Starligue – J12

Saint-Raphaël maîtrise Toulouse

En s’imposant 27 à 23 dans son palais des sport JFK, Saint-Raphaël enchaîne sa sixième victoire et se place à la 4e position en attendant Nantes demain. Pour Toulouse, la dynamique est inverse avec des absences qui ont pesé lourd.

Car Saint-Raphaël n’a pas eu à forcer son talent pour prendre le dessus. Un 5-0 en trois minutes, grâce aux contres mais aussi de bonnes situations exploitées par Daniel Sarmiento, et Philippe Gardent posait son premier temps mort avant que le Fenix se meurent (8-3, 13e). Le technicien ne cache pas son agacement face à ses joueurs, devant des situations précipitées et des tirs immanquables offert à Mihai Popescu et ses montants. La défense n’est pas hors de tout reproche, que ce soit sur le repli défensif ou par des oublis temporaires des arrières qui coûtent chers. Des situations exploitées idéalement par des raphaëllois qui font vivre la balle jusqu’à l’aile de Raphaël Caucheteux (10/15). Yassine Idrissi va faire un temps illusion (10-8, 21e), mais à la pause les varois tiennent le match (14-9, MT).

Toulouse en test

On voit alors mal comment Toulouse pourrait repasser devant. Les occitans sont sans solutions lointaines, et ne parviennent que très peu à créer des ouvertures sur attaque placée. Les neufs buts inscrits sont en grande partie dus aux sept mètres trouvés puis transformés par Nemanja Ilic (5/5 à la pause, 6/7 au final), de loin la plus grande satisfaction de la rencontre. Replacé en demi-centre, l’ailier serbe aura tout tenté, mettant en difficultés les grandes tours de Saint Raphaël. Seulement, il reste un faible danger de loin. Au deux tiers du match, Philippe Gardent profite d’une infériorité des locaux pour faire une double-strict (19-11, 38e). Devant son efficacité, il laisse Gaël Tribillon en position très avancée. Cette défense haute, couplé à un jeu de contre et des engagements rapides, sonne le retour de Toulouse aux affaires (22-18, 50e). Seulement, l’adversaire n’avait pas tenu le cap pour flancher si proche du but, et avec beaucoup de concentration et un poil de folie amenée par Alexian Trottet (25-20, 57e), l’affaire était entendue. La soirée va se terminer plus qu’amèrement pour Toulouse, avec Jordan Bonilauri qui se blesse sur le dernier but (27-23, SF). Une blessure qui pourrait s’ajouter à une longue liste.

Maxime Thomas

Pub Espace Pronos Starligue

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves