Mondial 2019

Les joueurs à suivre 1/2

Le Mondial 2019 commence demain et à cette occasion, Handnews vous propose le premier volet de son tour d’horizon des joueurs qui n’ont pas le statut d’un Nikola Karabatic ou d’un Mikkel Hansen mais qui disputent leur première compétition internationale (ou presque) et qui risquent bien de faire parler d’eux pendant ces deux semaines de compétition.

Groupe A

  Aleksei Fokin (Kaustik – 21 ans), Sergei Kosorotov (19 ans – Chekhov)

Malgré un réservoir énorme, la Russie a du mal à sortir de jeunes joueurs de niveau international pour renouveler sa sélection ces dernières années. Si Dimitri Kiselev commence à prendre ses marques du côté du Vardar Skopje et qu’Alexander Shkurinskiy confirme son potentiel du côté du Meshkov Brest, cela reste encore maigre par rapport aux années phares de la Russie. Cette année, le sélectionneur Eduard Koksharov emmène deux joueurs prometteurs qui pourraient avoir leur mot à dire.

Le premier est Aleksei Fokin, un ailier droit de 21 ans qui assurera les arrières de Daniil Shishkarev sur le poste. Peu en vue lors du dernier Mondial Juniors, il est néanmoins actuellement le deuxième meilleur buteur du championnat russe et a la capacité de jouer arrière droite dans une sélection qui ne compte que Dimitri Kiselev comme arrière droit. Il devrait donc pouvoir trouver du temps de jeu sur les deux postes pendant la compétition.

Benjamin de la sélection russe, Sergei Kosorotov sera surement en phase d’observation lors de cette compétition où il fera le nombre sur le poste d’arrière gauche derrière Alexander Dereven et Vitaliy Komogorov. Titulaire depuis ses 17 ans en championnat avec Chekhov où il tourne à presque 4 buts par match depuis trois saisons, il est l’un des grands espoirs de la nouvelle génération russe sur la base arrière. Egalement capable de jouer demi centre, l’absence de Pavel Atman lui ouvrira peut être la voie vers quelques minutes de jeu supplémentaires lors de ce Mondial.

 Matthias Musche (Magdeburg – 26 ans), Franz Semper (Leipzig – 21 ans)

Révélation de la saison 2013/2014 en Bundesliga, Matthias Musche aura eu du mal à faire son trou en équipe nationale malgré des performances de haute volée avec Magdeburg chaque année. Sur un poste tenu depuis des années par Uwe Gensheimer, il n’avait jusqu’alors jamais réussi à déloger Rune Dahmke de son rôle de doublure. Ce dernier ne jouant pas beaucoup à Kiel cette saison, l’heure de Matthias Musche est enfin venue. Actuel meilleur buteur de Bundesliga, il pourra remplacer au pied levé Uwe Gensheimer en cas de coup dur.

Matthias Musche (Magdeburg)

L’échec cuisant de l’Allemagne lors de l’Euro 2018 a largement été mis sur les épaules du sélectionneur Christian Prokop, ancien coach de Leipzig, et qui avait sélectionné plusieurs joueurs issus de son ancien club qui n’avaient pas forcément le niveau (Bastian Roscheck, Maximilian Janke et Philipp Weber). Ces joueurs ne seront pas présents cette année, par contre un nouveau joueur de Leipzig fait son entrée et il aurait été difficile de s’en passer tant le jeune arrière droit est impressionnant en Bundesliga avec 90 buts en 19 matchs. Sélectionné en doublure de Steffan Weinhold, Franz Semper devrait avoir du temps de jeu si le Kieler montre des signes de faiblesse.

 Dejan Milosavljev (Vardar Skopje – 22 ans), Vukasin Vorkapic (Metaloplastika – 21 ans), Ivan Mosic (Ademar Leon – 24 ans), Lazar Kukic (Naturhouse La Rioja – 23 ans)

Révélation de la première moitié de saison en Ligue des Champions, le gardien du Vardar Skopje a montré qu’à seulement 22 ans, il faisait déjà partie des plus grands. Du haut de son mètre 96 et surtout de ses 135 kilos, Dejan Milosavljev devrait garder les cages de la Serbie pour la prochaine décennie si il arrive à écarter la concurrence de Vladimir Cupara, le gardien de Kielce, loin d’être transcendant lors de l’Euro et irrégulier en club.

Dejan Milosavljev (Skopje)

Encore inconnu en dehors des Balkans, Vukasin Vorkapic s’est fait une réputation locale grâce à son extension sur son aile droite, que certains comparent à celle de Luc Abalo. Profitant de l’absence de Darko Djukic, il sera la doublure de Bogdan Radivojevic, le joueur des Rhein Neckar Löwen, et pourrait même prétendre à une place de titulaire si il se montre aussi incisif que sur les matchs de préparation.

Nenad Perunicic, le nouveau sélectionneur serbe depuis septembre, a accepté le défi de reconstruire la Serbie à partir de jeunes joueurs ambitieux, devant remplacer les Marko Vujin, Petar Djordjic et autres Petar Nenadic dont les problèmes extra sportifs ont émaillés les dernières compétitions internationales. Pour se faire, il a fait appel à Ivan Mosic. Encore inconnu cet été quand il débarque à Leon en provenance de Dubaï, l’arrière gauche longiligne a rapidement fait oublier le néo chambérien Alejandro Costoya et s’est fait remarquer en Ligue des Champions avec 9 buts contre le Wisla Plock. Il viendra relayer l’arrière gauche de Minden Miljan Pusica sur le poste pendant ce Mondial.

Les Serbes s’acclimatent plutôt bien à l’Espagne puisque Lazar Kukic y a aussi fait son trou, mais plutôt du côté de Logrono où il est arrivé sur la pointe des pieds en 2016 jusqu’à y devenir le demi centre titulaire cette saison. Il devrait diriger le jeu serbe pendant ce Mondial en compagnie de l’ancien nantais Stefan Vujic.

 Rudolph Hackbarth (Pinheiros – 24 ans), Gustavo Rodrigues (Créteil – 23 ans)

Au sein d’une sélection brésilienne un peu moribonde, deux petits nouveaux sont apparus. Le premier est Rudolph Hackbarth, ailier droit à la gestuelle pas vraiment élégante mais efficace. Evoluant encore au Brésil, il sera intéressant de voir son niveau dans un contexte international derrière Fabio Chiuffa et ses dreads.

Révélation avec Porto en Ligue des Champions en 2015 à seulement 20 ans, Gustavo Rodrigues a eu du mal à confirmer et a depuis rejoint Créteil où il est l’un des hommes clés sur son poste d’arrière droit. Plus porté sur l’attaque que sur la défense, le “bouledogue” brésilien sera une rotation intéressante derrière José Toledo.

Gustavo Rodrigues (Creteil)

Groupe B

 Aleix Gomez (Barcelone – 21 ans)

Victor Tomas semble définitivement mis de côté du côté de l’Espagne, la place de titulaire sur l’aile droite est donc à saisir. Si le toulousain Ferran Solé a fait forte impression lors de l’Euro, il va devoir affronter la concurrence du jeune Aleix Gomez lors de ce Mondial. Le Barcelonais a convaincu Jordi Ribera de le choisir plutôt que le nantais David Balaguer, ce qui en dit long sur le talent du jeune international. A voir quel temps de jeu sera offert par le sélectionneur espagnol à celui qui représente l’avenir de la sélection sur le poste.

 Marin Sipic (Nexe – 22 ans), David Mandic (Zagreb – 21 ans), Halil Jaganjac (Nexe – 20 ans)

Qui dit retraite des cadres après l’Euro 2018, dit forcément injection de sang neuf pour le Mondial 2019 du côté de la Croatie. Sur le poste de pivot, la compétition a été rude entre Marin Sipic et Kristian Beciri (Celje) pendant toute l’année et c’est finalement le joueur de Nexe qui s’est imposé, la belle saison de son club aidant. Avant tout pivot d’attaque, il va devoir faire oublier Igor Vori dans le coeur des supporters croates. Associé à Kresimir Kozina et Zeljko Musa sur le poste de pivot, il devrait recevoir un temps de jeu intéressant.

Arrivé à Zagreb cet été en provenance de Bosnie-Herzégovine, David Mandic est passé par toutes les sélections jeunes et juniors croates et représente le plus gros espoir du pays sur le poste d’ailier gauche pour prendre la succession de Manuel Strlek. Présent avant tout pour apprendre lors de ce Mondial, il devrait logiquement trouver quelques minutes de jeu derrière le joueur de Veszprém.

Désormais bien connus des observateurs du handball européen grâce à ses performances avec le Metalurg Skopje la saison dernière, Halil Jaganjac était dans le groupe croate lors de l’Euro 2018 mais n’avait eu que quelques minutes de jeu sur toute la compétition. Désormais à Nexe, l’arrière gauche devrait avoir la possibilité de s’exprimer un peu plus lors de ce Mondial, ses concurrents sur le poste étant Ivan Sliskovic, Alen Blazevic et Damir Bicanic. Le meilleur buteur de la Ligue SEHA 2017/18 est en tout cas le plus gros espoir croate tous postes confondus et il sera intéressant de voir si il arrive à s’adapter au niveau international.

Halil Jaganjac (Nexe)

  Teitur Örn Einarsson (Kristianstad – 20 ans), Gisli Kristjansson (Kiel – 19 ans), Elvar Jonsson (Selfoss – 21 ans)

L’Islande est en plein renouvellement avec des jeunes talents qui poussent fort. Et même quand Gudmundur Gudmundsson veut garder des vétérans pour encadrer la jeunesse, il est obligé de changer ses plans puisque Gudjon Valur Sigurdsson et Runar Karason sont forfaits. Le second a été remplacé par Teitur Orn Einarsson, un arrière droit qui avait illuminé avec son bras le Mondial Jeunes en 2017 où il avait fini meilleur buteur. Dans un style qui se rapproche un peu de Valentin Porte, Einarsson formera un duo prometteur avec Omar Magnusson, à peine plus âgé (21 ans) mais déjà plus expérimenté en sélection puisqu’il s’était révélé en France en 2017.

Gudmundur Gudmundsson a décidé de confier le poste de demi centre à deux débutants, l’ancien titulaire Janus Dadi Smarason semblant ne pas avoir convaincu le sélectionneur islandais lors de la préparation. C’est donc Gisli Kristjansson qui a été appelé, membre régulier de la sélection depuis l’arrivée de Gudmundsson et en progression constante depuis son arrivée à Kiel cet été. Considéré comme le prochain Aron Palmarsson, il va pouvoir montrer s’il peut tenir la comparaison aux côtés de son ainé lors de ce Mondial.

Le second demi centre est moins connu sur la scène européenne, il s’agit d’Elvar Jonsson, demi centre titulaire de Selfoss, vainqueur de la saison regulière du dernier championnat islandais et ancien coéquipier d’Einarsson. Demi centre organisateur par excellence, Elvar Jonsson devrait commencer le Mondial dans la peau du titulaire mais c’est la vérité de la compétition qui déterminera qui de lui ou de Kristjansson est déjà le plus à même d’incarner le futur de ce poste.

 Martin Serafimov (Metalurg Skopje – 18 ans), Mario Tankoski (Metalurg Skopje – 20 ans)

Sous l’égide de Raul Gonzalez, la Macédoine fait petit à petit sa mue. Après les intégrations de Filip Taleski et Filip Kuzmanovski ces dernières années, ce sont deux nouveaux talents formés au Metalurg Skopje qui vont faire leur apparition dans la sélection macédonienne.

Arrière droit de métier, Martin Serafimov sera la doublure de Kiril Lazarov lors de ce Mondial, et éventuellement son successeur même si ce titre a été porté par plusieurs joueurs qui n’ont pas tous brillé ces dernières années. A seulement 18 ans, Serafimov a réalisé quelques matchs intéressants en Ligue des Champions où il a réussi à tirer son épingle du jeu malgré la faiblesse de l’effectif du Metalurg Skopje. Avec la fragilité grandissante de Kiril Lazarov, il est fort possible qu’on puisse voir le jeune arrière à l’oeuvre sur ce Mondial pour reposer l’emblématique capitaine macédonien.

Sur le poste d’arrière gauche/demi centre, c’est Mario Tankoski qui essayera de s’imposer lors de ce Mondial. Si le poste d’arrière gauche semble bouché avec la présence de Filip Taleski et Filip Kuzmanovski, il y a une vraie carte à jouer au poste de demi centre puisque la liste des 18 joueurs macédoniens comprend uniquement deux demi centres de métier venant du club d’Eurofarm Rabotnik, n’ayant jamais porté le maillot macédonien auparavant et peu d’expérience européenne.

 Adam Yuki Baig (Cesson – 19 ans)

Après Rémi Feutrier, c’est au tour d’un autre franco-japonais d’intégrer la sélection japonaise. Pensionnaire du centre de formation de Cesson, Adam Yuki Baig offre un profil rare chez les japonais. Du haut de son mètre 94, l’arrière gauche est le troisième plus grand joueur d’une sélection qui dépasse rarement le mètre 90. Déjà sélectionné à plusieurs reprises par Dagur Sigurdsson, Adam Yuki Baig a une vraie carte à jouer pour son premier Mondial avant les Jeux Olympiques l’année prochaine.

HandNews & CasalHand
Pub Espace Pronos EDF

6 CommentairesPoster un commentaire

  1. Vardarian - le 9 janvier 2019 à 14h55

    Bonne chance Dejan, ne te fatigue pas trop!

  2. Aytec - le 9 janvier 2019 à 15h06

    Vardarian tu va supporter la macedoine aussi ?

    • Averell - le 9 janvier 2019 à 16h32

      A defaut de l'Italie 🙂

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).