Starligue – J5

Toulouse peut remercier sa défense


Les 2 équipes nous ont offert une partie d’une grande intensité avec 2 solides défenses.
Toulouse et Aix ont proposé au public une véritable course poursuite qui s’est soldé par un partage de point. Le Fenix peut s’en vouloir tant il a semblé dominer cette partie mais n’a jamais réussi à prendre le large, Aix pas inspiré offensivement s’en est remis à sa défense, son gardien et un précieux N.Claire.

Le PAUC a cru faire le plus dur en passant devant dans le money time mais c’était sans compter sur de valeureux toulousains, abonnés au fin de match à suspens, qui vont décrocher le point du match nul amplement mérité à 5 secondes du terme grâce au puissant gaucher A.Abdi, un point qui ne satisfait pas totalement les hommes de P.Gardent au vue de la physionomie de la rencontre, rageant.

LE RESUMÉ

Le PAUC débarque dans la ville rose en tant que dauphin de l’écurie parisienne mais également en tant que meilleure défense actuelle du championnat, face à eux se dresse une équipe toulousaine invaincue à domicile et actuellement 6ème du championnat.

C’est le Fenix qui démarre pied au plancher avec une défense 5-1 très étagée et agressive mettant à mal l’attaque aixoise qui ne panique pas et recolle aussi tôt grâce à des pertes de balles successives et 1 jet de 7m conclu par l’habituel finisseur maison Loesch (4-3, 5e).

La concentration se lit sur les visages toulousains, très impliqués sur le plan défensif en ce début de match, ils mettent vraiment à mal l’attaque adverse qui peine à trouver des solutions. Poussif en attaque,  Aix a du répondant et justifie son statut de meilleure défense du championnat.

Dans un 6-0 orchestrés par les 2 tours de contrôle Pecina et Bonnefond, les aixois poussent plusieurs offensives toulousaines jusqu’au jeu passif ce qui leur permet de récupérer de précieuses munitions.

Pardin sonne le glas , le match s’équilibre

A l’approche du ¼ d’heure de jeu, les débats s’équilibrent et aucune des 2 formations n’arrivent à se détacher ceci du en partie aux 2 gardiens de but du soir qui proposent au public un véritable duel à distance.

W.Pardin (10 parades au final) entame son show et se rappelle aux bons souvenirs de son passage au Fenix, le portier permet aux siens de rester coller au score. (7-7, 14e)

Jeff Lettens, pas en réussite en ce début de partie, cède sa place au jeune Théo Gehin dès la 19e, ce dernier ne perd pas de temps et s’illustre immédiatement pour sa première au palais des sports en mettant doublement en échec Loesch puis Gaudin sur 7m mais Toulouse n’en profite toujours pas. (9-9, 22e)

En face, W.Pardin a du répondant et se dresse en muraille, il remet sa  défense en ordre de marche, Aix récupère des ballons et les bonifie immédiatement. Mise à mal, l’attaque aixoise s’en remet a son maître à jouer, N.Claire qui offre à l’impeccable M.Ong l’opportunité de revenir de nouveau à égalité à 1min de la pause, se dernier ne s’en prive pas. (11-11, MT)

Les 2 équipes se quitte dos à dos à la mi temps, Toulouse auteur d’une remarquable entame défensive, n’en a pas profité. Aix n’a pas paniqué et est rester coller au score en se montrant à hauteur de sa défense puis en bonifiant les pertes de balles toulousaines.

Un véritable chassé croisé

Au retour des vestiaires, on assiste à une copie conforme du début de match ! Toulouse retrouve une défense dynamique et mobile à l’image de l’omniprésent Steins, une nouvelle fois au four et au moulin ce soir. On assiste à un véritable match stratégique avec 2 systèmes défensifs très différents, les 2 équipes se prennent les pieds dans le tapis de chaque côté du terrain.

Aix démarre moins fort, il n’en faut pas plus à G.Tribillon pour punir immédiatement les aixois et donner 2 buts d’avance aux siens, Pardin est furieux et compte bien réveiller ses troupes,  il vient immédiatement stopper Abdi en contre attaque d’un cri rageur ! (13-12, 36e). En manque cruel d’inspiration, Aix va s’en remettre au génie du néo-aixois, Nicolas Claire (5/7 aux tirs), présent dans tous les bons coups ce soir.

Une fois n’est pas coutume, il va peser de tout son talent sur cette seconde mi temps et va faire un bien fou  au PAUC dans la distribution, la temporisation et la finition. Il va provoquer successivement plusieurs exclusions ainsi que plusieurs jets de 7m sans compter son efficacité au shot et les caviars délivrés à Pecina et Ong. Un nouveau jet de 7m et une nouvelle exclusion temporaire obtenue, le PAUC est toujours en vie (16-16, 42e)

A l’approche du dernier ¼ d’h aucune équipe ne baisse de régime, l’impact défensif est intact et le ballon pèse de plus en plus lourd, la bataille sera psychologique dans cette fin de match !

