Starligue – J5

Saint-Raphaël n’y arrive toujours pas

Crédit photo: Emmanuel Durieux

En déplacement sur le terrain de Dunkerque, Saint-Raphaël a subi sa 5ème défaite en autant de matchs sur le score de 27-25. De son côté, le club nordiste enchaîne une deuxième victoire de suite et monte sur la 5ème place au classement.

Dans ce premier acte, le début de match entre les deux équipes est équilibré. Cependant, on trouve deux défenses différentes. Du côté des locaux, une défense un peu trop tendre, comme le reproche leur entraîneur Patrick Cazal “Allez au combat”. Chez les visiteurs, la défense est un peu trop rugueuse, et récolte une deuxième suspension de 2 minutes après 11 minutes de jeu (5-5, 11′). Réputés pour leur défense, les deux équipes ne se font aucun cadeau, 3×2 minutes récoltés de chaque côté à un peu plus du quart d’heure de jeu. Toutefois, personne ne fait la différence, la bataille entre le chat et la souris continue. Samir Bellahcene ferme la baraque avec 5 arrêts et 38% d’efficacité, mais Dunkerque ne concrétise pas ses offensives pour passer devant (8-8, 21′). A l’image des 20 premières, les 10 dernières minutes sont tout aussi intenses. A 40 secondes du buzzer, la recrue Dunkerquoise Steve Marie-Joseph pense donner l’avantage à la marque à son équipe mais Alexander Lynnggard égalise avant le gong en faveur des visiteurs (13-13, M-T).

L’entrée d’Oleg Grams déterminante

Crédit photo: Emmanuel Durieux

Au retour des vestiaires, les locaux profitent des maladresses adverses pour prendre un petit écart dans ce match. 2 pertes de balle dans les 2 premières minutes, 11 au total dans ce match pour Saint Raph’ et Dunkerque écarte son adversaire du soir à 3 buts (16-13, 33′). Malgré une entame de championnat raté avec 0 victoire au compteur, les Varois veulent remettre les pendules à l’heure. Les 3 buts sont vite rattrapés par les visiteurs, qui reviennent à égalité quelques minutes plus tard grâce à un but sur contre-attaque d’Hampus Jildenback (16-16, 36′). Les coéquipiers de Dipanda et Caucheteux jettent toutes leurs forces dans la bataille face à une équipe nordiste qui ne panique pas et qui contrôle sa deuxième période. Entré à la mi-temps, le gardien russe Oleg Grams est décisif, il enchaîne les arrêts et écœure les offensives adverses. Il totalise 9 arrêts pour 18 tirs soit 50% d’efficacité. Grâce à ses nombreuses parades, l’USDK part sereinement en attaque et prend 4 buts d’avance, à 10 minutes du terme, grâce à un but de Reiner Taboada. Dans cette fin de match, les Raphaëlois tentent des choses, comme les offensives à 7 joueurs de champ. Cela ne suffit pas pour inverser la tendance et c’est bien Dunkerque qui prend les deux points de la victoire sur le score de 27-25.

Place au deuxième tour de la Coupe de la Ligue pour les deux équipes. Dunkerque reçoit Ivry tandis que Saint-Raphaël se déplace sur le terrain de Cherbourg pour enfin lancer sa saison avec une victoire.

Dunkerque Handball Grand Littoral – Saint-Raphaël Var Handball 27-25 (13-13)

Dunkerque. Bellahcene (5 arrêts / 20 tirs dont 0/3 pén), Grams (9 arrêts / 18 tirs), Jurecic (3/6 dont 1/2 pén), Billant (4/5), Nagy (2/4), Taboada (2/5), Suholeznik (1/2), Pineiro (3/3), Martinez, Rahim (0/1), Langaro (4/7), Marie-Joseph (4/6 dont 1/2 pén), Butto (0/2 dont 0/1 pén), Pelayo (4/9), Nyembo (0/1).

