à la mi-temps (14-16), et malgré le fait que l’ancien aixois aujourd’hui à Erlangen Isaias Guardiola écopait d’un carton rouge en début de deuxième période (33′), les locaux ne lâchaient pas l’affaire. Gummersbach, en tête avant le dernier quart d’heure (20-23, 45′), a pris un 4-0 terrible dans le money-time (25-27, 54′ ; 29-27, 59′) pour finalement s’incliner 30-29. Erlangen peut à nouveau remercier son ailier Ole Rahmel, actuel meilleur buteur du championnat et auteur de onze buts ce week-end pour une victoire surprise du promu.

Melsungen va mieux

Après être passé totalement à côté de son sujet sur les deux premiers matchs de championnat, Melsungen montre des signes de mieux depuis quelques semaines. Face à Göppingen, autre équipe au début de saison très moyen, le MT a confirmé son retour aux affaires. Avec une équipe quasiment au complet (avec notamment le retour confirmé de Johan Sjöstrand dans les buts), les Rouges de la banlieue de Cassel ont livré un match très serré contre le dernier vainqueur de la Coupe EHF, avec peu d’écarts réalisés au tableau d’affichage. Alors que le score était toujours de parité en fin de partie (27-27, 56′), Göppingen a finalement lâché et a encaissé un 4-0 dans les quatre dernières minutes, Johannes Sellin s’occupant de clore la marque pour Melsungen qui remporte un match important (31-27). Le MT revient ainsi à la hauteur de Göppingen avec quatre points.

Coburg et Minden dans la zone rouge

On a évoqué plus haut la belle réussite d’Erlangen (4 victoires, 2 défaites), mais c’est plus compliqué pour les deux autres promus. Coburg a perdu son cinquième match de rang, à domicile contre une équipe qu’on voyait se battre pour son maintien toute la saison, Stuttgart (23-26). Les Souabes ont fait la différence dans les vingt dernières minutes, notamment avec Bobby Schagen et Michael Kraus (6 buts chacun). Stuttgart tient un bilan équilibré sur ce début de saison avec 3 victoires pour 3 défaites.

De son côté, l’autre promu Minden affrontait Bergischer. Les Lions de Wuppertal, toujours avec leur manager général Viktor Szilagyi sur le terrain (2 buts), ont fait le trou en première mi-temps (9-5, 17′) et n’ont jamais été rejoints ensuite (14-12, 30′ ; 22-16, 49′). Minden s’incline donc logiquement 27-25 et entre dans la zone rouge alors que Bergischer fait le chemin inverse.

Voir le classement sur le site de la Bundesliga.

Mickaël Georgeault

HandNews nouvelle application
Pub Espace Pronos Allemagne

5 CommentairesPoster un commentaire

  1. marc - le 4 octobre 2016 à 11h04

    Très bien pour Chambéry ce Berlin Kiel mercredi…

  2. Kieler - le 4 octobre 2016 à 19h46

    Berlin est leader certes mais en n'ayant affronté aucune grosse écurie (je parle du trio de tête habituel, RNL, SGFH et le THW). Donc dès que ces matchs seront joués, les fuchse seront derrière. Surtout sans arrières droits.

    Erlangen qui bat Gummersbach par conotre c'est une bonne surprise. Il y en a un qui doit bouder après ce match.

    • marc - le 4 octobre 2016 à 20h08

      Kieler, sais tu si le streaming d’ehftv prévu pour Berlin Kiel est dispo pour la France ?
      Be In ne diffuse pas le match, d’ailleurs ont-ils toujours plus au moins les droits comme l’an passé où ils avaient diffusé quelques matchs ?
      Bon sinon j’irai faire un tour sur fromsport

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).