Starligue – J19

Saint-Raphaël reste au contact

Bien qu’il soit resté accroché jusqu’au bout sur le parquet du palais des sports Jean-François Krakowski, Tremblay n’est pas parvenu à l’emporter face à Saint-Raphaël. Un coup d’accélérateur dans le money-time a permis aux Varois de prendre des points précieux (32-28, FM). 

Ce ne sera pas le match qui restera dans les mémoires de Raphaélois, mais si l’essentiel a été assuré. Les deux points ont été pris alors que Tremblay a joué crânement sa chance. Jamais distancée, la bande de Benjamin Braux a dû attendre le money-time pour voir la rencontre lui filer des mains. Pourtant, en première période, Saint-Raphaël semblait doucement se détacher. Mihai Popescu faisait des arrêts, permettait à Raphaël Caucheteux de rapidement se projeter en contre-attaque pour creuser l’écart. Mais l’air de rien, les arrêts de Patrice Annonay faisaient du bien et ainsi, Tremblay était toujours là, en embuscade sans pour autant prendre le jeu à son compte avec une défense qui, peu à peu, prenait du volume et mettait de l’agressivité pour perturber les Varois qui étaient plutôt bien entrés dans leur match. Bien qu’Aurélien Abily soit blessé, la base arrière raphaéloise faisait le travail, avec un Geoffroy Krantz toujours prêt à donner de sa personne bien aidé par Adrien Dipanda et Dani Sarmiento, très précieux. Pour autant, tout n’était pas parfait et cela maintenait Tremblay à portée au moment de rentrer au vestiaire (16-13 ,MT). 

Sans jamais tuer le match

Tremblay était assez proche des locaux pour revenir et mener. Ce qui fût le cas après huit minutes de jeu en deuxième mi-temps en s’appuyant sur une bonne défense et sur de bonnes montées de balle. Un façon de faire simple et efficace qui portait ses fruits (19-20, 38′). Malmené, Saint-Raphaël avait quand même la ressource pour répondre, une ressource collective qu’a louée Joël Da silva après la rencontre. “Ce soir on a fonctionné en équipe, on a vu les joueurs très solidaires les uns envers les autres. On avait besoin d’un peu de folie, on a eu des arrêts miraculeux, des situations un peu imprévues et ça fait du bien. C’était vraiment l’objectif de la semaine et l’objectif est rempli” nous disait-il. “On sort un peu frustrés parce qu’après Paris et Montpellier on avait notre jeu bien en place. On se souvient de la dernière minute face à Paris, à Montpellier on n’est pas loin de faire le coup. On avait bien travaillé sur la récupération et sur le fait que le contenu était intéressant”. Ce n’était donc pas assez pour tuer la rencontre face à Tremblay qui restait toujours à un ou deux buts de son opposant. Encore présent au début du money-time, en jouant les coups à fond, sans rougir (29-27, 55′). Il a fallu une interception de Caucheteux, qui tout seul allait faire souffler ses coéquipiers et les 1 500 spectateurs du Palais des Sports JFK. Une interception qui lui permettait de marquer son onzième but de la soirée. Après cela, les Tremblaysiens n’y arrivaient plus, se heurtant à une défense agressive dans le secteur central qui les empêchait de faire le moindre mouvement vers le but. Finalement, Saint-Raph’ termine avec un matelas confortable de quatre buts, qui lui permet de rester bien placé dans la course à l’Europe qui s’annonce palpitante (32-28, FM). 

“Ce soir c’était important, on jouait en dernier et ça nous permettait de prendre des points sur certaines équipes qui jouent le top 5. On a deux matchs qui arrivent après la trêve (Massy et Saran). En suite on a ce quart et ensuite on enchaîne Dunkerque. On aura retrouvé Arthur [Vigneron] (opéré du coude NDLR) et on retrouvera certainement Aurélien [Abily] et peut-être qu’on les retrouvera à un moment important dans la saison” soulignait le coach varois. D’ici là, les points seront chers, d’autant plus que derrière Aix pousse fort, passe devant Nîmes et se retrouve à égalité de points avec le SRVHB. Même si la fin de saison est encore loin, on sait que ces deux équipes achèveront leur saison dans l’Arena du PAUC, de quoi laisser songeur quant à une finale dans les Bouches du Rhône… “On peut imaginer, pourquoi pas une finale là-bas, ce serait un super match, on aura joué Montpellier, Saran, Ivry. On a déjà une finale face à Dunkerque. Ce championnat est passionnant, ça me fait penser à la première année où je suis arrivé ici où ça c’était joué sur la dernière journée. Je pense qu’on est dans le même timing au niveau des points, si l’issue est la même, on est preneur” concluait Da Silva.

De Saint-Raphaël, Maxime Cohen.

les stats

Saint-Raphaël / Tremblay (16-13) 32-28

Palais des Sports Jean-François Krakowski (1500 spectateurs)

Arbitres: Mmes Bonaventura.

Saint-Raphaël: Popescu (15 arrêts /41), Demaille (3 arrêts /5). Krantz(4/7), Barachet (2/3), Hubert, Sarmiento (5/6), Lynggaard (1/2), Jurka (0/3), Caucheteux (11/14), Trottet (2/2), Krakowski (1/3), Dipanda (5/7), Karalek (1/3), Eponouh, Hmam.

Tremblay: Annonay (11 arrêts /43), Dresrusse. Tomas (6/8), Courtois, (0/3) Marche (0/1), Sebetic (1/6), Sadoveac (7/12), Conte Prat, Steins, Azizi, Siakam (3/7), Batinovic (3/5), Honrubia (7/8), Pitre (1/2).

6 CommentairesPoster un commentaire

  1. Fanhns - le 30 mars 2018 à 06h57

    A St Raph , quand Sarmiento va bien , tout va bien .!

  2. Billou44 - le 30 mars 2018 à 07h24

    Tremblay est nul et le match était nul. Quelle purge!

    • handcalou - le 30 mars 2018 à 08h02

      ce qui est grave c est qu il n y a pas d ame dans cette equipe.c est souvent comme ça avec Tremblay lors des matchs à l exterieur.
      sinon c etait pas trop vilain loin d etre une purge

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).