Starligue

Saint-Raphaël sur la bonne voie


Si Saint-Raphaël s’est incliné, hier soir, face au Paris Saint-Germain (25-27), l’équipe varoise a montré des choses intéressantes qui devraient lui permettre de ne pas s’attarder en milieu de tableau.

Dixième. Il y a bien longtemps que Saint-Raphaël n’était pas apparu aussi bas dans le classement de la Lidl Starligue. Mais ça, Joël Da Silva, l’entraineur raphaëlois, l’avait déjà anticipé en début de saison, quand il demandait à ce qu’on juge son équipe après les six premières journées, au terme d’une série qui verrait ses ouailles affronter Paris, Nantes, Montpellier ou Chambéry. Si pour l’instant ses joueurs n’ont amassé que trois points, il n’y a pourtant pas lieu de tirer des bilans trop tôt. Même si Daniel Sarmiento, le demi-centre espagnol, regrettait presque de ne pas avoir rapporté un peu plus du voyage dans la capitale. “On est là pour gagner ce type de match si on veut finir sur le podium de Starligue. On n’a pas bien joué contre Dunkerque en ouverture du championnat mais on a ensuite montré un bien meilleur visage à Chambéry, dans une salle réputée compliquée. On était très près de l’emporter contre Nantes mais on est tombés sur un Dumoulin exceptionnel” notait le meneur de jeu. “Ce soir, il n’y a pas de déception malgré la défaite”. Même son de cloche du côté de son entraineur qui voyait beaucoup de positif dans la capacité de son équipe à bien défendre face à Nikola Karabatic et compagnie : “Si on est capable de reproduire ce type de match, c’est très encourageant pour la suite”.

Sans Dipanda, la vie est plus compliquée

Car si Saint-Raphaël est reparti bredouille de Paris, il faut quand même se souvenir que ni Mihai Popescu, ni Artsem Karalek, ni Xavier Barachet n’étaient du voyage et qu’Adrien Dipanda a rejoint les tribunes au bout d’un gros quart d’heure de jeu, laissant ses partenaires sans gaucher sur la base arrière. “On ne saura jamais ce qu’aurait été la physionomie de la rencontre avec lui” se contentait de commenter Da Silva, qui doit espérer à l’heure qu’il est que le rapport que rédigeront les arbitres suite au rouge direct distribué à l’international ne fera pas sauter le sursis sous le coup duquel se trouve l’international. Car hier, on a quand même bien vu qu’en termes de rotations, Saint-Raphaël est un poil court. Geoffroy Krantz a certes fait un match correct hier soir, sans Dipanda, la donne ne serait pas la même. “L’exclusion d’Adrien a joué, notamment parce qu’il est dans une forme exceptionnel en ce moment. C’est un joueur très important du collectif et on a vu que notre jeu a penché d’un coté pour compenser son absence” notait Sarmiento, qui a du plus s’exposer que d’habitude, tout comme Simicu, touché au genou à dix grosses minutes de la fin. Saint-Raphaël va peut-être encore passer quelques semaines frustrantes au niveau des résultats. Mais dans les faits, les Varois, s’ils gardent leur état d’esprit de guerriers, tiennent le bon bout.

Kevin Domas (avec O. Poignard)

11 CommentairesPoster un commentaire

  1. Pseudo - le 6 octobre 2017 à 10h02

    Je trouve pas vraiment que St Raph démarre très très fort, ok le match contre Nantes était très bon, mais ils perdent le point à Dunkerque, ils gagnent à Chambéry plus parce que Chambéry est encore moins bon que parce qu’ils sont bons, et hier ils ont joué face à un Paris assez mauvais; avec ce PSG, des équipes comme Aix ou Dunkerque auraient pu ramener les points je pense

    • ANues - le 6 octobre 2017 à 13h59

      Oui c'est exactement mon sentiment, comme on dit St Raph a fait du St Raph (pas mieux ni pire que d'hab)
      Paris quand à lui est plutot dans une mauvaise passe. Jouer comme hier les parisiens l'ont aussi fait contre Massy et Ivry, mais l'adversité était moindre donc ça s'est (un peu) moins vu.

      Comme ça a été dit dans un post sur le Psg, leur système de jeu tout mou date de 2012!

      A jouer comme ça, certains arriverons à prendre des points aux parisiens.

  2. Esteban de Roanne - le 6 octobre 2017 à 10h53

    Gros debut se saison pour st Raphaël qui produit du jeu malgré les blessures de Jorge Maqueda et David Balaguer les deux portugais incontournable de l’équipe.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).