Golden League

Roxanne Frank : “Ca donne envie de continuer”

Depuis le début de la saison, Roxanne Frank tient le but de Besançon aux côtés de Zeljana Stojak. Des responsabilités que lui donne le duo Tervel – Delerce qui ont porté ses fruits. Ce jeudi, après déjà avoir participé à un regroupement avant l’Euro, elle a honoré sa première sélection. Olivier Krumbholz lui a permis de jouer une période complète et ainsi de réaliser son premier arrêt avec les A, sur le premier tir qui s’est présentée à elle. Une belle entrée en matière, couronnée d’une belle victoire (28-18), qui n’était pas prévue si tôt et qui ne lui a pas laissé le temps de réaliser. Entretien 

Comment avez-vous vécu cette première ? 

Super bien ! Déjà j’ai été appelée en cours de route et je ne m’y attendais pas du tout. C’était une réelle surprise et je pensais encore moins que j’allais jouer une mi-temps ce soir. Je suis trop contente et je ne réalise pas forcément.

Vous arrivez, faites un premier arrêt. Cela vous a permis d’évacuer un peu la pression ?

Oui, j’ai abordé le match vraiment pour me faire plaisir. Les filles m’ont dit de m’éclater et ça m’a beaucoup aidé. Le fait que je sorte le premier ça m’a permis de vraiment me mettre dedans.

Qu’est-ce que ça fait de passer après Laura qui avait sorti quatre pénaltys ? 

C’est énorme ! Après ça ne m’a pas vraiment mis de pression parce que je ne m’en suis pas mise. Elle a fait une super partie et derrière on se doit aussi de faire la même chose.

On vous a vu très complices sur le banc notamment… 

Oui, elle m’apporte beaucoup de son expérience et c’est top. Dans ces matchs il faut savoir gérer tous les moments et le fait qu’elle soit là, ça me facilite la tâche et ça me permet de finalement me concentrer uniquement sur le ballon.

Une première marseillaise entourée de championnes d’Europe et du monde, c’était émouvant ? 

Oui ! J’avoue que j’avais du mal à contenir mes émotions et quand le public a chanté derrière et même s’il était un peu en décalage, j’ai été moins troublée. Ca venait aussi de tout le monde et quand tu te retrouves avec toutes les championnes d’Europe à tes côtés, d tu te sens bien.

Une nouvelle gardienne bisontine en équipe de France, il y a une vraie filière… 

Oui il faut croire ! Laura (Glauser), Cléopatre (Darleux) et Valérie (Nicolas) y sont passées, c’est vrai que c’est drôle de se dire qu’autant de gardiennes sont venues de Besançon. Quand je suis allée à Besançon ce n’était pas pour ça, c’était vraiment pour leur formation et c’est pour ça qu’elles font confiance à leurs gardiennes, même jeunes. C’est ce qui fait qu’aujourd’hui je suis là.

Roxane Frank (France)

Vivre ce genre de moments, ça ouvre l’appétit ? 

Oui forcément. Au début il y a un peu d’appréhension mais une fois qu’on y goutte on a envie d’y retourner. Je regardais le chrono et je me disais “oh il ne reste que deux minutes…” donc ça donne envie de continuer et de faire mieux.

Qu’est-ce qu’a dit ta coach avant que tu partes ? (ndlr: Raphaëlle Tervel)

Elle m’a dit de me faire plaisir et de profiter à fond et de ne pas me mettre la pression. J’ai suivi ses conseils ! (rires)

 

Propos recueillis par Kevin Domas.

HandNews nouvelle application

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. Sebou974 - le 22 mars 2019 à 07h29

    💪 Y a 15 jours elle jouait 30 min avec la réserve en N1 qui d’ailleurs pointe a la deuxième place juste derrière Metz…💪

  2. Sasori9 - le 22 mars 2019 à 21h52

    Je trouve ca bien de voir Besançon retrouve la puissance Bisontine des années 90-2000. Qu'elle continue à grandir !
    Besançon, Brest, Nantes, Metz,…..ouuh la sacré tableau !

  3. Roxy - le 23 mars 2019 à 10h31

    Sans oublier aussi Catherine Gabriel!

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).