LSL – J17

Montpellier renaît, Tremblay redémarre

Patrice Annonay (Tremblay)

La 17ème journée de Starligue aura vu les renaissances de Montpellier face à St Raphaël (35-34) et de Tremblay, vainqueur de Chambéry à domicile pour la première d’Imbratta (29-27). L’autre gros coup de la soirée est la victoire de patron de Chartres à Toulouse (29-33), tandis que Créteil a assuré une victoire indispensable face à Istres (27-26). Enfin, Nîmes a eu affaire à une belle équipe de Dunkerque mais s’est imposé (30-28), tout comme Aix facile face à Ivry (32-25).

En 2020, on voit une équipe de Toulouse sur courant alternatif. Après une apathie offensive alarmante face aux Raphaëlois, le Fénix semblait s’être repris mais a eu d’énormes difficultés à domicile face à Chartres. Dominé dès l’entame de match, les Occitans ne parviennent pas à stopper une attaque Eurélienne très efficace depuis la reprise. Seul Ayoub Abdi livre une première periode impeccable (6/6) mais, à la pause, l’écart n’est pas négligeable (MT : 15-19). L’entrée de Kim Sonne-Hansen dans les cages chartraines en seconde période ne laisse aucune place au doute (40% d’arrêts) et les visiteurs gèrent à merveille leur avance. “On se sent tous beaucoup mieux depuis la prépa, se réjouit William Benezit. On a mis pas mal de temps à bien jouer ensemble mais maintenant on y est.” En effet, l’écart n’est jamais descendu en dessous des 4 buts, et Vanja Ilic et Serguei Kudinov se sont régalés en attaque avec 7 buts chacun. En face, Maxime Gilbert s’est donné du mal (7/9) mais ne sauve pas son équipe de la défaite (SF : 29-33). “Ce qu’il s’est passé, analyse Pierrick Chelle, c’est qu’on a fait un match de merde tout simplement. Chartres a très bien joué et sont sur une bonne dynamique mais nous avons été en dessous de notre niveau habituel.” En déplacement à Ivry la semaine prochaine, le capitaine du Fénix voudra éviter le piège. “On va essayer de se recentrer sur ce qui a fait notre force : l’état d’esprit, le jeu rapide, aller de l’avant … Des choses qui depuis la reprise sont un peu en dessous de nos standards.” Le C’CMHB aura de son côté la réception de Créteil et cherchera à capitaliser sur sa belle dynamique. En attendant, Chartres pointe à la 9ème place avec un seul point de retard sur Dunkerque et St Raphaël, 7èmes ex-aequo.

Première réussie pour Imbratta

Pour sa première à la tête de Tremblay, Stéphane Imbratta n’a pas démérité. Face à Chambéry, l’équipe hôte est au rendez-vous et ne se laisse pas distancer en première période malgré un excellent Yann Genty à 39% dans le premier acte. A la pause, rien n’est joué (MT : 13-14). La seconde période marque la prise de pouvoir d’une équipe de Tremblay solidaire et en maîtrise, sous l’impulsion d’un Patrice Annonay royal. “C’est dans les grands moments ou les moments plus difficiles comme en ce moment qu’on voit les grands joueurs“, loue son nouveau coach, Stéphane Imbratta. Sans jamais créer d’écart supérieur à 3 longueurs, la formation séquano-dionysienne va pourtant gérer le match et s’imposer de 2 longueurs (SF : 29-27). Après un bon match face à Montpellier, Chambéry retombe dans ses travers avant de recevoir Aix. “Il y a plein de chosees qui font que cette saison est loin d’être celle à laquelle on s’attendait, se désole Pierre Paturel. La smemaine dernière, portés par notre public, on fait un super match. Mais à l’extérieur, il faut en mettre encore un peu plus. C’est à nous d’être des guerriers pour grapiller des points dès qu’on peut.” Pour Tremblay, la semaine prochaine se jouera à Montpellier pour un match compliqué, et l’équipe pourra se tester après être repartis sur des bonnes bases.

