ProD2 – J26

Saran champion, Massy en play-offs !

20160513_222349

A l’issue d’une rencontre au scénario aussi haletant que celui que nous a offert la ProD2 depuis début septembre, l’USM Saran Handball a décroché le titre de champion de France sur le parquet de Massy (23-23). Le petit poucet, promu cette saison dans l’anti-chambre de l’élite, réalise une performance historique sur la scène du handball français. Massy, de son côté, jouera les play-offs. Un nouvel exploit, aussi, pour les Essonniens, désormais habitués des joutes de fin de championnat malgré leur plus petit budget de la division.

20160513_222515

Assis sur son banc, Fabien Courtial n’en revient pas.

Assis sur son banc de touche, la tête entre les mains, la chemise arrachée, Fabien Courtial, l’entraîneur saranais, ne réalise pas. Son équipe vient de réaliser une ultime et magnifique performance en Essonne en décrochant un nul, suffisant pour conserver sa première place devant Sélestat… Pourtant, à treize minutes de la fin, les Loiretains n’en menaient pas large, bousculés de toutes parts par les Massicois qui, eux, tenaient à garder leur cinquième place (21-17, 48′).

“A ce moment, on est au bord de l’implosion, moi-même je fais n’importe quoi sur mon banc, sourit Fabien Courtial. Et puis on revient, au forceps. C’est un truc de fou, un truc de fou sur lequel j’ai du mal à mettre des mots.” Toujours sur son banc, il regarde sa troupe communier avec les 200 supporters saranais massés dans le petit COS de Massy qui nous aura offert hier une ambiance exceptionnelle. “Ils vont me donner les larmes aux yeux, sourit-il. Et ça n’arrive pas souvent !” Avant de rajouter : “personne ne nous attendait là. C’est une magnifique histoire et maintenant une autre aventure commence. On a des tas de trucs à mettre en place mais d’abord, on va savourer.”

Un match d’une forte intensité

Cette rencontre, si elle a offert un bon lot de déchets techniques, aura tout eu d’une affiche entre prétendants pour la montée en LNH. Sur chaque ballon, les deux formations se sont données à fond. En première période, Massicois et Saranais jouent à cent à l’heure et le score reste très serré (5-5, 15′). Jeffrey Lettens dans le but du SHB fait des prouesses mais Vladimir Perisic et Jérémy Hakkar, sur pénalty, ne sont pas en reste côté Massy. Le staff loiretain pose son temps-mort après que Mathias Dumoulin ait donné le premier +2 à son équipe (9-7, 22′). Mais, alors que la défense massicoise prend le dessus, c’est Jean-Jacques Acquevillo qui remet son équipe sur les rails juste avant le retour aux vestiaires (11-11, MT).

Lettens Saran

Jeffrey Lettens, encore une fois décisif hier soir.

Au retour des vestiaires, les Saranais sont donc à deux doigts de craquer alors que le public massicois pousse son équipe dans un joli vacarme. Junior Réault branche le turbo sur chaque contre-attaque et Fabien Courtial est obligé de poser très vite son temps-mort (15-12, 35′). Mais rien n’y fait. Yohan Herbulot vient enfoncer le clou (16-12, 36′) et la défense saranaise perd les pédales. Et puis Saran est redevenu fou. Car tous auront la même phrase au coup de sifflet de final : “c’est de la folie, ce qu’il nous arrive”. A un quart d’heure de la fin, pourtant, c’est Sélestat qui est virtuellement champion. Mais, profitant d’une supériorité numérique, Saran se remet enfin en selle. L’expérimenté Mathieu Drouhin ne tremble pas aux jets de sept mètres et Tomi Vozab égalise (21-21, 52′).

La confiance a alors changé de camp. Massy n’ose plus prendre les shoots. Et lorsqu’Acquevillo marque après un arrêt de Lettens sur pénalty, c’est tout le club de Massy qui se met à trembler, Billère faisant, dans le même temps, le boulot face à Limoges (30-26) et lui chipant à ce moment là la cinquième place. Les cinq dernières minutes relèvent du grand n’importe quoi, les deux équipes multipliant les fautes techniques en se précipitant et aucune ne marquera. Les deux formations se contentant d’un nul qui les satisfaisaient toutes deux après une bataille acharnée d’une heure (23-23, FT).

Cramoisy MassySi la performance de Saran est exceptionnelle, il serait injuste de ne pas souligner la troisième qualification en play-offs en quatre ans de Massy. Une habitude mais qui relève chaque année de l’exploit pour le club du président Desgrolard, plus petit budget de ProD2, qui a encore relégué cette année Billère, Istres ou Cherbourg derrière lui.  “L’ambiance a été énorme pendant toute la rencontre, savoure le jeune ailier massicois Enzo Cramoisy. On pensait que Saran allait avoir un coup de moins bien en fin de match car ils ont moins de rotations que nous et puis finalement non. Mais au final, on a tenu, Massy sera encore en play-offs cette année, c’est formidable pour nous.” Tout sourire, Antoine Conta ajoute : “au final, ce soir, ce sont deux belles équipes, deux bandes de potes, pas forcément avec de gros moyens mais avec un excellent état d’esprit et du professionnalisme, qui sont heureuses et c’est beau à voir. Ce match, c’était de la folie. J’étais cramé au bout de 12 minutes (rires) ! Mais on s’est qualifié, c’est génial.”

Muyembo Saran 2

Evaris Muyembo, un des détonateurs saranais.

Avant la rencontre, l’équation était simple pour Saran. En cas de victoire de Sélastat face à Angers (36-21), la défaite était donc interdite. Et puisque les Alsaciens ont régalé leur public pendant 60 minutes, il ne fallait donc pas perdre. Et ils n’ont pas perdu. Et ils ont remporté le championnat de ProD2. “Personne ne pensait qu’on pouvait en arriver là, même pas nous, rigole Jean-Baptise Poiseau, l’ailier gauche saranais. C’est un truc de dingue, c’est extraordinaire. Ce match a été très compliqué, on n’a jamais réussi à jouer notre jeu. Les deux équipes étaient crispées. Mais c’est passé ! C’est exceptionnel.” Son compère, Evaris Muyembo ajoute : “On a toujours gardé espoir, même quand on était derrière, on savait qu’il fallait vite relever la tête, garder espoir. La pression était énorme pour les deux équipes. Depuis qu’on a débuté notre folle série, tout le monde nous dit que c’est fou. Et c’est ça, ce titre va nous rendre fou !” 

Saran est donc officiellement promu sportivement en LNH. Et tant pis si, dès aujourd’hui, les dirigeants vont devoir travailler d’arrache-pied pour boucler un budget pour monter administrativement à l’étage supérieure. Hier, la marée bleue avait le droit de ne pas y penser et de savourer. Hier, l’ambiance était très belle à voir pour ce petit poucet devenu grand. La nuit a sûrement été très longue pour les Saranais, accueillis par leurs supporters vers une heure du matin dans leur Halle du Bois-Joly. Toujours sur son banc, Fabien Courtial le reconnaissait d’ailleurs trè bien : “ce soir, ce qui m’importe, c’est surtout à quelle heure je vais pouvoir aller me coucher !”

Clément Domas, à Massy

Les autres résultats de la soirée :

Pontault-Combault – Istres 27-27
Sélestat – Angers 36-21
Dijon – Nancy 35-31
Mulhouse – Valence 36-36
Billère – Limoges 30-26
Besançon – Cherbourg 32-29

HandNews & CasalHand
Pub Espace Pronos Proligue

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).