Starligue – J8

A Dunkerque, Samir Bellahcene apprend la patience

Après deux semaines de trêve, la Starligue reprend ses droits ce soir, avec des matchs étalés jusqu’à samedi, Champions League oblige. Six journées sont programmées jusqu’à la trêve et certaines équipes devraient commencer à y voir plus clair sur leurs ambitions. A commencer par Dunkerque, qui reçoit Chartres ce mercredi.

On avait laissé Dunkerque sur une sale impression, à la veille de la trêve internationale. Une fessée, une correction, “un match ridicule” à la maison face à l’USAM. Et ce genre de sorties, avec quinze jours sans match derrière, ça peut laisser des traces. Inciter à gamberger, surtout après un début de saison en dents de scie. Mais il n’en a rien été, la preuve, les Nordistes sont allés s’imposer du côté de Saint-Raphaël dimanche en coupe de la ligue. “On a su ne pas trop y penser. Patrick nous a laissé quelques jours de repos, nous a dit ce qu’il en pensait et on est passé à autre chose. On a fait une connerie, maintenant il faut regarder de l’avant” explique le portier Samir Bellahcene. Et regarder de l’avant, c’est déjà se projeter à…demain. Après être rentrés dans la nuit (ou plutôt au petit matin) de Saint-Raphaël, les Dunkerquois vont retrouver les affaires courantes en recevant Chartres. Le début d’une série qui apparait comme à leur portée, avec un déplacement à Istres et la réception de Tremblay. “C’est là où on va voir si on a grandi. Ces matchs là, la saison passée, on les perdait. Si on veut être ambitieux, aller jouer la première partie de tableau, on se doit de battre ces équipes. Même si on sait qu’aller jouer à Istres, vu ce qu’ils font à domicile, ça va être très compliqué” continue le gardien dunkerquois.

Un petit trou de…quatre matchs

Et si les prochaines semaines seront un petit moment de vérité pour le collectif de l’US Dunkerque, les dernières ont été tout aussi enrichissantes pour son gardien. Après une bonne préparation, Samir Bellahcene a traversé, de son propre aveu, “le premier trou” de sa carrière. Si, pour certains, une période sans dure deux ou trois saisons, la sienne n’aura duré “que” quatre ou cinq rencontres. “Mais j’étais hyper frustré, avec l’impression d’avoir tout perdu. Faire quatre arrêts par match, dans ma tête, c’était inconcevable” se souvient-il. “J’ai discuté avec Patrick et Arnaud, qui m’ont fait comprendre que le plus important n’était peut-être pas le nombre, mais de faire les arrêts aux bons moments.” Cette période de creux a sans doute fait comprendre à l’ancien Massicois qu’à 24 ans, on a encore de la route à faire. “Le handball va très vite et ma formation à Montpellier fait que je ne laisse pas trop le droit à l’erreur. Ca fait ma force, mais il faut quand même savoir être patient” termine-t-il. A Dunkerque, tout le monde est encore en train de grandir.

Créteil, réveil impératif

Passer à la vitesse supérieure, c’est aussi ce qui est demandé à Créteil, qui reçoit Chambéry mercredi soir. Les Cristolliens restent sur quatre défaites de suite en championnat et les dernières sorties n’inspirent guère à l’optimisme. Encore face à Istres samedi, Pierre Montorier est resté sur sa faim : “Il faut qu’on comprenne qu’on a de la chance de jouer à ce niveau. Qu’on arrête de s’apitoyer et qu’on relève la tête, sinon on ne va pas gagner grand chose.” Le message est clair. Car dans la course au maintien, les concurrents ont une chance de s’échapper cette semaine. Que ce soit Saint-Raphaël ou Tremblay, l’un des deux prendra une belle bouffée d’air frais. En haut du classement, Paris et Montpellier partiront légitimement favoris face à Aix et Ivry mais attention, la saison passée, les Ivryens étaient venus prendre les points à Bougnol. Nîmes, qui reçoit Nantes, va désormais devoir enchainer face à Nantes. Si les hommes de Franck Maurice n’ont pas été aussi performants que la saison passée sur les sept premières journées, ils n’en ont pas payé les dégâts, leurs adversaires se neutralisant entre eux. D’ailleurs, bien malin celui qui dira qui de Toulouse ou Istres remportera le duel du milieu de tableau. Le Fenix est intraitable depuis le début de saison à la maison et pourrait intégrer le peloton de tête en l’emportant.

Le programme de la huitième journée

Mercredi 06.11
Dunkerque – Chartres à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 4)
Montpellier – Ivry à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 5)
Saint-Raphaël – Tremblay à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 6)
Toulouse – Istres à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 7)
Créteil – Chambéry à 20h45 (en direct sur beIN Sports 1)

Jeudi 07.11
Nîmes – Nantes à 20h45 (en direct sur beIN Sports 1)

Samedi 09.11
Paris – Aix à 20h00 (en direct sur beIN Sports 3)

Kevin Domas

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. GoalLife44 - le 5 novembre 2019 à 16h48

    J’adore ce gamin je suis fan de son jeu et qu’il continue comme ça c’est un bon gars pour l’avoir croisé à plusieurs reprise à Nantes

  2. cochonne - le 6 novembre 2019 à 10h02

    Bonjour
    Comment s'adapte Gabriel Nyembo ?
    J'ai l'impression qu'il ne joue pas beaucoup.

  3. James865 - le 6 novembre 2019 à 15h38

    je suis d’accord avec samir il faut arreter les conneries et gagnez contre les moyennes equipes et gagnez contre les grosse voir égalité et ÇA sa prouve qu’ils aurons grandi

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).