Valentin Aman (US Creteil HB)

Au vu des résultats du soir, il valait mieux l’emporter pour Créteil. Et les hommes de Pierre Montorier l’ont fait, à la maison face à Istres (27-26). Même s’ils se sont fait très peur, en se faisant remonter quatre de leurs cinq buts d’avance dans les quatre dernières minutes. Et en laissant échapper, par la même occasion, le goal-average particulier. “On aurait du l’emporter plus largement mais au vu des résultats de la soirée, c’est déjà bien de ne pas se faire décrocher” disait Dylan Soyez après la rencontre. Le jeune portier cristollien a filé un bon coup de main aux siens, avec 11 arrêts, tandis que les cadres istréens répondaient absents. Parisini puni d’un carton rouge direct au bout de trois minutes de jeu, Crépain, Boschi ou Sevaljevic n’ont pas apporté le danger nécessaire de loin. Et si, à la pause, l’équipe d’Istres était encore dans le coup (11-12), elle a payé son manque de tranchant en seconde période, alors que Valentin Aman et Robin Molinié permettaient aux Franciliens de creuser l’écart. “On a manqué de rythme, on n’a monté aucun ballon. Il faut vite que mes joueurs se remettent à jouer à leur niveau car on va avoir une fin de saison très compliquée” notait de son côté le coach provençal Gilles Derot. Dont l’équipe n’a désormais plus que deux points d’avance sur la zone rouge.

Montpellier sur la voie de la guérison

Montpellier justement, a retrouvé des couleurs en championnat. “C’est la première victoire en championnat en 2020, se réjouit un Valentin Porte tout sourire en fin de match. J’espère que ça va continuer.” La réception de St Raphaël n’a pas été simple mais a permis aux Héraultais de repartir de l’avant. La première mi-temps est très offensive, et Hugo Descat se régale tant sur 7m que sur contre-attaques (9 buts en première mi-temps). “On a des regrets sur cette première mi-temps où on a vraiment pas été bons sur le repli défensif.” déplore Raphaël Caucheteux, une fois de plus meilleur buteur Varois avec 8 buts. Le SRVHB n’est pourtant pas largué et ne rentre aux vestiaires qu’avec 3 longueurs de retard (MT : 21-18). En deuxième période, l’équipe hôte va parvenir à se détacher, et Diego Simonet se régale (8/8) face à une défense raphaëloise trop peu attentive à ses rentrées. L’écart enfle jusqu’à 6 longueurs après un fait de jeu non négligeable : Le carton bleu d’Adrien Di Panda sur une faute grossière (44′ : 31-25). “C’est une faute bête, un carton rouge pour le seul gaucher, évidemment ça nous fait défaut”, souligne le capitaine du SRVHB. Au courage, les visiteurs reviennent néanmoins en fin de match, mais ne peuvent plus espérer l’emporter (SF : 35-34). A noter également la belle performance de l’ailier droit suédois Hampus Jildenbäck (7/8). “Bravo à Montpellier, termine Caucheteux, avec fair-play, j’espère qu’ils iront loin en ligue des champions.” Valentin Porte, en fin de match, est ravi. “Soulagement, c’est bien le mot. Tout n’a pas été facile, mais ce soir j’ai vu des sourires sur les visages, une équipe qui se donne, et c’est par là que passera la guérison. Au fur et à mesure des séances vidéos, des discussions, on réagit de plus en plus en équipe, en s’aidant mieux et ça faisait longtemps qu’on avait pas passé autant de buts en championnat.” Son équipe va pouvoir fêter ce retour à la victoire avant de préparer un déplacement crucial en ligue des champions du côté de Skopje.

Langaro Haniel (Dunkerque)

