ALL

Flensburg écrasant, Melsungen va mal

VRANJES Ljubomir-Flensburg-060316-3510

Rhein-Neckar Löwen et Flensburg se sont comportés en patrons cette semaine, tandis que Kiel a connu son premier revers avant de gagner ce dimanche. Par contre, Melsungen perd son deuxième match, à nouveau contre un promu.

Le match de la semaine : Hanovre-Flensburg

Large vainqueur de Göppingen le week-end dernier, Hanovre était attendu pour confirmer sa performance. Flensburg, grand favori pour le titre, allait de son côté pouvoir monter en gamme après avoir disposé d’Erlangen. Si on espérait un match ouvert et serré avec Hanovre pouvant embêter son invité, Flensburg a néanmoins mis les points sur les i d’entrée de jeu. D’abord avec une grosse défense qui empêche Hanovre de trouver de bonnes positions de tir. L’artilleur maison Kaï Häfner manque trois tirs dans les neuf premières minutes. Dans le même temps, le SG trouve des solutions offensivement, que ce soit en contre avec une roucoulette d’Henrick Toft Hansen (1-4, 7′), ou par Petar Djordjic, bon à la mène mais aussi buteur. Jens Bürkle prend son temps-mort après seulement neuf minutes de jeu (1-6). Djordjic livre un début de match de feu : sa magnifique passe lobée est transformée en but par Toft Hansen (4-9, 15′), puis il envoie un boulet de canon à dix mètres dans la lucarne de Martin Ziemer (6-12, 22′). A 8-16 à la mi-temps, il est déjà difficile d’imaginer le match basculer.

La deuxième période est dans la même veine. Kentin Mahé, entré en jeu, marque un joli but en envoyant un tir entre les jambes de son défenseur et du gardien (10-19, 33′), tandis qu’un peu plus tard, Thomas Mogensen donne treize buts d’avance aux siens (14-27, 46′). Ljubomir Vranjes peut être satisfait : tous ses joueurs ont été bons, et Hanovre a finalement peu existé. Mattias Andersson a écœuré les locaux tout le match (17 arrêts, 53%), et Kentin Mahé finit meilleur buteur de la partie (7 buts). Flensburg gagne finalement par 15 buts d’écart (20-35), et fait figure d’ogre après une telle prestation face à une équipe qui n’avait pourtant rien du Petit Poucet…

Rhein-Neckar Löwen ramène Coburg sur Terre

On avait été très surpris la semaine dernière par la victoire de Coburg, le promu, à Melsungen (20-25). On attendait donc avec impatience leur premier match à domicile diffusé, face au champion d’Allemagne en titre. Rhein-Neckar Löwen fait face en début de rencontre à une équipe accrocheuse, qui compte sur le talent de son demi-centre Nico Büdel et sur la réussite de son arrière Romas Kirveliavicius. Le club de Haute-Franconie arrive même à prendre l’avantage en début de rencontre (6-5, 12′). Mais c’est à ce moment où la défense de RNL s’est durcie au point de devenir quasiment imperméable (7-14, 24′). A 10-15 à la mi-temps, les joueurs de Mannheim n’ont plus que cinq buts d’avance mais ils creusent l’écart fort logiquement en deuxième période (12-23, 43′). Rhein-Neckar l’emporte 19-31, confirme son bon état de forme avec une défense solide, un Andreas Palicka en état de grâce (18 arrêts, 52%) et une puissance en contre toujours efficace (Sigurdsson 7 buts, Groetzki 5 buts, la plupart en contre). Tous les signaux sont donc au vert pour les Lions.