Toulouse est rempli d’intention à l’image du monstrueux Bonilauri, auteur très bonne copie (6/7 aux tirs), mais n’arrive toujours pas à prendre plus de 2 longueurs d’avance (19-19, 46e). Toulouse fait le choix de proposer un jeu à 7 qu’ils exécutent parfaitement depuis ce début de saison or aujourd’hui sa mise en place va immédiatement les pénaliser au plus mauvais moment de la partie avec 3 pertes de balles consécutives, Aix n’en demandait pas tant et ne se prive pas de faire passer les siens devant dans une cage vide par l’intermédiaire de N.Claire. (22-23, 52e)

Un Money Time fou !

A 5min du terme, ce sont les hommes de Jérôme Fernandez qui dominent les débats  d’une petite longueur. (23-24, 55e). Il semble alors que Aix est pris l’ascendant !

Steins prouve qu’il n’en est rien et obtient un précieux jet de 7m ainsi qu’une exclusion de 2min alors que de l’autre côté M.Ong continue son récital (8/9 aux tirs). La tension se fait ressentir à l’approche du terme, Steins se retrouve au sol et se fait gentiment chambrer par la bande à Pecina.

Les ballons semblent lourds, Larsen sans solution envoie une passe dans les tribunes, M.Gilbert joue rapidement et envoi G.Tribillon (4/5 aux tirs) en contre attaque. (26-26, 58e). Toulouse abonné depuis plusieurs saisons au fin de match à suspens ne déroge pas à la règle et va jouer à se faire peur.

Sur l’ultime possession aixoise, B.Bonnefond dégaine un terrible tir à la hanche au bout du jeu passif qui permet aux visiteurs de prendre une minuscule longueur d’avance et par la même occasion de rendre silencieux le palais des sports.

Alors qu’il reste 13 secondes, Toulouse utilise son dernier temps-mort. Cette fin de match rappelle étrangement une fin de match similaire aux hommes de Gardent, Le Fenix avait alors décroché la victoire sur le gong face à St Raphaël il y a quelques semaines.

Après quelques secondes anxiogènes pour le public local, c’est A.Abdi qui délivre les siens à 3 secondes du terme ! La dernière action fera parler… En effet, N.Claire sort fort sur le demi centre Gilbert pour jouer le passage en force… La paire arbitrale ne bronche pas et siffle la fin de la rencontre… Jérôme Fernandez est furieux et Aix peut s’en mordre les doigts au vue du déroulement de la fin match tant ils ont semblé par moment un ton en dessous des toulousains, Ces derniers espéraient mieux mais parviennent tout de même à décrocher le point du match nul, mérité !

La feuille de match

FENIX TOULOUSE.- Lettens (1 arrêt dont 0/1 pen.), Géhin (8 arrêts dont 2/4 pen.).

Buteurs : Leventoux, Chelle (cap.), Garcia (0/1), Gilbert (2/4), M. Gardent, Sole Sala (5/6 dont 2/2 pen.), Soudry, Ilic (1/5 dont 0/1 pen.), Steins (4/6), Tribillon (4/5), Benhalima (1/3), Bonilauri (6/7), Abdi (4/7).

PAYS D’AIX UC.-  Pardin (10 arrêts dont 1/2pen.), Baznik (1 arrêt dont 0/1 pen.), Hansen.

Buteurs : Ong (8/9 dont 2/2 pen.), Goni (0/3), Bonnefond (3/4), Pecina (3/4), Loesch (2/4 dont 1/2 pen.), Karolczak, Paris, Cingesar, Larsen (5/8), Bjornshauge, Camarero, Gaudin (0/1 pen.), Claire (5/6).

Les réactions (au micro de BeIn Sport)

G.Tribillon, ailier du Fenix Toulouse : « On a fait un chassé croisé avec Aix pendant tout le match, on a été obligé de gérer beaucoup trop de temps faible et on le paye un peu à la fin parce que je pense qu’il y avait vraiment la place aujourd’hui, on ne va pas être non plus trop frustré car on garde notre série d’invincibilité à la maison contre des belles équipes et on envoi un signal fort à Nimes […] Un peu de satisfaction mais beaucoup de déception quand même. »

Iosu Goni Leoz, Arrière Gauche et Capitaine du PAUC : « Pas au niveau ce soir, on a eu beaucoup de pertes de balles et leur défense nous a gêné, on a pas réussit à faire vivre la balle et finalement ça se joue dans les petit détails… même si on aurait pu gagner, on aurait pu perdre aussi, un match nul c’est bien. »

Florian SARDA

1 CommentairePoster un commentaire

  1. rkj4 - le 3 octobre 2019 à 22h35

    Un peu plus court et… un peu plus tôt, et alors ça sera parfait, Florian.
    Tout le monde a déjà commenté le match sur les articles précédents. Dommage.

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).