 Dunkerque vend cher sa peau

A domicile, on imaginait Nîmes plutôt en sécurité face à une équipe de Dunkerque qui avait totalement coulé la semaine dernière. “Après la grosse désillusion qu’ils ont eu la semaine dernière, décrypte Elohim Prandi en fin de match, le plus important pour eux c’était de rebondir de la meilleure des façons et ils ont fait un sacré match avec un grand Samir derrière cette défense.” En effet, malgré un bon début de rencontre (10′ : 5-2 ; 19′ : 10-7), l’équipe hôte va se voir rattrapée en un instant par des Nordistes qui ne lâcheront ensuite plus leur prise (MT : 15-15).  Si le début de seconde période est accroché, les Gardois vont parvenir à créer un écart sous l’impulsion d’un O’Brian Nyateu solide en défense et surprenant en attaque (37′ : 22-18). L’autre danger du soir de l’équipe hôte est l’arrière Jean-Jacques Acquevillo qui sort une partie de haute volée avec 7 buts en 9 tentatives. En face, Haniel Langaro (9/13) est impressionnant mais trop seul et on sent son équipe larguée au début du money time (52′ : 29-25). C’était sans compter sur un dernier sursaut impulsé par le jeune Gabin Martinez et le capitaine Abdelkader Rahim, auteur de 2 buts surpuissants dans les dernières minutes pour garder l’espoir (56′ : 29-28). Mais Rémi Desbonnet, entré dans les derniers instants, et quelques buts cruciaux d’Elohim Prandi assurent les deux points (SF : 30-28). “Ça a été un sacré match de guerriers, souffle Prandi en zone mixte. Mais je suis content, on a répondu au défi physique et mental.” La prochaine échéance sera en coupe EHF avec la réception de Holstebro pour prendre une réelle option sur la seconde place du groupe. Pour l’USDK, l’équipe s’est bien relevé avant d’affronter Istres. “Je suis fier de l’équipe, annonce Samir Bellahcene. Je pense qu’on aurait pu faire un meilleur résultat et j’en prends la responsabilité. Ce soir, je n’ai pas été au niveau. Après on a retrouvé de l’envie, de l’engagement, et on va aller enchaîner à Istres et continuer à travailler.

Après un match nul en Hongrie, Aix s’est montré vraiment dominateur à domicile face à Ivry. La défense est intraitable, Wesley Pardin infranchissable (53% en première période) et au premier quart d’heure de jeu, la messe est dite (17′ : 10-2). Les joueurs d’Île de France sont impuissants et son déjà à -10 à la mi-temps (MT : 17-7). Le deuxième acte est un long fleuve tranquille pour des Provençaux qui naviguent sans entrave. Anders Lynge Hansen a l’occasion de s’illustrer aussi dans le second acte et termine à 42% d’arrêts tandis que la quasi totalité de l’effectif y va de son but (SF : 32-25). Côté Ivryen, on notera néanmoins la bonne performance du jeune ailier gauche Antonin Mohamed, auteur de 6 buts. Ivry est donc le grand perdant de cette journée avec les victoires de la totalité de ses concurrents directs. Le PAUC, à l’inverse, n’est plus qu’à 2 points de Toulouse, et donc du top5.

Antoine Piollat

15 CommentairesPoster un commentaire

  1. Martial - le 27 février 2020 à 06h15

    Remarquable cette saison 2020. Du beau jeu, du suspense et des retournements de situation. Chartres devient imprenable. Toulouse s effondre. Le mhb inconstant comme jamais. Et un Nantes psg en apothéose. Nous sommes gâtés. Dire que certains trouvaient le niveau bas en 2019. Les petits poucets proposent du jeu et de belles choses tactiquement collectivement individuellement. C est chouette.

    Question : qu arrive t il a luc steins ? Je n ai regardé que Montpellier hier et le hollandais ressort encore à 0/0 en stars. Est ce qu il ne joue plus ? J ai du mal a croire qu il passe de 6 à 7 buts par match à zéro tir…..

    • brunhand - le 27 février 2020 à 09h08

      Ben ouais, je confirme, je trouve que le niveau moyen du championnat est plutôt à la baisse. Il y a un nivellement peut-être, mais plutôt vers le bas. Il suffit de voir les résultats en coupes d’Europe. Le PSG ne se promène plus en phase de poules et le MHB n’a pas l’équipe pour aller loin et impossible pour les 3 clubs en EHF de gagner contre les clubs allemands ou espagnols. Alors sans doute que les “petits clubs” français sont montés en gamme aussi et que cela offre des confrontations plus équilibrées mais ce n’est pas forcément au bénéfice du niveau moyen.

      • seb - le 27 février 2020 à 09h24

        J’ai pas l’impression que le niveau du PSG soit à la baisse mais plutôt qu’il est relativement constant par rapport à l’an passé…C’est surtout le niveau de Barcelone qui a considérablement augmenté et dans une moindre mesure celui de Szeged aussi.
        Pour le MHB, ils sont certes à la traîne en championnat mais jouent nettement mieux que l’an passé en LDC !

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).