Kiel a déjà perdu un match

Même avec un effectif fourni, il n’est jamais évident de devoir enchaîner deux déplacements en 72h. C’est l’expérience qu’a vécu Kiel, vainqueur à Stuttgart le dimanche et déjà à Wetzlar le mardi soir pour un match avancé de la troisième journée. Le match était marqué par le retour d’Andreas Wolff dans la Rittal Arena qu’il enthousiasmait la saison dernière. D’entrée, pourtant, Kiel est mené 3-0 (3′), et passera le match à courir derrière le score. Wolff réalise dix arrêts (32%), mais Benjamin Buric, son remplaçant, est plus irrésistible que lui avec 16 arrêts (42%), et il permet à Wetzlar de rester en tête. Un but de Marko Vujin avant la sirène limite la casse pour Kiel, qui accuse un retard de cinq buts à la mi-temps (15-10). Mais Wetzlar domine son sujet, à l’image d’un Philipp Weber totalement acclimaté à son nouveau club (4 buts dont 2/3 pen., 6 passes décisives) et d’un Vladan Lipovina inarrêtable (8 buts). Kiel n’arrive jamais à revenir à moins de deux buts d’écart, et retourne même à -6 (24-18, 51′) pour finalement s’incliner de trois buts (27-24). Voilà deux points précieux qui s’échappent pour les Zèbres, face à une équipe contre qui ils n’avaient pas perdu depuis près de quarante ans.

De nouveau en piste ce dimanche, mais cette fois à domicile contre Lemgo, le THW a eu beaucoup moins de mal. En tête de cinq buts à la pause (17-12), Kiel s’impose finalement de onze buts (34-23), avec un Nikola Bylik efficace (6 buts). Les Kielers seront de nouveau sur le pont mercredi pour affronter Göppingen, avant d’avoir enfin une semaine normale d’entraînement.

Göppingen rebondit, Gummersbach enchaîne

Parmi les possibles prétendants à une place européenne, Berlin ne jouait pas cette semaine, trop occupé à remporter le Superglobe en faisant tomber Paris en finale (29-28) avec vingt dernières minutes totalement à l’avantage des Renards. Pour les autres, les fortunes sont diverses. Göppingen, séché à domicile la semaine dernière par Hanovre, s’est bien relancé ce week-end à Minden. Le GWD, vainqueur la semaine dernière du derby à Lemgo, a pris un bel éclat dans la deuxième moitié de la première mi-temps (7-7, 14′ ; 10-18, 30′), et n’a pas pu revenir ensuite. Avec six joueurs à plus de quatre buts, on peut parler d’une belle victoire collective pour Frisch Auf! (25-32), qui n’a pas tremblé dans le deuxième acte malgré le rouge pris par Manuel Späth (49′).

De son côté, Gummersbach continue son bon début de saison avec une nouvelle large victoire, cette fois-ci à Wuppertal contre Bergischer (25-34). Dans une salle à 34 km seulement de chez eux, les coéquipiers de Kevynn Nyokas (1 but) ont fait le travail en créant un écart tôt (3-7, 11′), puis en conservant un matelas d’avance (12-17, 30′ ; 15-25, 43′). L’artificier en chef pour le VfL était Julius Kühn, auteur de sept réalisations, mais Carsten Lichtlein a également marqué deux buts de loin, profitant d’une cage déserte.

Nouvel accroc pour Melsungen

Battu à la surprise générale par Coburg lors de la première journée, Melsungen devait se rattraper ce week-end chez un autre promu bavarois, Erlangen. Toujours privé de Johan Sjöstrand et de Gabor Langhans mais ayant enregistré le retour de Momir Rnic, Michael Roth espérait sans doute voir son équipe un peu plus tranchante que la semaine dernière. Mais avec l’exclusion précoce de Michael Müller (17′), le coach du MT a perdu son leader sur le terrain. Les deux équipes sont au coude à coude en première période (15-15), et Melsungen prend deux buts d’avance avant le dernier quart d’heure (19-21, 45′). Mais comme la semaine dernière, le quatrième de l’année dernière ne finit pas la rencontre. Erlangen claque un 4-0 (23-21, 48′) et prend cinq buts d’avance après que Timm Schneider ait écopé à son tour d’un carton rouge (27-22, 57′). Sur un dernier but du phénoménal Ole Rahmel, auteur de douze réalisations, Erlangen remporte son premier match de la saison (29-25) et enfonce un peu plus Melsungen dans le doute.

Dans la confusion, Leipzig tient Magdebourg en échec

On se méfie toujours de la deuxième saison du promu qui s’est maintenu la première année. Cependant, ne vous faites pas de souci pour Leipzig. Le club saxon se porte bien, merci pour lui. En déplacement à Magdebourg pour le derby d’ex-Allemagne de l’Est, le SC DHfK passait un véritable test face à un candidat à l’Europe. Les spectateurs de la GETEC Arena ont eu droit à un match très serré : aucune équipe n’arrive à prendre plus de deux buts d’avance en première mi-temps, Lukas Binder ramenant Leipzig à un but sur le gong (11-10, 30′). La deuxième période suit un déroulement similaire : Robert Weber pour le SCM et Andreas Rojewski – qui a joué quinze ans à Magdebourg avant de rejoindre Leipzig cet été – marquent chacun huit buts. La dernière minute est particulièrement folle : Marko Bezjak donne l’avantage aux locaux à une minute du terme (21-20). Puis, à douze secondes de la fin, Zeljko Musa fait une grosse faute sur Christoph Steinert. Benjamin Meschke s’en mêle, et Dario Quenstedt, le gardien de Magdebourg (14 arrêts), l’envoie au tapis. Quenstedt en ressort avec un carton rouge, Meschke et Musa sont sanctionnés d’un deux minutes. Christoph Steinert transforme le sept mètres à neuf secondes de la fin, et Leipzig ramène le point du nul (21-21) au terme de cette rencontre au final houleux.

Wetzlar a pu enchaîner

Auteur d’un très bon match contre Kiel mardi, Wetzlar se déplaçait à Balingen samedi pour poursuivre sa bonne lancée. Après une bonne première mi-temps (9-12, 30′), le HSG confirme en début de deuxième (13-17, 41′). Balingen réagit néanmoins et recolle au score (17-17, 45′). Mais Wetzlar finit par reprendre les devants : le moment où le joueur du HBW Christoph Foth prend un rouge (47′) correspond avec le mieux de Wetzlar qui reprend les devants pour finalement s’imposer de quatre buts (22-26), avec une nouvelle belle performance de son demi-centre Philipp Weber (11 buts).

Mickaël Georgeault

Pub Espace Pronos Allemagne

15 CommentairesPoster un commentaire

  1. Kieler - le 12 septembre 2016 à 20h40

    Kiel… Je resterai toujours un fan, mais là il serait temps d'arrêter de perdre des matchs comme ça, ils tombent dans un piège chaque année. Flensburg prouve maintenant qu'ils veulent ce titre. Ils le méritent je pense, les lions sont en grande forme eux aussi. On va voir qui du trio va remporter le titre.

    • helvet1984 - le 13 septembre 2016 à 11h29

      Kiel n'est plus l'équipe d'il y a encore deux saisons, qui ne perdait pas un seul match du championnat (saison 14/15 ou 13/14 il me semble).
      Ils ont perdu des bons joueurs sans vraiment arriver à les remplacer. Ils jouent aussi de mauvaises chances avec quelques blessés qui font mal.
      En face, les Lowen et Flensburg sont en embuscade. Ca promet pour le titre. Les Lowen sans Uwe seront ils capables de garder le titre ? Est ce que Flensburg pourra passer l'épaule graçe à ce départ d'Uwe ?
      Je me réjouis de suivre le championnat (bon pas avec le final de Magdeburg Leipzig… )

      • Kieler - le 13 septembre 2016 à 18h50

        La saison durant laquelle ils n'ont perdu aucun match Champions' League comprise était la 2011-2012.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).