LNH – J17

Montpellier au bout du suspens

 

Crédit: PG Photography

Crédit: PG Photography

Les derbys ne sont jamais simples. L’aller avait été pour Nîmes et le retour est pour le MHB qui reprend des points en championnat (30-27, Fin). 

La dimension de la rencontre a tenu toutes ses promesses. Deux équipes qui avaient besoin de se rassurer en championnat et qui n’ont rien lâché en offrant du beau spectacle sur le parquet de l’Aréna. L’Usam n’endossait pourtant pas le costume de favori après un difficile retour à la compétition en 2016. De son côté, le MHB qui ne s’arrête pas de jouer en enchaînant les gros rendez-vous tous les trois jours n’a pas failli “C’est difficile à gérer mais nous sommes les plus heureux du monde” concluait Patrice Canayer.

Le décor était donc planté et personne n’était prêt à lâcher. Cela s’est vu dès les premières minutes avec deux défenses très accrocheuses pourtant organisées autour de jeunes. D’un côté, Quentin Dupuy et de l’autre Ludovic Fabregas. Deux défenses en 0-6 qui montaient très bien sur la base arrière pour empêcher les tirs de loin. Si la solution est difficile à trouver, ce sont pourtant les Gardois qui parviennent à tirer leur épingle du jeu. S’appuyant sur un bon Yassine Idrissi (13 arrêts) dans son but et un bon Pawel Podsialdo (7 buts), ils récupèrent les ballons et creusent l’écart (7-12, 20′). L’intensité mise par les Gardois dans ce début de rencontre les sert mais n’empêchera pas les locaux de revenir à la mi-temps (14-14, MT).

Canayer, le coaching gagnant

Si Vincent Gérard n’était pas dans le coup en début de match, c’est le jeune Samir Bellhacene  (7 arrêts à 33%) qui fait son entrée et d’une belle manière “C’est ma première en D1, dans un derby ça fait toujours plaisir. Un rêve de gosse! L’année dernière j’étais dans cette même Aréna mais dans les tribunes” sourit-il en fin de match. Les deux équipes ont joué au chat et à la souris pendant toute la rencontre et l’issue s’est finalement jouée sur des détails. Avec une équipe nîmoise qui s’essouffle et qui s’appuie sur des jeunes comme Ayhan Alexandre qui n’a pas démérité, Montpellier profite du money-time (26-27, 55′) pour faire pencher la balance dans son sens et l’emporter sur son parquet (30-27, Fin). L’entrée de Vincent Gérard dans les cinq dernières minutes est à noter. Il parvient à éteindre trois tentatives nîmoises ce qui permet à Montpellier de sceller le sort de leurs adversaires qui ne marquent pas dans ces cinq dernières minutes.

De son côté, Nîmes n’a pas pu s’appuyer sur son jeu rapide qui fait sa force en raison d’un bon repli défensif héraultais. Ils ont donc du trouver les solutions à l’intérieur avec un pivot très mobile, Benjamin Gallego (7 buts). En revanche, le MHB a pu totalement exploiter les ballons sur montée de balle et sur la fin du jeu de transition pour creuser l’écart dans les dernières minutes, avec un bon Dragan Gajic qui termine la rencontre à neuf réalisations. Montpellier reprend donc du souffle en championnat avant de partir,à Skopje ce jeudi dès 7 heures du matin. Du côté de l’Usam, c’est la troisième défaite en championnat qui est prometteuse pour la suite. Point noir pour la formation de Franck Maurice, la blessure de Steven George à la cheville droite, celle qui avait été touchée contre Dunkerque. L’aile droite sera donc à consolider dans les rencontres à venir.

Les réactions: 

Ludovic Fabregas: “La victoire nous fait du bien parce qu’on a connu une période délicate avec pas mal de défaites, on a perdu des points contre Nantes même si je pense que l’affaire n’est pas terminée. Il fallait qu’on se relance pour le championnat, c’est chose faite, c’était difficile mais un derby ce n’est jamais facile. Nîmes avait peut-être plus de fricheur mais aussi un manque de rythme. Après il y avait des absences des deux côtés, ça s’est sûrement joué dans la tête, les Nîmois nous ont posé des problèmes tout le match”.

Quentin Dupuy: On a perdu de l’agressivité en défense. Je pense qu’on paie notre surinvestissement en défense. On n’a pas fait beaucoup tourner. Podsialdo a fait soixante très grosses minutes. En deuxième mi-temps on n’a pas pu faire le changement attaque-défense comme on voulait. Ils nous ont bien empêché de jouer notre jeu rapide alors qu’eux ont pu pleinement le développer. On prend des buts faciles, c’est ce qui fait la différence”.

De Montpellier, Maxime Cohen.

HandNews nouvelle application

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).