All

Hanovre, une réussite pas si surprenante

 

Source : die-recken.de

Le TSV Hannover-Burgdorf et ses preux chevaliers pointent actuellement à la première place du classement en Bundesliga. Alternant du très bon et du moins bon depuis plusieurs saisons, le club de Basse-Saxe semble enfin avoir trouvé son rythme, capable de concurrencer les grosses cylindrées comme Kiel ou Flensburg. Avec une saison 2017-2018 synonyme d’échec sur tous les plans ou presque pour Hanovre, cette année semble bien différente…

Un duo de coach d’expérience

Avant toute chose, c’est bien beau d’avoir de bons joueurs, mais il faut également quelqu’un qui soit capable de les piloter. Et Hanovre a du lourd dans ce domaine, en la personne de Carlos Ortega. Entraîneur principal du club, il se cherchait quelque peu après son éviction de Veszprém en septembre 2015. Après une courte aventure au Japon, puis au Danemark, l’ancien ailier droit du FC Barcelone s’épanouit désormais en Allemagne, avec un jeu léché, et une défense qui impose un défi physique constant. On saupoudre tout ça d’un duo de gardiens plutôt efficace avec une salle qui pousse ses joueurs à l’exploit, et on obtient la surprise du championnat. Après avoir mené Hanovre à la qualification pour la Coupe EHF à l’issue de la saison 2017-2018, nul doute qu’avec les progrès effectués entre temps et l’expérience acquise, Hanovre peut se permettre de viser encore plus haut.

Mais Ortega n’est pas le seul à piloter cette équipe, il s’est entouré d’une véritable légende du handball espagnol, si ce n’est une légende du handball tout court : Iker Romero. Fort de son expérience en Bundesliga après 4 saisons avec les renards de Berlin (2011-2015) et de la ligue des champions avec le FC Barcelone (2003-2011), il a rejoint le staff des preux, en pleine construction en 2017, après une saison bancale. Attiré par une volonté de transmettre ce qu’il a vécu durant toute sa carrière, l’occasion est parfaite avec Hanovre, le club étant en pleine phase de rajeunissement de l’effectif, avec les arrivées d’Alfred Jonsson (21 ans), Ivan Martinovic (21 ans) ou encore prochainement de l’international danois Johan Hansen (25 ans).

De l’expérience, de la jeunesse, que du talent

Une équipe composée d’un savant mélange d’expérience et de jeunes talents, voilà qui pourrait bien décrire le club d’Hanovre. Tout d’abord du côté des gardiens, Domenico Ebner vient d’arriver en provenance de Bietigheim, ex-promu, depuis relégué en deuxième division. Du haut de ses 25 ans, il a réalisé plusieurs belles performances face à des équipes de milieu de tableau, permettant d’alterner avec Urban Lezjak, plus expérimenté malgré quelques contre-performances cette saison. Une belle paire de gardiens néanmoins, qui n’y est pas pour rien dans les bons résultats des preux après dix journées de championnat.

Vient ensuite le secteur offensif. Avec Morten Olsen à la mène (et au shoot), on peut ajouter tous les cadres comme Ivan Martinovic (oui déjà !), Timo Kastening (ailier droit), ou encore Fabian Böhm : un jeu efficace, personne ne monopolise la balle et le danger vient de partout. Seul point faible de l’attaque s’il en est, l’aile gauche est pour l’instant assez peu exploitée, alors que le poste est campé par Cristian Ugalde (Veszprém, Barcelone) et le jeune Vincent Büchner, formé au club. Au poste de pivot, on a également un duo rodé en Bundesliga, avec Evgeni Pevnov et Ilja Brozovic. Le premier, joueur allemand d’origine russe, a eu un peu de mal à se trouver une place dans ce championnat d’Allemagne, mais semble enfin s’épanouir avec Hanovre. Titulaire au poste, c’est un guerrier, qui forme une belle paire avec l’international croate, tous deux arrivés en 2017.

Dans un ensemble plus complet qu’auparavant, Hanovre est actuellement la deuxième meilleure attaque du championnat, avec une moyenne de 29,6 buts inscrits par match : seul Magdeburg, équipe ultra offensive, dépasse Hanovre avec 32 buts de moyenne.

Un défi physique lancé à tous

Pas forcément la défense la plus efficace du championnat, mais il faut l’encaisser. Avec le retour de Mait Patrail (ligaments croisés), l’éclosion de Joshua Thiele (défenseur de la sélection des U21 allemands) et les Brozovic et consorts, la défense de Hanovre propose à toutes les équipes une 6-0 très agressive, très dure sur l’homme. Plusieurs équipes s’y sont cassées les dents, à l’image de Magdeburg ou Flensburg, pourtant deux prétendants au titre national. C’est la cinquième défense dans l’absolu, avec 260 buts encaissés en dix matchs.

Une seule équipe est parvenu à vaincre les preux, Melsungen, qui recevait les preux à l’occasion de la huitième journée (31-25). Presque considéré comme un exploit de la part des rouges, Hanovre ne devrait avoir aucun mal à se défaire de ses deux prochains adversaires, alors qu’ils se déplacent ensuite à THW Kiel lors de la treizième journée (17 novembre), pour décider du leader du championnat. Également habitués des chutes en deuxième partie de saison, les preux devront être bien plus réguliers cette année et ne pas s’effondrer pour voir leurs espoirs d’Europe s’envoler.

A cela on ajoute un public qui pousse son équipe au maximum et un calendrier qui a pu jouer en leur faveur en début de saison, et on a la recette miracle de Hanovre, qui réalise jusqu’ici une saison pleine. Attention cependant, car leur habituel manque de régularité les a “récompensé” d’une maigre treizième place et d’un quart de finale de Coupe EHF perdu face aux finalistes, Berlin, qui vit une saison catastrophe jusqu’ici.

Pub Espace Pronos Allemagne

1 CommentairePoster un commentaire

  1. TeteB - le 24 octobre 2019 à 19h08

    Morten Olsen est l acteur majeur d Hannover,pas trop médiatisé depuis c est début,tête brulée,mais qu est ce qu’il est fort…

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).