Starligue – J9

Ivry ne veut plus être qu’une équipe de coups

Après avoir eu le scalp de Nantes, Ivry aimerait bien enchainer avec celui de Saint-Raphaël, histoire de changer l’image d’équipe irrégulière qui lui colle à la peau. Pendant ce temps-là les leaders devraient avoir la partie facilitée face à des concurrents au maintien.

Neuvième alors qu’arrive la neuvième journée, il y a finalement une certaine logique dans le classement de l’US Ivry à l’heure d’aller défier Saint-Raphaël. Pas seulement pour de basses raisons mathématiques mais aussi car les Franciliens ont alterné les exploits et les (demi) déceptions. “On a gagné les matchs qui étaient à notre portée, si on excepte celui face à Massy. Nantes, c’était un exploit qui fait penser à celui de Montpellier la saison passée. Il faut espérer que ce ne sera pas le seul de l’année, mais d’un autre côté, si on fait la même saison sans exploits, je prends aussi” sourit Léo Martinez, le demi-centre ivryen. Gagner du côté de Saint-Raphaël, qui enchaine enfin les victoires, en serait-il un, d’exploit ? Au classement, les deux équipes sont au coude à coude, ce qui en fait, curieusement, un vrai choc de milieu de tableau. “Le match contre Nantes nous a montré qu’on était capable d’évoluer à un certain niveau. Il faut maintenant qu’on arrête de jouer au rythme de nos adversaires, on est capable d’être au dessus, on le sait. Désormais, il faut gagner en régularité et ne plus être qu’une équipe capable de coups” continue le jeune meneur de jeu.

“Je me sens plus légitime”

C’est lui, le pur produit de la formation ivryenne, qui a impulsé la dynamique à son équipe en seconde période. Cinq buts, un petit lot de passes décisives et surtout, une activité de tous les instants. Pas forcément une surprise quand on a eu l’occasion de voir évoluer les rouges et noirs les saisons précédentes mais il semblerait que Léo Martinez ait véritablement passé un cap cette saison. “J’ai plus de temps de jeu et de responsabilités, je me sens plus légitime par rapport au groupe. J’ai passé un palier sur le plan individuel, j’ai plus d’assurance même en défense, puisque les demi-centres ne font plus qu’attaquer cette saison” analyse le demi-centre de 23 ans, qui arrive d’ailleurs en fin de contrat à la fin de la saison. Restera ? Restera pas ? Il semble que la première option tienne la corde, même si rien n’est encore acté. “Je me sens bien ici, et je pense que ça se ressent sur le terrain. Je n’ai jamais eu tendance à griller les étapes. En tout cas, on me fait confiance ici et si jamais je prolonge, j’espère bien continuer ma progression” conclut-il. Le début de saison de Léo Martinez a été bon, voire très bon par moments. Il va falloir désormais confirmer sur la durée. A l’image de son équipe.

Toulouse – Nîmes, duel des plus serrés

Après le Aix-Dunkerque de dimanche après-midi, remporté 32-27 par les Nordistes, le ToulouseNîmes pourrait nous offrir une des belles affiches de ce milieu de semaine. Les locaux n’ont plus perdu depuis le 27 septembre et la réception de Paris, les autres depuis le 20 du même mois et l’accueil de Montpellier. Les deux équipes restent sur de grosses performances, et si on a beaucoup parlé de la victoire usamiste face au géant parisien, celle de Toulouse à Dunkerque ne doit rien au hasard. La partie a de grandes chances d’être moins serrée du côté de Paris, qui recevra Cesson, une des deux lanternes rouges avec Massy. Les Bretons pourront-ils profiter d’un soubresaut des Parisiens, plus concentrés sur le match retour à Veszprem samedi que sur leur match du soir ? Probablement pas…

Chambéry, pour s’éloigner de la zone rouge

Mais si Cesson-Rennes semble ne pas avoir grande chance d’augmenter son capital point ce mercredi, Massy, qui recevra le leader Montpellier, n’en a pas beaucoup plus, quand on sait le MHB invaincu depuis le début de la saison et la volonté de Patrice Canayer de prendre tous les matchs au sérieux. Saran, qui a taquiné le leader la semaine passée, a-t-il les moyens d’en faire de même à Nantes ? Cela va être compliqué, surtout si le H se met enfin à montrer le même visage en championnat qu’en Champions League. Enfin, Chambéry s’est lancé dans la saison et accueille Tremblay dans une position un peu plus confortable qu’elle ne l’était il y a quelques semaines. Avec une troisième victoire de suite, les hommes de Laurent Busselier s’éloigneraient de la zone rouge avant un nouveau match à quatre points à Cesson.

Le programme de la neuvième journée

Mercredi 15.11
Chambéry – Tremblay à 20h00
Saint-Raphaël – Ivry à 20h00
Massy – Montpellier à 20h30
Nantes – Saran à 20h30
Paris – Cesson-Rennes à 20h45 (en direct sur beIN Sports 2)

Jeudi 16.11
Toulouse – Nîmes à 20h45 (en direct sur beIN Sports 2)

Kevin Domas

Pub Espace Pronos Starligue

14 CommentairesPoster un commentaire

  1. Pseudo - le 14 novembre 2017 à 22h07

    «Ça sera quoi le match le plus nul cette semaine à votre avis? Paris-Cesson? Envoyez vite les caméras de BeIn !»

  2. Pseudo - le 14 novembre 2017 à 22h12

    Bon c’est la dernière fois que je râle dessus, mais ça m’exaspère qu’une chaîne de télé paye pour nous empêcher de voir des matchs de hand. Déjà, le choix des matchs est surement conditionné par le rang des équipes ou je sais pas quoi donc je peux comprendre que Paris soit plus diffusé que Massy mais là ils abusent. Mais au delà de ça, Tremblay, par exemple, voulait diffuser ses matchs en live, c’est interdit à cause des droits. Pour l’EHF c’est pareil, impossible de regarder un live d’un Barcelone-RNL, ou même un petit Velenje-Leon (match où il n’y a aucune équipe française) alors que c’est même pas diffusé sur BeIn ! Je trouve ça vraiment exaspérant de leur part.

    • Kieler - le 14 novembre 2017 à 22h56

      Ils ont même bloqué le replay sur certains matchs ou tous. Vive les VPN les gars…

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves