Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

Starligue

 Bruno Butorac, troisième recrue tremblaysienne

, par Dalibor

Crédit photo : SEHA League

Après avoir officialisé les arrivées de Juan Del Arco (Logroño) et Michal Kopco (Ivry), le club de Tremblay va en faire de même avec l'arrière droit croate Bruno Butorac.

Bruno Butorac, voilà le nom de la nouvelle recrue de Tremblay. A 24 ans, l'arrière droit natif de Zagreb va débarquer dans le championnat de France, alors qu'il s'est engagé pour les deux prochaines saisons avec les jaunes et noirs. Passé par le centre de formation de Zagreb, il évolue depuis deux saisons en Slovaquie, sous les couleurs du Tatran Presov. L'an passé, il a d'ailleurs terminé deuxième meilleur buteur de la Ligue SEHA, qui regroupe les meilleurs clubs des Balkans. Butorac a participé à la Champions League cette saison avec son club, scorant à 51 reprises en dix matchs. A Tremblay, où il s'est engagé pour les deux prochaines saisons, il formera une paire 100% croate avec son compatriote Luka Sebetic.

- Bruno, tu t’es engagé pour les deux prochaines saisons avec Tremblay. Que ressens-tu ?

- Je suis super heureux. Quand j’étais plus jeune, venir jouer en France était un rêve, et il se réalise désormais. Le championnat français est pour moi le meilleur au monde et je voudrais remercier Tremblay de me faire confiance et de me permettre de le découvrir.

- Etait-ce le bon moment dans ta carrière pour découvrir ce championnat ?

- Cela fait deux ans que je jouais au Tatran Presov en Slovaquie. J’ai participé à la Champions League, à la ligue SEHA, où on affronte des grandes équipes comme le Vardar Skopje ou le Meshkov Brest. Je pense avoir progressé mais il me fallait désormais passer un nouveau palier. Je sais que venir à Tremblay va encore me permettre de progresser individuellement.

- As-tu déjà pris des informations sur Tremblay ?

- J’ai discuté un petit peu avec le directeur sportif, mais j’ai surtout appelé longuement mon ami Luka Sebetic. Je le connais bien car nous avons joué en équipe de Croatie junior et également à Zagreb pendant quelques années. Quand j’ai su que j’allais venir ici, j’ai commencé à regarder quelques matchs et ce que j’ai vu m’a plu. Je sais qu’il va y avoir des changements cet été et qu’il faudra construire quelque chose, mais je suis très excité à cette idée.

- Est-ce que le fait d’avoir Luka à tes côtés te parait être un avantage ?

- Bien sûr, avoir quelqu’un qui parle ma langue maternelle, le croate, mais aussi le français, cela va me faire gagner du temps. J’ai déjà commencé à apprendre le français sur une application, mais cela va quand même être compliqué au début. Il va pouvoir m’aider dans les choses de la vie de tous les jours mais aussi faciliter mon intégration sur le terrain.

- Deux arrières droits croates, cela va faire une sacré concurrence…

- C’est vrai, mais j’ai besoin de ça pour progresser. Nous sommes des joueurs différents, lui est capable de tirer de loin, moi je suis plus en percussion, je suis plus petit et plus rapide.

- Selon toi, le championnat français correspond-t-il à tes qualités ?

- Oui je pense, même si, au début, il va falloir m’adapter. En Starligue, il y a beaucoup de contact, c’est très physique, et c’est ce que j’aime le plus. Signer à Tremblay va me permettre d’encore progresser dans tous ces domaines.

- L’équipe nationale croate est dans un coin de ta tête ?

- Evidemment, même s’il y a beaucoup de bons joueurs sur le poste. Pour y prétendre, il faudra déjà que je sois bon avec Tremblay, et on verra après. Pour l’instant, je veux vraiment me concentrer sur le club et on verra bien si je peux avoir plus.

Kevin Domas

Prochain match TV

HBC Nantes

20:45

Ven. 31 Mai.

USAM Nîmes Gard

Voir le programme TV
0 0 votes
Évaluation de l'article
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
bombjack4M
bombjack4M
5 années il y a

j'ai l'impression qu'on recrute de moins en moins de joueurs français… on va finir comme au rugby, les jeunes français joueront en D2, voire en N1

Sasori9
Sasori9
5 années il y a
Répondre à  bombjack4M

Ca fait trois ans que je dis ca, certains me reprochent….. Enfin quelqu'un partage mon avis.

rkj4
rkj4
5 années il y a
Répondre à  bombjack4M

Ne pas oublier que le sport professionnel obéit au système libéral de l'entreprise : combien ça coûte, combien ça rapporte. Dans cette logique assez étroite et déprimante (puisqu'on privilégie le court au long terme et qu'on se fout des conséquences), ce n'est pas le travail des clubs, et encore moins leur souci, de former de jeunes joueurs français. Recruter un jeune arrière croate sera toujours plus pratique, plus sûr et plus économique que de parier sur un jeune français.

En gros, c'est plutôt à la Fédération, qui n'a pas exactement les mêmes objectifs que les clubs, de mettre son nez là-dedans pour équilibrer les intérêts. Je ne sais pas trop ce qu'ils font pour ça ; sûrement pas assez. Mais les logiques libérales sont souvent les plus puissantes.

Wassup-bob
Wassup-bob
5 années il y a

À part certains clubs qui ont des centres de formation moins puissant, je pense qu’au moins 10 clubs sur 14 en D1 ont des jeunes joueurs français dans leur effectif professionnel.

Pour ce qui est de la fédération, je pense que le travail effectué depuis les sélections comités et ligues jusqu’aux différents pôles espoirs est remarquable, c’est ce qui permet aux différentes équipes de France d’avoir de tels résultats depuis plus de 10 ans.

rkj4
rkj4
5 années il y a
Répondre à  Wassup-bob

Bien sûr, et c'est un chouette travail. Une élite de cracks en sort, mais en quantité, c'est infime. Qu'est-ce qui arrive aux autres qui ont le potentiel de devenir “seulement” de bons joueurs pro ? Ils seront toujours plus coûteux qu'un Croate du même niveau : leurs débouchés sont forcément d'autant plus limités.
Bref, ce que je voulais dire sur la Fédération c'est : est-ce qu'elle a le pouvoir de forcer les clubs à intégrer un certain nombre de jeunes français ?

Wassup-bob
Wassup-bob
5 années il y a

Bien sûr la quantité est infime et comme tu le disais plus haut, le monde professionnel est réalité sportive mais également économique.

Je pense qu’il serait possible d’imposer un certain nombre de joueurs formés en France par effectif, comme c’est le cas dans le football anglais depuis quelques temps. Mais ce type d’accord, je pense résultera d’une longue négociation entre la fédération et les clubs.

6
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x