Saint-Raphaël. Popescu (8 arrêts / 29 tirs dont 1/1 pén), Demaille (4 arrêts/9 tirs dont 0/3 pén), Barachet (1/4), Simicu (4/5), Mapu (0/1), Sarmiento (0/2), Lynggaard (3/3), Kolakovic (1/1), Caucheteux (7/10 dont 3/3 pén), Jildenback (2/4), Vigneron (1/2), Tottet, Trottet, Dipanda (3/6), Gayduchenko (2/3), Paschal (1/1).

Les réactions : 

Steve Marie-Joseph (joueur de Dunkerque) : C’est un match référence, après celui de Créteil. Cependant, il faut continuer à travailler, il y a encore des erreurs à corriger. Il ne faut pas se reposer sur nos lauriers parce qu’on a battu Saint-Raphaël. Il ne faut pas qu’on les prenne de haut, parce qu’on est à la maison (joueurs d’Ivry en Coupe de la Ligue samedi). Il faut rester sérieux. On prend tout ce qu’il y a à prendre.

Crédit photo: Emmanuel Durieux

Patrick Cazal (entraîneur de Dunkerque) : Il y a de la satisfaction par rapport à la victoire et au contenu. On a eu le match auquel on s’est préparé. On ne croyait pas qu’on allait affronter Saint-Raphaël, dernier du championnat mais une équipe avec des joueurs de grande classe. Je pense que c’est une équipe qui ne restera pas très longtemps dernier. C’est une belle victoire, on aurait pu se la rendre un peu plus simple sur ces ballons de +4, et sur nos supériorités où on a manqué de finesse dans notre stratégie. C’est des petites choses qu’on doit améliorer car on perd notre écart. On a tout de même été capable de hisser notre engagement  et notre détermination au même niveau qu’eux, on a montré qu’on voulait cette victoire. On s’est dit, à la mi-temps, que face à une équipe un peu dans le doute comme elle est, il fallait être capable de faire la course en tête pour ne pas leur apporter trop de confiance. Je trouve qu’on a maîtrisé le rythme qu’on voulait mettre.

A Dunkerque, Alexandre Riotte

7 CommentairesPoster un commentaire

  1. rkj4 - le 3 octobre 2019 à 09h30

    Je n'ai vu que les 15 dernières minutes au cours desquelle Saint-Raphaël m'a paru être l'image même de l'équipe en manque de confiance flagrant. Jamais très loin derrière mais accumulant toutes les figures du manque de bol carabiné, ils ont laissé Dunkerque gagner comme si perdre hier soir, c'était plus fort qu'eux. Des buts gag, des tirs bien pris qui passent pourtant un mètre au-dessus de la cage, un Oleg Gram miraculeusement extra-lucide et j'en passe. Pourtant, à 2 mn de la fin, il y avait encore une petite chance de recoller, mais quand ça veut pas…
    Moi, j'y vois la marque de ces équipes qui ne parviennent pas à hausser vraiment leur classement et leur niveau, saison après saison. À force de stagner (et Saint Raphaël stagne pourtant à un niveau assez élevé du championnat), on finit par glisser sur la pente descendante.
    L'effectif aurait sûrement eu besoin d'un peu de sang neuf et talentueux à l'intersaison. Parce que certains n'y sont pas (sur ce que j'ai vu, Sarmiento apporte nada et c'est dommage pour un DC), d'autres surjouent (DiPanda). Chercher systématiquement une finition de Caucheteux, ça a ses limites. Dommage que l'ailier droit ne touche pas plus de ballons : je l'ai vu systématiquement démarqué (mais bien malchanceux, je le reconnais, quand par miracle il avait un truc à faire).

  2. Moorgan9 - le 3 octobre 2019 à 09h47

    A vouloir sauter le coach, et mettre celui qu’ils ont choisis à la place, ils finissent par payer la mafia Dipanda Caucheteux et consorts….. Le jeu est très triste, les rotations (inexistantes pour certains) encore plus… Triste club, pitoyable « coach »….

  3. Bellete34 - le 3 octobre 2019 à 10h02

    Quand ces les joueur qui demande un coach interne ces comme pour st etienne en foot sa marche pas , ces qu’il savent déjà qu’ils ont le desus sur ce coach la , donc bravo au joueur d’avoir fait vire ce coach qui les a emmener 2 fois au final four le manque de respect se paye toujours

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).