Starligue – J6

Paris “Omeyer” à Chambéry

En clôture de la sixième journée, le PSG s’est imposé à Chambéry 32 à 24 dans un choc des extrêmes inattendus. Si les savoyards auront montré une belle image, dans la lignée de la rencontre à Aix, ils sont tombés sur un bon Paris porté par un sacré Thierry Omeyer.

Le fait à la 13e minute était – encore – anecdotique. À cet instant, le PSG subit la volonté savoyarde dans un premier temps, symbolisé par la défense très haute en 3-2-1 et des mouvements aboutis en attaque (6-4, 13e). Loin d’être convaincant, Rodrigo Corrales laisse sa place à Thierry Omeyer (11/25 à 44%). S’il met quelques minutes à se mettre en jambe, le portier va petit à petit prendre le pas sur les tireurs adverses, fatigués des efforts consentis sur tous les fronts. Sur la fin de période, il ferme totalement l’entrée du but avec un 5-1 en 8 minutes pour le PSG qui fait tourner le match (12-16, MT). Comme à ses côtés Uwe Gensheimer était parfait (9/9 dt 4/4 à 7m) ainsi que Nikola Karabatic (8/8, 2 passe D) qui avait mis les gaz au quart d’heure de jeu, la suite de la rencontre fut un déroulé du PSG qui finit avec une marge confortable (24-32, FM). Seuls petits bémols, un Sander Sagosen hors sujet tandis que Nedim Remili et Mikkel Hansen étaient souvent sans réponse face à la défense haute.

Chambéry avait le cœur

Et pourtant, Chambéry n’a pas été qu’un faire valoir. Certes les gardiens ont, pour une fois, manqué à l’appel (8/40 à 20%) et certains inmanquables, face à qui vous savez, ont pesé lourd. Si ces ingrédients étaient présents, peut-être que le match aurait été tout autre… Très agressifs en défense, concentrés et jusqu’au-boutistes en attaque, les joueurs se sont transformés en 15 jours et cette morne défaite contre Toulouse. Deux victoires en EHF auront sûrement aidés : Alexandre Tritta a retrouvé de l’initiative, Amine Bannour et Romain Briffe étaient moins isolés, Niko Mindegia a retrouvé son handball ibérique spectaculaire. Le plus marquant restera Queido Traoré, jusque là hors sujet, celui qui fut bon samedi aura été très bon aujourd’hui (7/8). Dans le rayon bonne nouvelle, Sandro Obranovic est apparu et, encore diminué, aura fait ce qu’il pouvait et plutôt dans le bon sens. Chambéry terminera malgré tout le mois d’octobre dernier et à zéro point. Il reste Istres à accueillir dimanche et Nantes à négocier après la trêve avant que, enfin, la saison se lance au pied des montagnes.

Maxime Thomas

Pub Espace Pronos Starligue

32 CommentairesPoster un commentaire

  1. Kieler - le 19 octobre 2017 à 23h15

    Je ne m'attendais pas à un miracle à Chambéry mais je suis super triste de voir un club aussi emblématique que Chambéry faire un si mauvais début de saison. J'espère vraiment qu'il va y avoir du mieux…

  2. seb - le 19 octobre 2017 à 23h42

    Pour info, je me suis permis d’aller demander à Thomas Villechaize après le match si Bein prévoyait un beau jour de diffuser un 3e match de lnh par semaine et bien malheureusement ce n’est selon lui absolument pas dans les plans de Bein qui n’envisage notamment pas de diffuser 2 matchs en simultané sur 2 chaines différentes. Pas méga rassurant si Bein remporte à nouveau les droits tv à partir de 2019 à moins que la lnh décide de remettre le championnat sur 3 jours comme avant sachant que c’est Bein qui a plus moins fait passer tous les matchs sur Mercredi/Jeudi, ce qui est compréhensible malgré tout d’autant plus avec les coupes d’europe le week-end.

    Bref, il faut espérer qu’avec O.Girault ou même Bernat-Salles aux commandes de la lnh, le prochain appel d’offre pour les droits TV sera plus exigeant en termes de visibilité du championnat.

    • Jean_Hand - le 20 octobre 2017 à 00h53

      Il semblait déjà clair que le contrat actuel n'offre simplement pas la possibilité à beIN de diffuser un 3e match. Il aurait fallu faire une modification au contrat acceptée par les deux parties. Et il n'est pas forcément dans l'intérêt de venir produire un 3e match en direct.

      Il faudra donc attendre 2019. Et la LNH sera maitresse des conditions de diffusion en orientant la nature des propositions dès la description des attentes dans l'appel d'offres, sachant que ce 3e match (voire plus) pourrait se payer par une enveloppe d'argent non revalorisée, voire réduite.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves